Eric-Emmanuel Schmitt à Montréal. «J’adore les Libanais qui dansent sur des volcans»
Logo

Nº 3030 du vendredi 4 décembre 2015

Eric-Emmanuel Schmitt à Montréal. «J’adore les Libanais qui dansent sur des volcans»

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Eric-Emmanuel Schmitt à Montréal. «J’adore les Libanais qui dansent sur des volcans»
    Il vient de sortir un livre qui éclaire toute son œuvre. La nuit de feu est une autobiographie qu’il garde secrète depuis l’âge de 29 ans. A 55 ans, le...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Il vient de sortir un livre qui éclaire toute son œuvre. La nuit de feu est une autobiographie qu’il garde secrète depuis l’âge de 29 ans. A 55 ans, le dramaturge, écrivain, philosophe, musicien, réalisateur, prolifique à souhait, se dévoile sans pudeur à l’occasion du Salon du livre de Montréal.

Il lui aura fallu 25 ans pour faire son «coming out». «On me demandait toujours d’où venait cette lumière dans mes œuvres. Je pensais que c’était pour moi. C’est difficile de parler au ‘‘je’’, de parler de la foi. Mais en fait, cette lumière vient d’une nuit dans le désert».
En toute simplicité et sérénité, un des auteurs les plus lus et traduits au monde, raconte: «Je suis né dans une famille d’athées, avec une éducation d’athée».
Après des études de philosophie (il soutient une thèse sur Diderot en 1987), je suis allé en tournage au Hoggar, en Algérie, pour un documentaire sur Charles de Foucauld, un noceur du XIXe siècle, né en Alsace-Lorraine d’une famille très riche, officier de l’armée française, touché par la foi ambiante qu’il a rencontrée à l’occasion d’un séjour en Algérie. J’ai suivi ses pas vers son ermitage. Nous avons gravi une montagne, dormi à la belle étoile, campé dans un bivouac, accompagnés par un guide touareg. Du haut de la montagne, le panorama était sublime. Content, je dévale pendant deux heures la pente, sans vérifier si mes compagnons me suivaient. Soudain, je me rends compte que je suis perdu. La nuit tombe comme un couperet. Il fait froid. J’étais en short, sans sac, avec juste une gourde. J’étais perdu dans un désert dans lequel durant huit jours, nous n’avions pas vu une seule caravane. Une phrase me revient en boucle: «Il faut trois jours pour mourir de soif». Je me fais une couverture de sable, la tête dans les étoiles, en me disant que je vais passer des heures horribles. En fait, j’ai passé les plus belles heures de ma vie. Mon corps se dédouble. Il y en a un douloureux, mais un autre s’échappe de la pesanteur et du temps. Il va à l’encontre de quelque chose d’harmonieux, de fort, de puissant... Je me sens bercé. C’est véritablement l’extase, la sensation de sortir de soi. Je vais à cette rencontre jusqu’au moment où je fonds dans cette lumière. Au retour, quand elle me repose dans mon corps, une trace demeure dans mon cœur, une confiance, une foi».
Qu’est ce que cela change? «Croire n’est pas savoir, c’est une expérience spirituelle. Dieu n’est pas un objet de savoir. La condition humaine est un mystère. On a tous des questions et les réponses sont toutes différentes. Je vivais dans le mystère et l’angoisse. La croyance est une manière d’habiter l’ignorance. Quand on habite ce mystère avec confiance, on est dans la foi.

 

Le monde désenchanté
La mort c’est l’inconnu total, mais face à la mort, je suis serein. J’ai reçu un cadeau de la vie, j’aurai un cadeau de la mort. Je ne cherchais rien et j’ai reçu. J’étais dans un moment de faiblesse. Et c’est par là qu’Il est entré».
Dieu? «Cette force qui m’a appelé ne s’est pas nommée. Ce sont les hommes qui donnent le nom à Dieu. Ce qui fonde toutes les religions, c’est le noyau de feu, le mysticisme… Les religions sont le refroidissement de ce feu qui s’exprime par les dogmes, les rites, les histoires… Mais, par ailleurs, j’ai un regard bienveillant sur elles. Elles sont ‘‘humanisantes’’».
Dans la société d’aujourd’hui? «Le monde actuellement est désenchanté, c’est devenu un grand marché global, matérialiste. On a faibli sur notre modèle de société. Il y a des jeunes qui refusent cela et qui, donc, se radicalisent».
Sa réponse à cette déshumanisation croissante, l’auteur au grand sourire la trouve dans l’ouverture aux autres, dans la lutte au quotidien. «Il faut travailler du côté de la bienveillance, du vivre-ensemble. Ne pas créer des exclusions par notre regard ou pire encore par notre indifférence. Il faut essayer d’être ensemble. J’adore d’ailleurs les Libanais qui dansent sur les volcans. Si les Parisiens savaient vivre comme les Libanais…».
La nuit de feu (chez Albin Michel) raconte la part de rêves, d’idéaux, de valeurs. Ces mêmes valeurs dont Eric-Emmanuel Schmitt dira: «Un vrai talent doit transmettre des valeurs qu’il porte et qui le dépassent. Son but est d’obtenir des mercis et pas des bravos. Un livre doit vous aider à vivre mieux… emmener le lecteur quelque part, jusqu’au bout du voyage intérieur».

Gisèle Kayata Eid, Montréal

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Frangié ou le chaos

La question de l’élection présidentielle a confirmé que les chrétiens du Liban ne sont plus ces preneurs d’initiatives, ces rassembleurs de la nation, ces dynamiseurs, capables d’innover, d’imaginer, d’entreprendre et de rallier les autres partenaires à leurs idées. On le savait depuis déjà trois décennies, mais on continuait à espérer un changement des mentalités et des habitudes, des actes et des paroles. Dix-sept mois de vacance présidentielle étaient amplement suffisants pour qu’ils tentent de se repositionner sur l’échiquier national, qu’ils se libèrent de leur condition de suiveurs et redeviennent des décideurs, qu’ils recommencent à peser dans la balance. Ils auraient pu facilement y parvenir en s’entendant entre eux sur un candidat unique à la présidentielle et en portant son nom aux autres partis, qui n’auraient eu ni le courage ni la possibilité de le refuser. En vain. Certains leaders sont restés prisonniers de leur ego démesuré, de leur entêtement légendaire et de leur myopie politique. Au lieu de faire l’événement, ils l’ont regardé venir, initié par les autres et, aujourd’hui, ils en subissent les conséquences.Les autres, c’est Walid Joumblatt, qui s’est réservé une place de choix dans l’équation présidentielle dès la première heure, en présentant son propre candidat, Henri Hélou. C’est Saad Hariri, qui a fait mine d’appuyer la candidature de Samir Geagea tout en négociant la présidence avec Michel Aoun, avant de se rétracter et de passer au suivant… C’est aussi Nabih Berry, qui avait en réserve son candidat caché et qui imaginait, pendant tout ce temps, le scénario de sortie de crise et se donnait les moyens de le concrétiser. Entre-temps, les leaders chrétiens se neutralisaient mutuellement et attendaient que leurs alliés respectifs fassent pencher la balance en leur faveur. Ils se sont barricadés derrière des attitudes négatives, si bien qu’ils sont tombés des nues lorsqu’ils ont appris le projet de candidature de Sleiman Frangié. Ils en ont avalé leur langue. Que peuvent-ils dire du leader du Liban-Nord? Qu’il n’est pas représentatif, qu’il est manipulé, inféodé à telle partie locale ou tel pays régional? Ils savent très bien que cela est inexact. Lui reprocher d’avoir été «choisi» par Saad Hariri est encore moins vrai, car Sleiman Frangié, est, avant tout, le choix de l’Eglise maronite, qui l’a placé parmi les «quatre présidentiables forts», avec l’accord des autres «pôles» chrétiens.Berry, Hariri et Joumblatt ont le mérite d’avoir saisi le moment opportun pour lancer, défendre et vendre, au Liban et à l’étranger, l’option Frangié. Les leaders chrétiens, eux, ont semblé complètement déconnectés des réalités régionales et internationales. Ils n’ont pas vu qu’une «window of opportunity» s’était entrouverte, et qu’il fallait s’y engouffrer avant qu’elle ne se referme, pour prendre l’initiative et se replacer, ainsi, au centre de l’échiquier national. Comme, il y a un an et demi, ils auraient dû faire bloc derrière la candidature de Michel Aoun, ils doivent, aujourd’hui, choisir Sleiman Frangié, quitte à appuyer, demain, Samir Geagea ou Amine Gemayel.Sleiman Frangié n’est pas encore président et il se peut qu’il ne le devienne pas, même si les indices plaidant en faveur de sa candidature se multiplient. Mais une chose est sûre, si les leaders chrétiens choisissent la voie de l’autodestruction, le vide pourrait s’éterniser.De là à dire que les Libanais sont confrontés à l’équation Frangié ou le chaos, il n’y a qu’un petit pas à franchir.


 Paul Khalifeh
   

Santé

Bienfaits, risques, nouvelles techniques… La chirurgie de l’obésité l’ultime recours
L’obésité morbide est un grave problème de santé. Il s’agit d’une maladie multifactorielle, en partie génétique, qui a des conséquences…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved