Magazine Le Mensuel

Nº 3083 du vendredi 3 novembre 2017

  • Accueil
  • Environnement
  • Réchauffement climatique. Before the flood: chronique d’un désastre annoncé
Environnement

Réchauffement climatique. Before the flood: chronique d’un désastre annoncé

Inciter à agir pour lutter contre le réchauffement climatique, c’est l’objectif du documentaire de Fisher Stevens présenté à Beyrouth, lors du BIFF.

Before the flood,  film très intense,  traduit en 45 langues, ne laisse personne indifférent. Le réalisateur Fisher Stevens a pour cela suivi l’acteur engagé Leonardo DiCaprio durant 2 ans et demi. Une manière différente de dresser un état alarmant de la planète. Encore plus inquiétant aujourd’hui, comme l’explique Fisher, que lorsqu’il a été tourné: «Quand on a produit le film à Paris, National Geographic l’a d’emblée acheté pour le diffuser avant les élections américaines de 2016, afin de contrer la campagne pro-Trump qui risquait de déstabiliser les initiatives d’Obama en ce qui concerne le climat. Ce qui est d’ailleurs malheureusement arrivé et qui est tragique. Mais ce film est beaucoup plus puissant aujourd’hui et plus urgent, surtout avec la série de cyclones, catastrophes et désastres qui s’abattent sur nous».
Pour étoffer leur démonstration, DiCaprio et Stevens ont parcouru le monde pour voir les ravages engendrés par les forages au Canada,  les forêts incendiées en Indonésie pour extraire l’huile de palme, tout comme celles de l’Amazonie, décimées pour l’industrie, les rues systématiquement englouties par la montée des eaux à Miami, les récoltes complètement inondées en Inde,  la pollution qui étouffe les gens en Chine,  le Groenland qui fond.  D’ailleurs, pour filmer certaines scènes qu’il jouait dans The Revenant, tourné à la même période et qui se déroule dans des montagnes enneigées, DiCaprio raconte qu’il a fallu aller jusqu’au pôle Sud à Ushuaïa, pour trouver assez de neige. «Bientôt nos petits-enfants ne sauront plus ce que signifie ce mot», affirme un scientifique dans le film.

SéCURITE NATIONALE
Le film donne également la parole aux experts, tous très alarmés. Car le problème est grave. Et connu, depuis longtemps. Un film de 1958 le décrivait exactement comme aujourd’hui: fonte des neiges, hausse de la température de 2 degrés par an. En s’appuyant sur des images recueillies par la Nasa qui montrent les flux du Gulf Stream, les régions d’inondation, de sécheresse inéluctables  (Moyen-Orient, Darfour, Somalie, Afrique), il conclut que c’est désormais une question de sécurité nationale, car d’ici quelques années, les flux migratoires provenant des régions touchées par le réchauffement climatique entraîner ontla déstabilisation de tous les pays»  comme le déclare Obama dans le film. Se contenter des résultats positifs de la Conférence de Paris sur le climat ne suffit plus. DiCaprio prévient: «il n’est plus question de faire des promesses et des plans pour sauver la planète, il faut agir tout de suite, notamment en imposant la taxe sur le carbone. Certains pays, comme la Norvège et la Suède ont 0% d’émission de carbone».
Before the flood explique également comment un regroupement de climato-sceptiques gagne du terrain en défendant farouchement leurs intérêts dans les compagnies pétrolières, tandis que de puissants lobbies orchestrent une désinformation massive.

Pour plus d’infos: CarbonTax.org

Gisèle Kayata Eid

Related

Les piles, ce fléau de l’environnement

admin@mews

Les poubelles en mode autarcique

admin@mews

Greenpeace. Pour un monde meilleur

admin@mews

Laisser un commentaire