En rafale
Logo

Nº 3104 du vendredi 2 août 2019

En rafale
En rafale

En rafale (212)

Jeudi, 18 Avril 2013 16:03

En rafale

Front anti-Assir
Sous l’impulsion de la députée Bahia Hariri, Le mufti de Saïda, le cheikh Salim Saoussan, a entamé une tournée chez les personnalités de la capitale du Liban-Sud afin de mettre sur pied un front anti-cheikh Ahmad el-Assir. Premier sollicité: l’ex-député Oussama Saad.

Condoléances diplomatiques
Un émissaire du député Walid Joumblatt s’est rendu à Tyr afin de présenter ses condoléances aux propriétaires de l’entreprise Tajco à l’occasion du décès de leur père. Il s’agit de la famille Taj Eddine contre laquelle Joumblatt avait mené une campagne qui a abouti à l’inscription de certains de ses membres sur la liste noire américaine. Si le député du Chouf cherche à arranger les choses, c’est parce que, dit-on, il convoiterait l’achat d’un bien-fonds leur appartenant à Delhamié.

Conciliation intéressée
Un ex-ministre du Mont-Liban aurait demandé aux responsables d’un média, qui relève de sa personne, de changer de ton et d’être plus conciliants vis-à-vis du 8 mars. Il espère ainsi pouvoir récupérer ses chances de retrouver, aux prochaines élections, le «paradis perdu».

Plainte sans réponse
Des citoyens ont ouvertement critiqué les agissements d’une organisation non gouvernementale qui reçoit un financement des Etats-Unis. Un responsable de cette ONG les aurait tout bonnement escroqués. Leurs plaintes n’ont entraîné aucune réaction de la part des concernés.

Fateh renoue avec Damas
La reprise des relations entre Damas et le mouvement Fateh se ressent de plus en plus sur la scène libanaise. En effet, d’importantes réunions libano-palestiniennes s’y tiennent dans un nouveau climat défavorable au mouvement Hamas.

Prise de bec
Le ministre des Affaires étrangères, Adnan Mansour, a eu une prise de bec avec le ministre des Affaires sociales, Waël Abou Faour, au cours de la réunion de Baabda consacrée à la situation à la frontière nord. Mansour a jugé inutile de porter plainte devant la Ligue arabe au sujet des tirs syriens sur le territoire libanais, «puisque la Ligue soutient l’opposition, auteur de ces violations».

 

 

<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Éditorial
La stratégie invisible de Donald Trump

Au-delà du discours populiste, des dérives racistes et des propos inconséquents, le plus inquiétant dans la personnalité de Donald Trump c’est qu’il donne l’impression de faire cavalier seul, dans le sens où certaines des décisions qu’il prend ne semblent pas s’inscrire dans le cadre d’une stratégie mûrement réfléchie, minutieusement élaborée, et convenablement mise en œuvre par les différents départements du processus du «decision-making» aux Etats-Unis. Une stratégie prévoyant les conséquences sur les équilibres mondiaux et prenant en compte les intérêts de ses alliés.Le président américain a ainsi marqué une pause dans sa guerre commerciale contre la Chine après avoir pris des sanctions à l’emporte-pièce, sans en mesurer l’impact sur l’économie américaine. La tentative de mettre à genoux le Chinois Huawei s’est heurtée aux réticences d’un grand nombre d’entreprises américaines, qui ont fait pression sur l’Administration. Sur un plan plus général, Pékin a riposté par des mesures ciblées contre la taxation par Donald Trump de produits chinois d’une valeur de plusieurs centaines de milliards de dollars. Les mesures de rétorsion chinoises ont mis à mal le secteur agricole aux Etats-Unis, pour qui l’Empire du milieu constituait un important marché. Le président Trump s’est donc tiré une balle dans le pied puisque les agriculteurs constituent une pierre angulaire de sa base électorale. C’est principalement pour répondre à leur demande que le locataire de la Maison-Blanche a décrété une trêve avec Pékin.Par ailleurs, les mesures contre Huawei ont poussé le géant chinois à accélérer ses programmes d’autonomisation pour ne plus dépendre exclusivement des logiciels et autres produits fabriqués par les entreprises américaines. Bien que les Etats-Unis aient reculé, Huawei poursuivra sur la voie de l’autonomisation car rien ne garantit que demain, ou un autre jour, Donald Trump ou un autre président, ne décideront pas de revenir à l’option des sanctions.Plus proche du Liban, la confrontation entre les Etats-Unis et l’Iran donne lieu aux mêmes observations. Par vanité ou par ignorance, Donald Trump croyait, à tort, que Téhéran lèverait le drapeau blanc au bout de quelques mois de sanctions, couplées de menaces. Les sanctions sont toujours là mais les menaces, elles, perdent du volume. Au tout début, Trump menaçait la République islamique des pires gémonies si elle osait s’en prendre «aux ressortissants US, aux intérêts américains et aux alliés des Etats-Unis». Puis les «alliés» ont disparu de son discours, suivis des «intérêts», vu qu’il n’a pas riposté à la destruction du drone-espion Triton, qui vaut 220 millions de dollars, par un missile iranien qui a coûté lui quelques dizaines de milliers de dollars.Dans le bras de fer irano-américain, le monde assiste presque en temps réel, aux scènes de ménage entre Donald Trump et certains de ses conseillers, comme John Bolton, un va-t’en-guerre patenté qui cherche à entraîner son patron dans un conflit militaire que ce dernier ne souhaite pas en pleine campagne électorale.Dans ce paysage lamentable et pitoyable, les alliés des Etats-Unis sont les dindons de la farce. Ils constatent, avec effroi, que leur protecteur n’est pas si pressé de les protéger. C’est probablement pour cette raison que les Emirats arabes unis ont commencé les manœuvres pour un atterrissage en douceur en se désengageant de la guerre du Yémen.  


 Paul Khalifeh
   

Combien ça coûte

Un mariage à Chypre
La saison des mariages bat son plein et les voyages vers Chypre se multiplient. Célébrer ainsi son hyménée dans ce pays voisin du Liban se fait de plus en plus…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved