Magazine Le Mensuel

Nº 3079 du vendredi 7 juillet 2017

Musique

Musique

Is this the life we really want?
Roger Waters

Dans les bacs depuis le 19 mai, le nouvel album solo de Roger Waters, bien des années plus tard après Amused to death en 1992, risque bien de marquer l’année musicale 2017. Produit par Nigel Godrich (Radiohead, Paul McCartney, Beck, U2…), Is this the life we really want? est un «commentaire inébranlable sur le monde moderne et les temps incertains». L’album comprend douze nouvelles compositions et performances en studio du cofondateur de Pink Floyd. A noter que les paroles de la chanson Wait for her sont inspirées d’une traduction du célèbre poème de Mahmoud Darwish (Darsson min kamasutra).

 

 

Infinite
Deep Purple

Depuis des mois, sur le Net, teaser après teaser, le groupe britannique mythique Deep Purple, considéré comme l’un des fondateurs du hard-rock, entretient le suspense et l’excitation relatif à 20e album studio, Infinite, quatre ans après Now What!?, du même producteur Bob Ezrin (Lou Reed, Alice Cooper, Kiss, Pink Floyd…). Comme pour marquer les 50 ans de carrière du groupe l’année prochaine, la sortie de l’album sera accompagnée d’une tournée intitulée The long goodbye. L’annonce d’un adieu? En attendant, plongée de plain-pied au cœur de cet opus tant attendu, de Time for Bedlam à Roadhouse Blues…
 

 

 

Toorab
Jean Madani

Le bassiste, producteur et compositeur libanais Jean Madani a sorti son premier album, Toorab, pour lequel il s'est produit au théâtre al-Madina. Il s’entoure, sur scène et en studio, des talents de musiciens reconnus sur la scène locale, à l’instar de Ziyad Sahhab (oud), Arthur Satyan (claviers), Fouad Afra (batterie), Khaled Yassine et Ghassan Bouz (percussions), Ramzi Ramman (guitare), Martin Loyato (bugle) et Naim Asmar au chant. Un album constitué de fusion de musique du monde, de musique soufi et d’influences jazz. Toorab est un appel au retour vers soi, une invitation à entrecroiser les sensations.
 

 

Where butterflies rest
Gionx

Sous ce pseudonyme, Gionx, le batteur, compositeur et co-producteur Gio Najarian s’associe à une pléthore de musiciens et interprètes locaux pour présenter ce
premier album, Where Butterflies rest. Pop, R’n’B, hip hop, au fil des huit pistes qui composent l’opus, s’entremêlent les voix et les talents de plusieurs artistes locaux, comme Charbel Nacouz, Shant Bajac, Omar Harb, Double A The Preacherman, Chyno, Boudy Boustany, May Obeid, Cinda Ramseur… Un album qui invite à une écoute à la fois facile et attentive, un éclectisme assez nouveau dans le paysage musical libanais.

 

Related

Concert du Selecteum des arts et des sciences à l’AUB. Salvador Arnita à l’honneur

admin@mews

Fête de la musique. 2015 Beyrouth, musicalement vôtre

admin@mews

Good Bye Schlöndorff. Voyage sonore et visuel dans le Liban des années 80

admin@mews

Laisser un commentaire