Contrôle glycémique. Pour mieux vivre avec le diabète
Logo

Nº 2979 du vendredi 12 décembre 2014

Contrôle glycémique. Pour mieux vivre avec le diabète

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Contrôle glycémique. Pour mieux vivre avec le diabète
    Un bon contrôle de la glycémie a pour objectif de prévenir ou retarder les complications liées au diabète de type 2. Il permet d’adapter son traitement et de maintenir ses...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Un bon contrôle de la glycémie a pour objectif de prévenir ou retarder les complications liées au diabète de type 2. Il permet d’adapter son traitement et de maintenir ses glycémies le plus près possible des valeurs normales. Explications.
 

Le diabète est une maladie chronique qui apparaît lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline ou que l’organisme n’utilise pas correctement l’insuline qu’il produit. L’insuline est une hormone qui régule la concentration de sucre dans le sang. L’hyperglycémie, ou concentration sanguine élevée de sucre, est un effet fréquent du diabète non contrôlé qui conduit avec le temps à des atteintes graves de nombreux systèmes organiques et, plus particulièrement, des nerfs et des vaisseaux sanguins. Le diabète de type 2 commence généralement entre 40 et 50 ans, mais l’âge moyen du diagnostic se situe entre 60 et 65 ans. Mais comme le diabète de type 2 est sans symptômes au début de la maladie, on considère que plus d’un tiers des personnes atteintes ignorent leur maladie. La glycémie, appelée aussi «taux de sucre» ou «taux de glucose» dans le sang, peut varier chez la personne diabétique pour plusieurs raisons: alimentation, traitement, situations... Parvenir à l’équilibre glycémique est essentiel pour bien vivre son diabète au quotidien. Dans une conférence de presse organisée par Sanofi, les experts en endocrinologie ont souligné l’importance d’un contrôle glycémique adéquat pour les patients atteints de diabète de type 2. Une nouvelle thérapie, utilisée en association avec une insuline basale, permet d’améliorer le contrôle glycémique des patients diabétiques de type 2 et de réduire significativement la glycémie après les repas ou postprandiale. Le traitement permet également d’atteindre les taux cible d’HbA1c qui est un bon indicateur du sucrage de notre organisme et, donc, du risque de complications diabétiques à long terme. Pour le diabète de type 2, les objectifs glycémiques sont fixés entre 70 et 120 mg/dl avant les repas et 180 mg/dl après les repas (postprandial). La régulation de la glycémie est assurée grâce à un équilibre permanent entre différentes substances principalement hormonales. Plus l’HbA1c est proche de la normale, plus le risque de développer des complications du diabète est faible. Pour la plupart des patients diabétiques de type 2, une cible d’HbA1c inférieure ou égale à 7% est recommandée. Si l’HbA1c est supérieure à 7%, le traitement doit être réévalué. Selon les médecins, la glycémie postprandiale est prise à la légère et très souvent négligée par les diabétiques. Or, cette glycémie est un facteur à prendre en considération pour éviter les complications liées à la maladie. La nouvelle thérapie permet de maintenir et réguler le taux de glucose postprandial dans le sang et a un effet sur la prise de poids.
 

Avis d’experts
«La nouvelle thérapie est une nouvelle alternative pour un meilleur contrôle du diabète de type 2. Il ne suffit pas de contrôler la glycémie à jeun, mais également, après les repas. Bien que l’insuline basale permette de contrôler efficacement la glycémie à jeun, à mesure que le diabète progresse dans le temps, les patients traités par insuline basale ne parviennent plus à maintenir leur taux cible d’HbA1c, en dépit d’un bon contrôle de la glycémie à jeun. Dans ce cas, l’ajout de cette thérapie a un effet réducteur prononcé sur la glycémie postprandiale et peut constituer une stratégie efficace pour réduire davantage la glycémie sanguine et atteindre les taux cible d’HbA1c», précisent les endocrinologues.

 

NADA JUREIDINI

 

Quelques faits
Le diabète augmente en particulier dans les pays en développement.
Le diabète sera la septième cause de décès dans le monde en 2030.
Le diabète de type 2 représente près de 90% du diabète dans le monde,
Une maladie cardio-vasculaire est à l’origine de 50 à 80% des décès chez les diabétiques.
Une grande proportion des cas de diabète et de ses complications pourrait être prévenue par un régime alimentaire sain, de l’exercice physique régulier et le maintien d’un poids normal.

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.