Semaine du 1er au 7 janvier
Logo

Nº 3034 du vendredi 1er janvier 2016

Semaine du 1er au 7 janvier

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Semaine du 1er au 7 janvier
    John Wick Vendredi 1er à 01h00, C+ de Chad Stahelski Keanu Reeves, Willem Dafoe, Michael Nyqvist, Alfie Allen et Bridget Regan Iosef Tarasov n’aurait jamais dû s’en prendre à John Wick. Le petit...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

John Wick
Vendredi 1er à 01h00, C+
de Chad Stahelski
Keanu Reeves, Willem Dafoe, Michael Nyqvist, Alfie Allen et Bridget Regan
Iosef Tarasov n’aurait jamais dû s’en prendre à John Wick. Le petit voyou et fils d’un caïd de la mafia a eu la mauvaise idée de voler la voiture de collection et de tuer le chien, cadeau de sa défunte femme, de cet homme solitaire et mystérieux. Aureilo, le boss de Tarasov, qui connaît la véritable identité de Wick, sait qu’Iosef a fait l’erreur de sa vie. John Wick est un ex-tueur à gages et est bien décidé à se venger. Alors qu’il aspirait à une vie sans violence depuis la mort de son épouse, il doit ressortir les armes qu’il avait enterrées sous sa maison. Une guerre sans merci, où tous les coups sont permis, commence alors entre l’homme blessé et le gang… (100’, 2014)

 

Taken
Samedi 2 à 21h55, C+

d’Olivier Megaton  
Liam Neeson, Forest Whitaker, Famke Janssen et Maggie Grace
L’ex-agent de la CIA, Bryan Mills, compte bien rattraper le temps perdu avec sa fille, aujourd’hui en couple, et son ex-femme Lenore dont il se rapproche. Un peu trop d’ailleurs au goût de son nouveau mari. Victime d’une machination, Mills est bientôt soupçonné du meurtre de son ex. Lui seul peut arrêter l’assassin et prouver son innocence. Emmenée par un limier d’élite, la police est sur sa piste… (105’, 2014)

 

Largo Winch II
Dimanche 3 à 21h55

de Jérôme Salle
Tomer Sisley, Sharon Stone, Ulrich Tukur et Namee Napakpapha Nakprasitte
Largo Winch se retrouve à la tête du groupe W après la mort de son père. Contre toute attente, il décide de ne pas suivre ses traces, mais de mettre en vente l’entreprise familiale. En effet, il a l’ambition, avec l’argent que lui rapportera la société, de créer une importante fondation humanitaire. Alors qu’il est sur le point de signer le contrat de vente, un mystérieux témoin l’accuse de crimes contre l’humanité. Largo Winch risque gros s’il ne trouve pas le moyen de se disculper. Il entame alors une enquête qui le ramènera sur les traces de son passé, en plein cœur de la jungle birmane, dans l’espoir de prouver son innocence… (135’, 2011)

 

La folie des grandeurs
Dimanche 3 à 21h55, F2

de Gérard Oury
Louis de Funès, Yves Montand, Alberto de Mendoza et Karin Schubert  
Tout-puissant ministre des Finances du roi d’Espagne, Don Salluste parcourt l’Andalousie en taxant à son seul profit les paysans. Un comportement qui indigne son fidèle valet, Blaze. En apprenant que Don Salluste a engrossé sa suivante, la reine en profite pour bannir ce ministre sans foi ni loi. Or, Salluste a la rancune tenace. Il fomente une vengeance et tente d’utiliser son neveu, le beau Don Cesar, qui vit dans le désert. Mais devant son refus, il l’enlève et le fait vendre à des pirates mauresques. Désormais, le Don Cesar qui se pavanera à la cour aura les traits de Blaze, dont Salluste connaît le doux penchant pour la reine… (105’, 1971)

 

 

 

Ali Baba et les quarante voleurs
Dimanche 3 à 21h55, D8

de Jacques Becker
Fernandel, Samia Gamal, Henri Vilbert, Dieter Borsche et Edouard Delmont
Juché sur son âne, Ali Baba, serviteur du riche Cassim, se rend en chantant au marché aux esclaves afin d’y trouver de jolies femmes destinées au harem de son maître. Ce jour-là, il remarque Morgiane, une jeune fille dansant à ravir, et s’en porte acquéreur après avoir dû marcher sur les pieds d’un concurrent obstiné pour qu’il renonce à enchérir. Puis, il emmène la jeune femme au palais de Cassim en le présentant comme étant le sien. Jusqu’au moment où Cassim rétablit la vérité en chassant violemment deux mendiants. D’abord peu intéressé par la nouvelle venue, Cassim change tout à fait d’attitude après l’avoir vue danser. Au point qu’Ali Baba, prenant peur pour la vertu de Morgiane, s’arrange pour faire boire à Cassim un breuvage soporifique. Il part ensuite à la recherche d’un marchand d’oiseaux pour acheter le perroquet qui faisait tant rêver Morgiane… (110’, 1954)

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Pays-labo

Tout au long de son histoire contemporaine, le Liban a souvent eu le rôle, peu glorieux pour les uns, flatteur pour les autres, de laboratoire du monde arabe. Un rôle de circuit d’entraînement où les décideurs testent des projets, des idées. Terre d’intrigues, de complots et de conspirations, il a vu les puissances régionales et internationales régler leurs comptes sur son sol, avec, comme carburant, la chair et le sang de ses fils. Certaines séquences du long processus du dépeçage de l’Empire ottoman ont été jouées au Liban, au XIXe siècle. Un des épisodes de la fondation de l’Etat d’Israël, l’exode des Palestiniens en 1948, s’est acté sur son sol. C’est aussi le Liban qui a payé le plus lourd tribut du désengagement de l’Egypte du conflit israélo-arabe, avec la guerre civile de 1975, dont les liens avec la négociation et la signature des accords de Camp David n’ont pas été assez explorés par les historiens.Le présent est comme le passé. Il devient, aujourd’hui, de plus en plus clair que l’élection présidentielle est organiquement liée à l’évolution de la situation en Syrie. Décrypter ce lien est indispensable pour deviner ce que peut nous réserver l’année 2016. L’attitude du Hezbollah à l’égard de la candidature de Sleiman Frangié à la présidence de la République est particulièrement éclairante. Le moins que l’on puisse dire c’est que le parti de Hassan Nasrallah ne semble pas pressé de mettre fin à la vacance présidentielle, sinon il aurait saisi au vol l’initiative de Saad Hariri de faire élire un de ses plus fidèles alliés. En revanche, le Courant du futur s’impatiente et a montré qu’il est disposé à faire de sérieuses concessions, en proposant le nom de M. Frangié.Le Hezbollah n’est pas mécontent de l’éventuelle élection de Sleiman Frangié. Au contraire, cette option lui paraissait inespérée, il y a seulement quelques mois. Mais il estime que le moment n’est pas encore venu de débloquer la présidentielle libanaise. Et ce moment ne viendra pas tant que l’évolution de la situation en Syrie ne se précisera pas. Les grandes lignes du règlement de la crise syrienne ont été agréées entre les Etats-Unis, la Russie et l’Iran, et ont été consignées dans la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies, votée à l’unanimité le 18 décembre dernier. Ce texte contient un calendrier précis et l’esquisse d’un mécanisme d’application, bien que beaucoup de détails restent à régler. La résolution «appuie un processus politique dirigé par les Syriens et facilité par l’Onu, qui met en place, dans les six mois, une gouvernance crédible, inclusive et non sectaire, et arrête un calendrier et des modalités pour l’élaboration d’une nouvelle Constitution, et se dit favorable à la tenue, dans les 18 mois, d’élections libres et régulières, conformément à la nouvelle Constitution, qui seraient conduites sous la supervision de l’Onu». Par ailleurs, le texte ne fait aucune allusion au sort réservé au président Bachar el-Assad.Avant de débloquer la présidentielle libanaise, le Hezbollah, et avec lui l’Iran, veulent s’assurer que le processus politique en Syrie est bien mis sur les rails et qu’il est irréversible. Il faudra donc attendre les premiers mois de 2016 pour que l’image s’éclaircisse en Syrie, afin qu’elle se décante au Liban.Entre-temps, le pourrissement des institutions continue, la crise économique s’aggrave, la sécurité est fragilisée, la crise des déchets reste sans solution et le nombre de non-Libanais ne cesse d’augmenter. Il y aurait aujourd’hui au Liban 2,5 millions d’étrangers pour 4 millions de Libanais. Quels arguments peut-on encore avancer pour convaincre les jeunes qu’il y a toujours un espoir et qu’ils peuvent imaginer leur avenir dans leur pays? Aucun, sinon que le Liban fait preuve d’une capacité de résilience exceptionnelle, et que pour beaucoup moins que cela, d’autres Etats ont disparu de la carte du monde.


 Paul Khalifeh
   

Santé

Le cerveau des hommes vieillit plus vite
Le cerveau des hommes vieillirait plus rapidement que celui des femmes. Les hommes seraient donc plus susceptibles de développer certaines…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved