Magazine Le Mensuel

Nº 3079 du vendredi 7 juillet 2017

Confidences partis

Confidences partis

La mollesse ne fait pas un chef
Une fronde sourde secoue le Parti démocratique libanais (PDL) de Talal Arslan avec l'approche des élections législatives. De nombreux cadres, de toutes les communautés, ont démissionné ou ont manifesté l'intention de le faire, si l'émir druze ne décide pas de livrer une véritable bataille dans les urnes face au seigneur de Moukhtara, Walid Joumblatt. Ces cadres reprochent à Talal Arslan sa «mollesse» et son "alignement" sur M. Joumblatt, se contentant du siège que celui-ci veut bien lui réserver. «L'émir est trop à l'écoute de sa mère, la princesse Khawla Arslan (née Joumblatt), qui lui a inculqué un principe sacro-saint, celui de ne jamais provoquer une cassure irrémédiable au sein de la communauté druze, même au prix de concessions à Walid Joumblatt», révèle un ancien responsable du PDL.


Wakim se pose en rassembleur
Le fondateur du Mouvement du peuple et ancien député de Beyrouth, Najah Wakim, fait des pronostics très sombres, s'inquiètant de ce qu'il qualifie de «dérives confessionnelles» du Courant patriotique libre. Pour empêcher le retour du clivage chrétien-musulman, M. Wakim prône le retour à «un langage politique national», que seuls peuvent porter, selon lui, des partis laïques et non-confessionnels. Pour concrétiser son projet, l'ancien député nassérien de Beyrouth tente de créer une plateforme réunissant le plus grand nombre de formations répondant à ces critères. Il a rassemblé, le 7 juin, des représentants d'une dizaine de mouvements, dont le Parti communiste libanais, l'Organisation populaire nassérienne, le Mouvement du peuple et d'autres groupes d'obédience nassérienne et de gauche. Des détracteurs de M. Wakim ont dénoncé une «démarche folklorique et opportuniste à laquelle l'ancien député nous a habitués à la veille de chaque élection législative».

Les Marada veulent s'exporter
La participation du leader du Courant des Marada, Sleiman Frangié, à la réunion de concertation organisée par le président Michel Aoun, le 22 juin, au palais de Baabda, marque le début d'un dégel entre les deux hommes. Mais cela ne signifie pas que les relations sont revenues au beau fixe. Les Marada ont en effet décidé de présenter des candidats ou d'en soutenir d'autres au Mont-Liban, notamment à Jbeil-Kesrouan et Baabda, des fiefs du Courant patriotique libre. Commentant cette information, un responsable du CPL a dit: «D'ici à mai 2018, beaucoup d'eau aura coulé sous les ponts».     

Hassan Rouhani tient l'argent
Des cadres du Hezbollah n'ont pas hésité à exprimer devant des journalistes leur grande déception après la victoire écrasante de cheikh Hassan Rouhani à l'élection présidentielle en Iran. Ils n'ont pas caché que leurs préférences allaient au candidat conservateur malheureux, Ebrahim Raisi. Ces cadres du Hezbollah ont pourtant reconnu que la politique étrangère de l'Iran sous le mandat Rouhani avait peu changé, notamment en ce qui concerne le dossier de la guerre en Syrie, où Téhéran apporte au régime un soutien sans faille. Ils rappellent toutefois que la politique étrangère reste fortement influencée par les orientations stratégiques du «leader de la révolution», l'ayatollah Ali Khamenei. Les cadres du Hezbollah indiquent, néanmoins, que depuis l'élection de Hassan Rouhani, en 2013, l'aide financière apportée par l'Iran au parti a considérablement baissé, alors que les dépenses ont fortement augmenté à cause de la guerre en Syrie. «Il n'est pas assez généreux avec la Résistance», commente l'un des cadres.

Qui contrôle la diaspora?
Le président du Parlement et chef du Mouvement Amal, Nabih Berry, a ordonné à ses cadres de mobiliser la diaspora chiite dans le monde. Amal a ainsi tenu, ces dernières semaines, plusieurs congrès ou manifestations, à Berlin pour le continent européen, à Abidjan pour l'Afrique, et à Detroit pour l'Amérique du Nord. Certains inscrivent cette agitation dans le cadre des préparatifs en vue des élections législatives. D'autres, plus sournois, l'interprètent comme une réaction à l'activisme du ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, auprès de la diaspora.  

 

Related

Confidences Partis

admin@mews

Confidences partis

admin@mews

Confidences partis

admin@mews

Laisser un commentaire