Les conséquences de l’accident vasculaire cérébral. Lésions, séquelles, handicaps
Logo

Nº 3002 du vendredi 22 mai 2015

Les conséquences de l’accident vasculaire cérébral. Lésions, séquelles, handicaps

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Les conséquences de l’accident vasculaire cérébral. Lésions, séquelles, handicaps
    Un engourdissement, une impossibilité de bouger, des troubles de la parole et de la vision et une perte de sensibilité sont les premiers signes d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Reconnaître...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Un engourdissement, une impossibilité de bouger, des troubles de la parole et de la vision et une perte de sensibilité sont les premiers signes d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Reconnaître les signes avant-coureurs d’un AVC pour intervenir rapidement permet d’en limiter les conséquences dramatiques.

Causé par le blocage du débit sanguin vers le cerveau par un caillot de sang ou une hémorragie cérébrale, l’accident vasculaire cérébral entraîne des séquelles invalidantes et nécessite une prise en charge rapide. L’interruption de la circulation sanguine vers ou dans le cerveau prive les cellules de celui-ci d’oxygène. Même si les deux tiers des accidents vasculaires cérébraux touchent les personnes de 70 ans et plus, il arrive parfois que de jeunes adultes en soient victimes.
Agée d’une quarantaine d’années, Viviane a été admise à l’hôpital paralysée du côté droit. Elle ne connaissait pas les symptômes de l’AVC. Son cas était grave. Après avoir subi les soins nécessaires, elle a fait des séances de rééducation. Son état s’est nettement amélioré. Environ 60% des personnes qui ont eu un accident vasculaire cérébral doivent composer avec une forme de déficience comme une paralysie, une perte de la sensibilité, des trous de mémoire, des troubles du langage et des problèmes de la vue. Les symptômes apparaissent soudainement et durent quelques minutes. Selon les experts, une brusque paralysie ou un engourdissement atteignant le visage, un bras ou une jambe, des troubles d’équilibre ou de coordination, des troubles de langage, des maux de tête violents sans cause apparente doivent amener à consulter d’urgence. Un traitement est exigé dans les toutes premières heures qui suivent la survenue d’un accident vasculaire cérébral afin de prévenir la formation de lésions cérébrales et d’une déficience et de favoriser la guérison. Il existe des traitements qui peuvent être donnés pour rétablir la circulation sanguine vers le cerveau et prévenir une aggravation des lésions cérébrales. Selon les études, 40 à 70% des personnes victimes d’un AVC n’arrivent pas à un hôpital au cours des trois heures qui suivent la survenue d’un AVC et ne reçoivent donc pas les soins salvateurs. L’accident vasculaire cérébral est une cause principale de mortalité. La prévention implique l’identification des facteurs de risques qui provoqueraient un AVC comme une fibrillation auriculaire, une circulation sanguine irrégulière, une tendance pour la coagulation sanguine qui nécessiteraient un traitement efficace pour minimiser les risques d’AVC.

 

Avis d’expert
«La fibrillation auriculaire (FA), ou pouls cardiaque irrégulier, caractérisée par un battement cardiaque rapide et irrégulier, affecte approximativement 2% de la population et multiplie par 5 les risques d’AVC. Les patients ayant une fibrillation auriculaire connaissent un plus grand risque d’infarctus ou de coagulation sanguine systémique qui mène à des complications fatales. Ceux qui souffrent de maladie cardiaque valvulaire encourent un risque plus accru d’événements thromboemboliques et les complications sont amplifiées en présence de fibrillation auriculaire. Cependant, un traitement médical est disponible comme les nouveaux anticoagulants oraux, qui peuvent s’avérer être très efficaces dans la prévention d’AVC. Il existe également de nouvelles stratégies qui apportent une assistance immédiate en cas d’AVC afin d’éviter la mortalité», note le Pr Paul Dorian, scientifique canadien et expert en cardiologie.

Nada Jureidini

L’initiative Mena
L’initiative Mena de l’AVC encourage la création d’une unité d’assistance dans les hôpitaux du Moyen-Orient qui offrira un programme spécifique de traitement des victimes d’un AVC permettant d’apporter plus rapidement aux patients qui en souffrent un traitement vital avec des résultats efficaces, ainsi qu’un effort pour développer une approche d’ensemble à l’assistance aux victimes d’AVC dans la région. Présentée par Boehringer Ingelheim, cette initiative vise à diminuer le délai de prise en charge de l’AVC.

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
La fin de l’Histoire

Les hordes de l’Etat islamique se sont emparées de la magnifique cité antique de Palmyre, l’un des sites archéologiques les plus riches et les mieux conservés du Levant. Au-delà de la beauté des pierres, de la majesté des temples, de la splendeur des colonnades torsadées et des impressionnants monuments funéraires vieux de 2000 ans, Palmyre est un symbole. Celui d’un Machrek, berceau et creuset d’illustres civilisations, dont l’apport à l’Humanité fut crucial; symbole d’un passé glorieux, trait d’union entre l’Orient de Zénobie et l’Occident d’Aurélien, d’une continuité dans la marche de l’Histoire, d’un pluralisme ethno-religieux, qui fait la richesse de cette partie du monde. Les armées du conquérant de la Syrie, Khaled Ibn el-Walid, tout droit sorties du désert d’Arabie, n’ont pas tenté de détruire Palmyre ou d’autres sites du Levant. Les califes omeyades et abbassides, les Fatimides, les croisés, Saladin, les Mongols, les Mamelouks, les Ottomans, les colonisateurs franco-britanniques, aucun de ceux qui ont occupé, ou dominé, notre région au fil des siècles n’a songé à démolir ces vestiges du passé. Certains ne s’y intéressaient pas, d’autres, en revanche, les ont mis en valeur, estimant que pour grandir, il fallait savoir apprécier les grandes choses.Les crimes perpétrés par Daech contre les peuples du Levant et leur patrimoine archéologique n’ont pas d’équivalent dans le passé des Arabes et de l’islam. Pour cette excroissance monstrueuse d’al-Qaïda, l’Histoire commence il y a quatorze siècles, et tout ce qui vient avant doit disparaître, ce qui vient après doit faire l’objet d’une impitoyable révision afin d’en éliminer les impuretés. C’est cela l’islam du désert, dont la vocation est bien loin des préceptes du prophète Mohammad et de ceux qui, après lui, ont dirigé sa Oumma. En effaçant les traces du passé, Daech veut détruire les symboles qu’elles représentent, pour que domine sa vision d’un monde uniforme, plat, formaté, monotone, totalitaire, injuste, arbitraire, lassant et désespérant. Et c’est en construisant cet enfer, à coups de têtes tranchées, de femmes et d’enfants réduits à l’esclavage, de minorités déracinées, et de populations martyrisées, qu’Abou Bakr el-Baghadadi promet à ses hommes le paradis.Le monde n’a pas encore pris la mesure du danger que représente ce groupe pour l’Humanité. Certains pays dits «civilisés» ne déploient pas les moyens nécessaires pour endiguer sérieusement l’avancée de Daech. Sinon comment expliquer le fait que cette organisation, soumise depuis neuf mois à des bombardements aériens quotidiens menés par des dizaines d’avions, parvient toujours à agrandir son territoire? Des Etats de la région continuent de trouver des convergences d’intérêts avec Abou Bakr el-Baghdadi, partant du principe que «l’ennemi de mon ennemi est mon ami». Le plus dangereux est cette tentative pernicieuse de réhabilitation du Front al-Nosra, la branche syrienne d’al-Qaïda, que certains espèrent voir rayé de la liste des organisations terroristes des Nations unies. Même au Liban, il existe des naïfs qui se croient à l’abri de la menace de Daech dans toutes ses versions, et pensent jouir d’une marge de manœuvre assez large pour jouer aux malins, dans l’espoir de régler des comptes politiques avec leurs adversaires locaux. Ils n’ont pas compris que la menace est globale, que personne n’y échappera, et que l’heure de l’union sacrée a sonné depuis longtemps. 



 Paul Khalifeh
   

Santé

Les conséquences de l’accident vasculaire cérébral. Lésions, séquelles, handicaps
Un engourdissement, une impossibilité de bouger, des troubles de la parole et de la vision et une perte de sensibilité…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved