Twittoscope
Logo

Nº 2979 du vendredi 12 décembre 2014

Twittoscope

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Twittoscope
    Mon correcteur n’arrête pas de vouloir changer human rights par hummus rights. Je suis au Liban depuis longtemps… Tom Fletcher, ambassadeur de Grande-Bretagne au Liban - @HMATomFletcher - 36400 abonnés. Est-il possible...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Mon correcteur n’arrête pas de vouloir changer human rights par hummus rights. Je suis au Liban depuis longtemps…
Tom Fletcher, ambassadeur de Grande-Bretagne au Liban - @HMATomFletcher - 36400 abonnés.


Est-il possible qu’il y ait des gens sur Twitter qui se réjouissent que les avions israéliens bombardent le Levant? Sionistes, je vous dis: à Damas, «les colombes sommeillent au-dessus de ma tête et les minarets dans mes yeux versent leurs larmes».
Fady Ghantous, ancien bâtonnier du Liban-Nord, qui reprend les vers du poète syrien Nizar Qabbani - @ghantous44 - 3400 abonnés.


De Damas à la Résistance, les armes ont crié, la foi s’illumine et la victoire viendra.
Véra Yammine, membre du bureau politique du courant Marada - @VeraYammine - 6800 abonnés.


Pendant qu’Israël bombarde les bastions du régime à Damas, les avions du régime pilonnent les civils à Deraa et Deir Ezzor. Où est l’opposition? Ça ressemble plus à de l’accouplement.
Saad el-Aqidy, expert des groupes islamistes - @saadalaqidy - 28800 abonnés.

 

Tant que le chef de la diplomatie américaine John Kerry dira qu’il n’y aura pas de solution militaire en Syrie, il n’y aura pas de solution politique et la guerre se poursuivra.
Burhan Ghalioun, ancien président du Conseil national syrien - @ghaliounn - 5400 abonnés.


Choqué, absolument choqué d’apprendre que la CIA est une bande de menteurs tortionnaires. Qu’est-ce qu’on va dire, ensuite, qu’ils ont organisé des coups d’Etat dans d’autres pays?
Karl Sharro, twitto et blogueur - @KarlreMarks - 38100 abonnés.


Est-ce que le rapport sur la torture vous a fait penser «Je n’en savais pas la moitié?». Eh bien, vous n’en savez toujours pas plus. Ce n’est qu’un résumé censuré.
Philip Gourevitch, journaliste au New Yorker - @PGourevitch - 27500 abonnés.


J’attends avec impatience le jour où un pays arabe publiera un rapport sur la torture, avec autant de transparence que celui de la CIA.
Romain Caillet, chercheur sur les questions islamistes - @RomainCaillet - 7600 abonnés.


Il est absurde de vouloir exporter les valeurs de la liberté, alors que l’on torture et il est hypocrite d’exiger des réformes démocratiques de régimes qui ont torturé pour nous.
Rula Jebreal, journaliste - @rulajebreal - 37600 abonnés.


L’exécution du soldat Ali Bazzal et la prise en otages des soldats sont un crime qui réunit les Libanais pour le dénoncer. Le blocus de Ersal, dans un souci de vengeance, est un service rendu aux kidnappeurs.
Saad Hariri, leader du Courant du futur - @HaririSaad - 426000 abonnés.


Dans tous les pays arabes, les artistes et les voyants vivent dans le confort, les intellectuels et les créateurs, que Dieu les aide.
Salam Saad, coach personnel - @Etiquette_Salam-8500 abonnés.


2014 selon Twitter
Twitter a réalisé une belle infographie interactive sur un site consacré à la rétrospective de l’année: 2014.twitter.com. Au début de l’année, on retrouve évidemment les festivités du Nouvel an, le Super Bowl, Sotchi et le fameux selfie d’Ellen DeGeneres pendant la cérémonie des Oscars. L’année 2014 continue avec des événements moins réjouissants: le crash du vol #MH370 et l’opération #BringBackOurGirls. Le mois de juin est très sportif. Les événements marquants de la fin d’année: Ferguson, la mort de Robin Williams, l’Ice Bucket Challenge et les manifestations de Hong Kong.

Hachette veut vendre sur Twitter
La filiale américaine de l’éditeur français Hachette a annoncé, lundi, un projet visant à tester la vente de livres sur le réseau social en ligne Twitter. Hachette Book Group (HBG) s’est associé à la société technologique Gumroad pour ajouter un bouton dans les tweets de certains de ses auteurs permettant d’acheter directement leurs œuvres sans avoir à quitter la plateforme du réseau social. «Avec une si grande partie du marketing de nos livres faite désormais sur les médias sociaux, acheter à l’intérieur de Twitter est l’étape suivante naturelle», a commenté Michael Pietsch, le patron de HBG.

Maroc: le compte qui sème le trouble
Depuis le début du mois d’octobre dernier, le Maroc vit, à son échelle, son propre WikiLeaks. Sous le faux profil de Chris Coleman, un compte anonyme, intitulé El Makhzen, distille sur Twitter des centaines de documents de la diplomatie marocaine et, aussi, des courriels où apparaissent des think-tanks, des sociétés de relations publiques, des journalistes, marocains et étrangers, et des collaborateurs de la DGED, les services secrets tournés vers l’extérieur. Certains remontent à 2008, mais la plupart sont récents.

@Julienabiramia

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Le sursaut des mollassons

Avec la mort de Sabah, de Saïd Akl et de Nahawand, disparaît une partie de l’histoire et du patrimoine, qui ont fait la gloire du Liban. Une autre partie a été bradée par une classe politique inconsciente, irresponsable et corrompue, championne des occasions manquées. Si le Liban parvient toujours à vivoter malgré la terrible tempête qui frappe la région, s’il ne s’est pas encore effondré en dépit des vicissitudes, le mérite n’en revient pas à ceux qui le dirigent, mais au capital accumulé tout au long de son histoire. Nous vivons sur les réminiscences du passé qui, il faut le souligner, ne sont pas des ressources intarissables. Un jour, pas très lointain peut-être, ce capital sera épuisé et nous nous retrouverons, alors, complètement démunis, impuissants et vulnérables. Aspirant à l’éternité, cette classe politique a verrouillé le système pour nous empêcher de l’expulser par la fente des urnes. Son dernier fait d’armes a été l’autoprorogation, pour la deuxième fois consécutive, du mandat du Parlement. Elle ne semble pas pressée, non plus, d’élire un président de la République, car à ses yeux, le vide reste plus facile à gérer que d’éventuels changements, aussi minimes soient-ils, que pourrait apporter un nouveau mandat présidentiel. Ce sont toujours quelques mois de gagnés dans son inlassable marche vers l’immortalité. Mais l’heure est grave. Les circonstances actuelles que traverse le Liban sont inhabituelles. L’énormité des enjeux et le caractère existentiel des dangers qui planent sur la région, y compris sur le Liban, ne laissent plus de place aux mesquines manœuvres politiciennes. La cupidité, l’avidité et la rapacité ne peuvent plus être le moteur de la vie politique. Bientôt, il ne restera plus rien à ingurgiter. On ne peut certes pas demander à la classe politique de se débarrasser de ses instincts de prédateur, elle en est incapable. Elle peut, cependant, écouter l’un de ces instincts, celui de la conservation, dont elle ignore les appels du pied, qui deviennent, pourtant, de plus en plus lancinants. Avec ce qui se passe dans la région, nos politiciens locaux, malgré tous leurs talents de prédateurs, risquent bien de se retrouver au bas de la chaîne alimentaire. Aujourd’hui, la possibilité d’un déblocage de la présidentielle se présente. Ce ne sont évidemment pas eux qui ont noté l’existence de cette «window of opportunity», mais les émissaires étrangers qui ont débarqué au Liban ces derniers jours et ceux qui y sont attendus. Les Français pensent que le dialogue annoncé entre le Hezbollah et le Courant du futur pourrait assurer des circonstances propices à l’élection d’un président de la République, en partant du principe qu’il est possible de séparer cette échéance des nombreux dossiers litigieux entre l’Iran et l’Arabie saoudite. Un tel scénario s’est déjà produit. En effet, l’élection de Michel Sleiman, en mai 2008, était le fruit d’un accord régional partiel, portant uniquement sur cette question. D’aucuns diront que l’élection de Sleiman était aussi le résultat d’une modification des équilibres internes, après le coup de force du Hezbollah contre le gouvernement de Fouad Siniora. C’est exact. Mais les rapports de force actuels ne sont-ils pas le fruit de l’intervention du Hezbollah en Syrie, qui a changé complètement la donne, depuis la bataille de Qoussair? Les chrétiens, car ce sont eux les principaux concernés par la présidentielle, doivent saisir cette occasion pour conclure, entre eux, un accord historique sur la question. Sinon, ce sont les autres qui le feront à leur place. Ils iront alors se lamenter, comme un mari trompé. Leur affliction sera d’autant plus grande qu’ils avaient été prévenus, mais n’avaient voulu rien entendre.


 Paul Khalifeh
   
Bannière

Santé

Contrôle glycémique. Pour mieux vivre avec le diabète
Un bon contrôle de la glycémie a pour objectif de prévenir ou retarder les complications liées au diabète de type…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved