Pour le cinéma égyptien. Fin de l’âge d’or
Logo

Nº 3034 du vendredi 1er janvier 2016

Pour le cinéma égyptien. Fin de l’âge d’or

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Pour le cinéma égyptien. Fin de l’âge d’or
    Faten Hamama, Omar Sharif, Nour el-Chérif: avec la disparition, cette année, de ces trois grandes figures du grand et du petit écran, c’est, d’une certaine manière, la fin de l’âge...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Faten Hamama, Omar Sharif, Nour el-Chérif: avec la disparition, cette année, de ces trois grandes figures du grand et du petit écran, c’est, d’une certaine manière, la fin de l’âge d’or du cinéma égyptien.

C’est au cours de l’année 2015, à quelques mois d’intervalle, que deux des grands représentants de l’âge d’or du cinéma égyptien, deux éternels amoureux, un couple mythique aussi bien à l’écran que dans la vie, tirent leur dernière révérence: Faten Hamama et Omar Sharif.
Faten Hamama est décédée, le 17 février, à l’âge de 83 ans, au Caire, d’un problème de santé soudain. Elle est inhumée au Caire, en présence de plus de 2 000 personnes, proches et admirateurs, venues rendre hommage à l’élégance et la douceur de cette grande dame, qui a joué dans une centaine de films, avec certains des plus importants réalisateurs et aux côtés de grandes vedettes du cinéma.
Elle était appelée «la grande dame de l’écran arabe» et, en 1996, elle avait été nommée «l’actrice la plus importante du pays», durant la commémoration du centenaire de la naissance du cinéma égyptien. Véritable icône, son influence dépassait le grand écran, pour porter à bras le corps, le combat de la liberté, la cause des femmes, comme en témoigne notamment un de ses rôles majeurs dans le film Ouridou hallan, Je veux une solution, en 1975, où elle se glisse dans la peau d’une femme qui lutte pour obtenir le divorce. Ce film polémique permettra la révision de la législation en faveur des femmes désirant divorcer.
Un film qui renvoie peut-être également à sa propre vie privée, puisque, un an plus tôt, elle venait de divorcer de Omar Sharif, se refusant à le suivre à Hollywood où sa carrière était désormais lancée. Mais jusqu’au bout, ce dernier l’a toujours évoquée comme le seul amour de sa vie. Ils se sont rencontrés en 1954, lors du tournage du film Ciel d’enfer, Siraa fil wadi de Youssef Chahine. Il était alors un parfait inconnu du nom de Michel Demetri Chalhoub. Elle était mariée au réalisateur Ezzedine Zoulficar, un premier interdit qu’elle avait bravé et contre l’avis de ses parents en raison de la différence d’âge; il était de 12 ans son aîné. Et deuxième interdit qu’elle défie, par amour: après son divorce avec Ezzedine Zoulficar, elle épouse, en 1955, Michel Chalhoub qui se convertit pour elle à l’islam et prend le nom de Omar Sharif. Couple glamour, jeunes et élégants, ils enchaînent les films, ont un fils Tarek, mais ils se séparent en 1968 et divorcent en 1974.
Omar Sahrif, lui, est la seule star arabe à avoir atteint une telle renommée internationale. Né en Egypte, de parents libanais originaires de Zahlé, il est donc repéré, à 21 ans, jeune premier, par Youssef Chahine. A partir de là, Hollywood lui ouvre ses portes, du moment qu’il partage l’affiche avec Peter O’Toole du film Lawrence of Arabia de David Lean, un rôle pour lequel il obtient le Golden Globe du meilleur second rôle en 1963, une nomination aux Oscars et un contrat avec la Columbia Pictures. C’est ensuite Doctor Zhivago, un nouveau Golden Globe et les films se succèdent: Mayerling, Funny Girl, Che!, Genghis Khan, The Night of the Generals, Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran, Rock the Casbah… Atteint d’Alzheimer, il succombe d’une crise cardiaque, le vendredi 10 juin, à l’âge de 83 ans. Et c’est au Caire qu’il sera inhumé.
Deux mois plus tard, c’est Nour el-Chérif qui s’éteint, le 11 août 2015, à l’âge de 69 ans, des suites d’une longue maladie, un cancer des poumons. Acteur prolifique, il a joué dans plus de 240 œuvres, sous différentes formes: au théâtre, au cinéma, à la télévision. Parmi ses rôles les plus marquants et les plus internationaux, son interprétation du philosophe Averroès, grâce au film de Youssef Chahine, Le destin, al-Massir qui a remporté, en 1997, le Prix du cinquantième anniversaire du Festival de Cannes.

Nayla Rached

Le 9e art en deuil
Avec l’attaque, le 7 janvier, contre Charlie Hebdo, au-delà de toute portée politique et d’atteinte contre la libre expression, c’est tout l’univers du 9e art qui est endeuillé: Cabu, Charb, Wolinski, Tignous et Philippe Honoré, dessinateurs, bédéistes, caricaturistes et illustrateurs. Pour tout amateur de dessin, chaque nom évoque des souvenirs où s’emmêlent esquisses, traits et jeux de mots et de formes. «Je préfère mourir debout que vivre à genoux», disait Charb après avoir reçu des menaces de mort. «Je suis Charlie!», s’enflamme la Toile.

Michel Houellebecq crée la polémique
C’est le jour même de l’attentat contre Charlie Hebdo que les éditions Flammarion publient le roman de Michel Houellebecq, Soumission. Avec ce 6e roman, l’un des auteurs français les plus controversés a créé une nouvelle polémique politico-littéraire, accusé par ses détracteurs de faire le lit de l’extrême droite, une accusation qu’il réfute. Dans ce roman d’anticipation, il imagine la France de 2022 gouverné par un parti musulman. Polémique à tort ou à raison, la Toile s’enflamme et les ventes culminent. A chaque lecteur de se faire son avis!

B.B. King, la légende du Blues s’éteint
Il était l’une des dernières légendes encore vivantes du Blues. B.B. King s’est éteint le jeudi 14 mai, à Las Vegas, à l’âge de 89 ans. De son vrai nom Riley B. King, avec sa double initiale B.B. pour Blues Boy, une soixantaine d’albums, une quinzaine de Grammy Awards et des prix prestigieux, son perpétuel renouvellement, sa voix rocailleuse, l’alchimie magique de sa guitare Lucille, qui l’a «arraché à la plantation», qui lui a «apporté la gloire», comme il le chante…
B.B.King, le roi du Blues, adieu!

Le théâtre libanais perd Raymond Gébara
Son nom restera à jamais associé à l’âge d’or du théâtre libanais. Raymond Gébara a tiré sa dernière révérence, le 14 avril, à l’âge de 80 ans. Homme de théâtre dans ses multiples facettes, comédien, dramaturge, metteur en scène, sa première pièce majeure Que meure Desdémone (1970) est suivie de tant d’autres, Zarathoustra sara kalban, Saneh el-ahlam, Taht ri3ayet Zakkour, Qui a cueilli la fleur d’automne?, Pique-nique sur la ligne de démarcation, Charbel, Procès de Jésus, Kandalaft monté au ciel, L’assassinat d’Ana et de ses sœurs...


Janvier
2 Le musicien français Julien Jalaleddine Weiss, fondateur de l’Ensemble al-Kindi, décède à 61 ans.
4 Décès du cinéaste français René Vautier, réalisateur d’Avoir 20 ans.
5 Décès, à 67 ans, de la cinéaste égyptienne, Asma el-Bakri, réalisatrice de Mendiants et orgueilleux.
25 Le chanteur grec, Demis Roussos, meurt des suites d’un cancer, à 68 ans.

Février
1er 2e Festival d’Angoulême: L’Arabe du futur I de Riad Sattouf remporte le Fauve d’or, prix du meilleur album.
6 Ecrivaine et cinéaste algérienne, membre de l’Académie française, Assia Djebar meurt à l’âge de 78 ans.
13 30es Victoires de la musique: Christine and the Queens remporte deux Victoires, dont celle de l’artiste féminine de l’année; Julien Doré est sacré artiste masculin de l’année.
22 87es Oscars: grande victoire de Birdman (4 statuettes). Eddie Redmayne meilleur acteur pour The Theory of everything. Julianne Moore meilleure actrice pour Still Alice. Ida de Pawel Pawlikovski meilleur film étranger.

Mars
5 La cité historique de Nimroud, joyau archéologique du nord de l’Irak, est rasée au bulldozer par l’Etat islamique.
30 Le Liban perd l’un de ses plus grands stylistes, Basil Soda qui décède à 47 ans, emporté par un cancer.

Avril
13 Décès de l’auteur allemand Günter Grass, figure majeure de la littérature contemporaine, à l’œuvre tout aussi magistrale que polémique.

Mai
11 Double record de vente chez Christie’s: Les Femmes d’Alger (Version O), peinte par Picasso en 1955, est vendue à 179,3 millions $, et la sculpture L’Homme au doigt d’Alberto Giacometti à 141,3 millions $.
13 Ouverture du 68e Festival de Cannes qui sera clôturé le 24 du mois par la remise de la Palme d’or à Dheepan de Jacques Audiard.

 

Juin
7 Décès, à 93 ans, de l’acteur britannique Christopher Lee.

Juillet
14 La sonde New Horizons de la Nasa survole la planète Pluton à une distance minimale de 11,095 km, au bout d’un voyage de 9 ans.

Août
30  Brad Anderson, créateur du comic-strip US Marmaduke, décède à 91 ans.

Septembre
16 Le chanteur français Guy Béart s’éteint à l’âge de 85 ans.

Octobre
5 La cinéaste belge Chantal Akerman, figure de proue du cinéma moderne, se donne la mort à 65 ans.
8 Le prix Nobel de littérature décerné à l’écrivaine et journaliste biélorusse Svetlana Aleksievitch.
21 «On descend sur Hill Valley, Californie, à 4h29 pm, le mercredi 21 octobre, 2015»: phrase lancée par le Dr Emmett Brown à Marty McFly, dans le 2nd volet de la trilogie Back to the futur.

Novembre
3 Le prix Goncourt décerné à Mathias Enard pour Boussole, et le prix Renaudot à Delphine de Vigan pour D’après une histoire vraie.
4 Décès de l’anthropologue et philosophe français René Girard.
♦ Le prix Femina revient à Christophe Boltanski pour La Cache.
9 Disparition du philosophe français André Glucksmann.
12 Célébration du centenaire de la naissance de Roland Barthes, écrivain et critique français.
14 L’auteur Charif Majdalani reçoit le prix Jean Giono pour Villa des femmes.

Décembre
14 Première mondiale à Los Angeles du film Star Wars 7: the force awakens, réalisé par J.J. Abrams.
19 Célébration du centenaire de la naissance d’Edith Piaf.

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Pays-labo

Tout au long de son histoire contemporaine, le Liban a souvent eu le rôle, peu glorieux pour les uns, flatteur pour les autres, de laboratoire du monde arabe. Un rôle de circuit d’entraînement où les décideurs testent des projets, des idées. Terre d’intrigues, de complots et de conspirations, il a vu les puissances régionales et internationales régler leurs comptes sur son sol, avec, comme carburant, la chair et le sang de ses fils. Certaines séquences du long processus du dépeçage de l’Empire ottoman ont été jouées au Liban, au XIXe siècle. Un des épisodes de la fondation de l’Etat d’Israël, l’exode des Palestiniens en 1948, s’est acté sur son sol. C’est aussi le Liban qui a payé le plus lourd tribut du désengagement de l’Egypte du conflit israélo-arabe, avec la guerre civile de 1975, dont les liens avec la négociation et la signature des accords de Camp David n’ont pas été assez explorés par les historiens.Le présent est comme le passé. Il devient, aujourd’hui, de plus en plus clair que l’élection présidentielle est organiquement liée à l’évolution de la situation en Syrie. Décrypter ce lien est indispensable pour deviner ce que peut nous réserver l’année 2016. L’attitude du Hezbollah à l’égard de la candidature de Sleiman Frangié à la présidence de la République est particulièrement éclairante. Le moins que l’on puisse dire c’est que le parti de Hassan Nasrallah ne semble pas pressé de mettre fin à la vacance présidentielle, sinon il aurait saisi au vol l’initiative de Saad Hariri de faire élire un de ses plus fidèles alliés. En revanche, le Courant du futur s’impatiente et a montré qu’il est disposé à faire de sérieuses concessions, en proposant le nom de M. Frangié.Le Hezbollah n’est pas mécontent de l’éventuelle élection de Sleiman Frangié. Au contraire, cette option lui paraissait inespérée, il y a seulement quelques mois. Mais il estime que le moment n’est pas encore venu de débloquer la présidentielle libanaise. Et ce moment ne viendra pas tant que l’évolution de la situation en Syrie ne se précisera pas. Les grandes lignes du règlement de la crise syrienne ont été agréées entre les Etats-Unis, la Russie et l’Iran, et ont été consignées dans la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies, votée à l’unanimité le 18 décembre dernier. Ce texte contient un calendrier précis et l’esquisse d’un mécanisme d’application, bien que beaucoup de détails restent à régler. La résolution «appuie un processus politique dirigé par les Syriens et facilité par l’Onu, qui met en place, dans les six mois, une gouvernance crédible, inclusive et non sectaire, et arrête un calendrier et des modalités pour l’élaboration d’une nouvelle Constitution, et se dit favorable à la tenue, dans les 18 mois, d’élections libres et régulières, conformément à la nouvelle Constitution, qui seraient conduites sous la supervision de l’Onu». Par ailleurs, le texte ne fait aucune allusion au sort réservé au président Bachar el-Assad.Avant de débloquer la présidentielle libanaise, le Hezbollah, et avec lui l’Iran, veulent s’assurer que le processus politique en Syrie est bien mis sur les rails et qu’il est irréversible. Il faudra donc attendre les premiers mois de 2016 pour que l’image s’éclaircisse en Syrie, afin qu’elle se décante au Liban.Entre-temps, le pourrissement des institutions continue, la crise économique s’aggrave, la sécurité est fragilisée, la crise des déchets reste sans solution et le nombre de non-Libanais ne cesse d’augmenter. Il y aurait aujourd’hui au Liban 2,5 millions d’étrangers pour 4 millions de Libanais. Quels arguments peut-on encore avancer pour convaincre les jeunes qu’il y a toujours un espoir et qu’ils peuvent imaginer leur avenir dans leur pays? Aucun, sinon que le Liban fait preuve d’une capacité de résilience exceptionnelle, et que pour beaucoup moins que cela, d’autres Etats ont disparu de la carte du monde.


 Paul Khalifeh
   

Santé

Le cerveau des hommes vieillit plus vite
Le cerveau des hommes vieillirait plus rapidement que celui des femmes. Les hommes seraient donc plus susceptibles de développer certaines…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved