ACCUEIL
Logo

Nº 3104 du vendredi 2 août 2019

ACCUEIL

Le militant libanais anti-américain et anti-israélien, Georges Ibrahim Abdallah, a obtenu sa libération conditionnelle. Incarcéré depuis 28 ans en France pour complicité d’assassinat de deux diplomates, il doit cependant rester en prison car le parquet a fait appel de la décision du tribunal d’application des peines de Paris qui avait jugé que le détenu présentait toutes les garanties permettant de le remettre en liberté.
Le parquet s’est opposé à cette libération, objectant que le détenu pourrait reprendre ses activités. Ce sera à la juridiction d’appel de trancher au cours d’une audience dans quelques semaines. En attendant, Georges Ibrahim Abdallah restera en prison.
En 2003, la juridiction régionale de Pau avait accordé au détenu libanais une libération conditionnelle annulée en appel en janvier 2004. Et  Abdallah qui souhaite retourner au Liban et reprendre son métier d’enseignant devra patienter et attendre quelques semaines la décision de la cour d’appel.

Dans les milieux de l’opposition, certains remettent sur le tapis la possibilité d’une guerre régionale. Les événements politiques et les nouvelles nominations sécuritaires dans certains pays arabes s’inscrivent dans une tendance de confrontation.

 

Alors que l’affaire des otages étrangers au Liban prend fin le 5 mai 1988 par la libération de Roger Auque, Marcel Carton, Georges Hansen, Jean-Paul Kauffmann et Jean-Louis Normandin, Michel Seurat, lui, ne fait pas partie du lot. Le 5 mars 1986, les ravisseurs avaient annoncé «l’exécution du chercheur espion spécialisé Michel Seurat». Son corps ne sera jamais retrouvé.

 

Le 22 mai 1985, le chercheur français Michel Seurat est enlevé sur la route de l’Aéroport de Beyrouth ainsi que le journaliste Jean-Paul Kauffmann. Plus tard, ce dernier est libéré. L’opération est revendiquée par le Jihad islamique qui exige de la France de cesser d’apporter son aide à l’Irak, en guerre contre l’Iran.
Marie, son épouse, raconte que, le 30 août 1985, alors que Michel était détenu depuis trois mois, il est venu pour l’anniversaire de leur fille Laetitia, accompagné de deux de ses ravisseurs à visage découvert. Il souffrait, d’après elle, d’un cancer ou d’une hépatite et aurait été achevé par ses geôliers.
Gilles Kepel et Olivier Mongin, qui rééditent le recueil des principaux articles du chercheur, écrivent, en mai 1989, sous le titre L’Etat de barbarie, qu’«il avait, en réalité, succombé, plusieurs mois auparavant, après une longue agonie consécutive aux mauvais traitements et au manque de soins, otage au fond d’une geôle libanaise. Mais la guerre du mensonge demandait que la mort de Seurat soit mise en scène».
En 1988, Marie, d’origine syrienne, lui consacre un livre, Les corbeaux d’Alep, et en juin 1988, le Centre national de la recherche scientifique - CNRS crée les Bourses Michel Seurat pour «honorer la mémoire de ce chercheur, spécialiste des questions islamiques, disparu dans des conditions tragiques». Il s’agit d’un programme visant à «aider financièrement chaque année un jeune chercheur, français ou ressortissant d’un pays du Proche-Orient, contribuant ainsi à promouvoir une connaissance réciproque et de la compréhension entre la société française et le monde arabe».

 

Plainte contre X

Le 22 mai 2002, Mme Seurat porte plainte contre X pour «enlèvement et séquestration aggravés en relation avec une entreprise terroriste». Elle rappelle également que, selon le témoignage de deux autres ex-otages français, Jean-Paul Kauffmann et Marcel Carton, son mari avait été détenu avec des otages américains dont les commanditaires des rapts ont été identifiés et condamnés.


En octobre 2005, des ossements pouvant appartenir au disparu sont découverts dans un chantier de construction, recouverts d’un simple drap de laine. C’est le Hezbollah qui annonce la nouvelle. Pour Marie Seurat, c’est une mise en scène du parti: «Le Hezbollah savait où Michel avait été enterré. Il a voulu se racheter une conduite.

 

 

 

Quand les Forces de sécurité intérieure libanaises ont retrouvé le corps de Michel, sa dépouille était enveloppée dans un lainage demeuré intact.

 

Comment est-ce possible que ce drap soit resté en bon état, alors que Michel reposait depuis vingt ans dans une zone humide près de la mer, non loin de l’aéroport au sud de Beyrouth?». Elle ajoute: «Il y a l’Iran, certes, mais il y a aussi des Libanais. Et qu’on ne vienne pas me dire qu’on ne les connaît pas; ils siègent au Parlement».
Des prélèvements osseux sont transmis par les autorités libanaises au juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière, chargé en France de l’enquête sur sa disparition. La comparaison de l’ADN du corps retrouvé avec celui de l’un des enfants du disparu a permis l’identification formelle du corps de Michel Seurat. Le 7 mars 2006, sa dépouille, ou ce qu’il en reste, rentre en France. Le Premier ministre, Dominique de Villepin, préside une cérémonie en présence de la famille de Michel Seurat, de sa femme et de ses deux filles, Alexandra et Laetitia, qu’il avait à peine connues. A.K.

 

Un spécialiste de la Syrie

Michel Seurat, grand spécialiste de la Syrie, est né en 1947 à Bizerte en Tunisie. Il s’est installé à Beyrouth en 1971. Il est recruté, en 1981, par le CNRS, en poste à Beyrouth au Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (Cermoc). Il déménagea la bibliothèque Cermoc en pleine invasion de Beyrouth par l’armée israélienne durant l’été 1982. Il avait publié en 1983 un ouvrage sur les Frères musulmans en collaboration avec Olivier Carré.

 

 

Related Video

<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Éditorial
La stratégie invisible de Donald Trump

Au-delà du discours populiste, des dérives racistes et des propos inconséquents, le plus inquiétant dans la personnalité de Donald Trump c’est qu’il donne l’impression de faire cavalier seul, dans le sens où certaines des décisions qu’il prend ne semblent pas s’inscrire dans le cadre d’une stratégie mûrement réfléchie, minutieusement élaborée, et convenablement mise en œuvre par les différents départements du processus du «decision-making» aux Etats-Unis. Une stratégie prévoyant les conséquences sur les équilibres mondiaux et prenant en compte les intérêts de ses alliés.Le président américain a ainsi marqué une pause dans sa guerre commerciale contre la Chine après avoir pris des sanctions à l’emporte-pièce, sans en mesurer l’impact sur l’économie américaine. La tentative de mettre à genoux le Chinois Huawei s’est heurtée aux réticences d’un grand nombre d’entreprises américaines, qui ont fait pression sur l’Administration. Sur un plan plus général, Pékin a riposté par des mesures ciblées contre la taxation par Donald Trump de produits chinois d’une valeur de plusieurs centaines de milliards de dollars. Les mesures de rétorsion chinoises ont mis à mal le secteur agricole aux Etats-Unis, pour qui l’Empire du milieu constituait un important marché. Le président Trump s’est donc tiré une balle dans le pied puisque les agriculteurs constituent une pierre angulaire de sa base électorale. C’est principalement pour répondre à leur demande que le locataire de la Maison-Blanche a décrété une trêve avec Pékin.Par ailleurs, les mesures contre Huawei ont poussé le géant chinois à accélérer ses programmes d’autonomisation pour ne plus dépendre exclusivement des logiciels et autres produits fabriqués par les entreprises américaines. Bien que les Etats-Unis aient reculé, Huawei poursuivra sur la voie de l’autonomisation car rien ne garantit que demain, ou un autre jour, Donald Trump ou un autre président, ne décideront pas de revenir à l’option des sanctions.Plus proche du Liban, la confrontation entre les Etats-Unis et l’Iran donne lieu aux mêmes observations. Par vanité ou par ignorance, Donald Trump croyait, à tort, que Téhéran lèverait le drapeau blanc au bout de quelques mois de sanctions, couplées de menaces. Les sanctions sont toujours là mais les menaces, elles, perdent du volume. Au tout début, Trump menaçait la République islamique des pires gémonies si elle osait s’en prendre «aux ressortissants US, aux intérêts américains et aux alliés des Etats-Unis». Puis les «alliés» ont disparu de son discours, suivis des «intérêts», vu qu’il n’a pas riposté à la destruction du drone-espion Triton, qui vaut 220 millions de dollars, par un missile iranien qui a coûté lui quelques dizaines de milliers de dollars.Dans le bras de fer irano-américain, le monde assiste presque en temps réel, aux scènes de ménage entre Donald Trump et certains de ses conseillers, comme John Bolton, un va-t’en-guerre patenté qui cherche à entraîner son patron dans un conflit militaire que ce dernier ne souhaite pas en pleine campagne électorale.Dans ce paysage lamentable et pitoyable, les alliés des Etats-Unis sont les dindons de la farce. Ils constatent, avec effroi, que leur protecteur n’est pas si pressé de les protéger. C’est probablement pour cette raison que les Emirats arabes unis ont commencé les manœuvres pour un atterrissage en douceur en se désengageant de la guerre du Yémen.  


 Paul Khalifeh
   

Combien ça coûte

Un mariage à Chypre
La saison des mariages bat son plein et les voyages vers Chypre se multiplient. Célébrer ainsi son hyménée dans ce pays voisin du Liban se fait de plus en plus…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved