Editorial
Logo

Nº 3104 du vendredi 2 août 2019

Erreur
  • JUser::_load: Unable to load user with id: 303
Editorial
Editorial

Editorial (266)

Mercredi, 31 Juillet 2019 09:54

La stratégie invisible de Donald Trump

Au-delà du discours populiste, des dérives racistes et des propos inconséquents, le plus inquiétant dans la personnalité de Donald Trump c’est qu’il donne l’impression de faire cavalier seul, dans le sens où certaines des décisions qu’il prend ne semblent pas s’inscrire dans le cadre d’une stratégie mûrement réfléchie, minutieusement élaborée, et convenablement mise en œuvre par les différents départements du processus du «decision-making» aux Etats-Unis. Une stratégie prévoyant les conséquences sur les équilibres mondiaux et prenant en compte les intérêts de ses alliés.
Le président américain a ainsi marqué une pause dans sa guerre commerciale contre la Chine après avoir pris des sanctions à l’emporte-pièce, sans en mesurer l’impact sur l’économie américaine. La tentative de mettre à genoux le Chinois Huawei s’est heurtée aux réticences d’un grand nombre d’entreprises américaines, qui ont fait pression sur l’Administration. Sur un plan plus général, Pékin a riposté par des mesures ciblées contre la taxation par Donald Trump de produits chinois d’une valeur de plusieurs centaines de milliards de dollars. Les mesures de rétorsion chinoises ont mis à mal le secteur agricole aux Etats-Unis, pour qui l’Empire du milieu constituait un important marché. Le président Trump s’est donc tiré une balle dans le pied puisque les agriculteurs constituent une pierre angulaire de sa base électorale. C’est principalement pour répondre à leur demande que le locataire de la Maison-Blanche a décrété une trêve avec Pékin.
Par ailleurs, les mesures contre Huawei ont poussé le géant chinois à accélérer ses programmes d’autonomisation pour ne plus dépendre exclusivement des logiciels et autres produits fabriqués par les entreprises américaines. Bien que les Etats-Unis aient reculé, Huawei poursuivra sur la voie de l’autonomisation car rien ne garantit que demain, ou un autre jour, Donald Trump ou un autre président, ne décideront pas de revenir à l’option des sanctions.
Plus proche du Liban, la confrontation entre les Etats-Unis et l’Iran donne lieu aux mêmes observations. Par vanité ou par ignorance, Donald Trump croyait, à tort, que Téhéran lèverait le drapeau blanc au bout de quelques mois de sanctions, couplées de menaces. Les sanctions sont toujours là mais les menaces, elles, perdent du volume. Au tout début, Trump menaçait la République islamique des pires gémonies si elle osait s’en prendre «aux ressortissants US, aux intérêts américains et aux alliés des Etats-Unis». Puis les «alliés» ont disparu de son discours, suivis des «intérêts», vu qu’il n’a pas riposté à la destruction du drone-espion Triton, qui vaut 220 millions de dollars, par un missile iranien qui a coûté lui quelques dizaines de milliers de dollars.
Dans le bras de fer irano-américain, le monde assiste presque en temps réel, aux scènes de ménage entre Donald Trump et certains de ses conseillers, comme John Bolton, un va-t’en-guerre patenté qui cherche à entraîner son patron dans un conflit militaire que ce dernier ne souhaite pas en pleine campagne électorale.
Dans ce paysage lamentable et pitoyable, les alliés des Etats-Unis sont les dindons de la farce. Ils constatent, avec effroi, que leur protecteur n’est pas si pressé de les protéger. C’est probablement pour cette raison que les Emirats arabes unis ont commencé les manœuvres pour un atterrissage en douceur en se désengageant de la guerre du Yémen.

Paul Khalifeh    

 

 

Vendredi, 28 Septembre 2012 12:19

En attendant Benoît XVI

«De même que le fils de l’Homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour beaucoup» (1). Voilà  ce que les chrétiens d’Orient sont en droit de demander au vicaire de Dieu, le pape Benoît XVI. Celui-ci, en venant au Liban, dit au monde que personne ne s’y trompe: si les chrétiens du Liban ne sont pas les premiers, car il n’y aura jamais de premiers, ils demeurent le symbole d’une chrétienté bimillénaire dans sa terre d’origine. Le Saint-Père n’est pas un chef d’Etat comme les autres. L’Eglise a renoncé, depuis deux siècles, au pouvoir temporel. C’était d’ailleurs le message originel du Christ. C’est sur les âmes qu’elle prétend veiller pour rendre moins pénible le passage dans la «Vallée des larmes» qu’est ce monde. Mais l’âme est dans un corps et celui-ci mérite de ne pas souffrir. «C’est la miséricorde que je veux et non le sacrifice» (2). Que peut le pape alors? Certes beaucoup. Depuis que Vatican II a ramené l’Eglise repliée sur elle-même, dans la société, elle est de nouveau l’autorité qui peut sans être politique, faire de la politique. Elle peut et doit veiller au présent et à l’avenir des chrétiens, sans utiliser des armes auxquelles elle a renoncé. Benoît XVI peut se contenter d’une visite pastorale, au cours de laquelle il bénira l’ensemble des Libanais dans une grande fête œcuménique, insufflant de l’espoir à ceux qui n’en ont plus, mais qui s’estompera aussitôt qu’il sera parti. Ce que nous attendons de Benoît XVI, c’est qu’il use de toute son autorité pour que cesse le massacre des innocents en Syrie et au Liban. Nous souhaitons qu’il se batte pour rester fidèle à sa propre exhortation. «L’Homme, la personne dans son intégrité est le premier capital à sauvegarder» (3). L’homme qu’il désigne est la créature de Dieu quelles que soient sa couleur, sa race et surtout sa religion. Que ce soit principalement des musulmans qui meurent en Syrie et à Tripoli, il faut, avec le cardinal Jean-Louis Tauran, «passer de la peur de l’autre à la peur pour l’autre» (4). Car, en définitive, la folie meurtrière n’épargnera personne, ni en Syrie ni au Liban. L’Irak est là pour nous rappeler comment, dans un conflit où ils n’étaient qu’observateurs, les chrétiens ont payé un lourd tribut.
 

«Le Vatican, combien de divisions blindées?» C’est ce que demandait Staline. Pourtant, on ne peut méconnaître certaines réalités aux Etats-Unis qui, quand ils l’ont voulu, ont mis un terme aux tueries du colonel Khadafi. En Amérique, un citoyen sur quatre est catholique et 74% d’entre eux se disent satisfaits de Benoît XVI (5). Joe Biden, actuel vice-président, et son concurrent, Paul Ryan, sont tous deux catholiques. Dans un pays où seuls 5% de la population se disent athées (6), on peut évaluer la portée d’un message du Pape aux dirigeants de la Maison-Blanche pour mettre un terme au carnage. Même l’Europe n’est pas insensible aux avis du Vatican. On se souvient de la dispute qui a longtemps tenu en haleine le continent, quand il s’est agi de rappeler les racines chrétiennes de l’Europe pour les inclure dans la nouvelle Constitution de 2005. Si l’idée ne fut pas retenue, le débat a montré que la religion catholique n’est pas totalement étrangère à la conscience européenne et que le souverain Pontife peut y être entendu, s’il venait à demander une intervention européenne pour arrêter la tuerie. Même la Russie, complice de l’Occident dans le sanglant statu quo qui anéantit la Syrie depuis le pontificat de Benoît XVI, est plus attentive à ses déclarations, qu’à celles de son prédécesseur. Son renoncement au titre de patriarche d’Occident, titre considéré par les orthodoxes comme une agression, et l’échange de lettres qu’il y a eu avec le patriarche de Moscou et de Russie, Alexis II, sont la démonstration d’un réchauffement des relations entre les deux Eglises. Quand on sait combien l’Eglise orthodoxe est influente auprès de Vladimir Poutine au point de voir en lui un «Miracle», on peut espérer qu’elle participe à la résolution du conflit.
Voilà ce que l’on attend de Benoît XVI. Qu’il use de tout son crédit auprès des grands décideurs pour mettre fin à ce drame qui, non seulement met à feu et à sang la Syrie, mais peut embraser tout le Moyen-Orient. Qu’il nous le dise clairement lors de sa visite.

 

Amine Issa
 


1- Mathieu XX-28
2- Mathieu VII-20
3- Encyclique Caritas in veritate (2009)
4- Synode des évêques pour le Moyen-Orient (2010)
5- Espresso 30/08/12
6- The Economist 22/8/2012


 

<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Éditorial
La stratégie invisible de Donald Trump

Au-delà du discours populiste, des dérives racistes et des propos inconséquents, le plus inquiétant dans la personnalité de Donald Trump c’est qu’il donne l’impression de faire cavalier seul, dans le sens où certaines des décisions qu’il prend ne semblent pas s’inscrire dans le cadre d’une stratégie mûrement réfléchie, minutieusement élaborée, et convenablement mise en œuvre par les différents départements du processus du «decision-making» aux Etats-Unis. Une stratégie prévoyant les conséquences sur les équilibres mondiaux et prenant en compte les intérêts de ses alliés.Le président américain a ainsi marqué une pause dans sa guerre commerciale contre la Chine après avoir pris des sanctions à l’emporte-pièce, sans en mesurer l’impact sur l’économie américaine. La tentative de mettre à genoux le Chinois Huawei s’est heurtée aux réticences d’un grand nombre d’entreprises américaines, qui ont fait pression sur l’Administration. Sur un plan plus général, Pékin a riposté par des mesures ciblées contre la taxation par Donald Trump de produits chinois d’une valeur de plusieurs centaines de milliards de dollars. Les mesures de rétorsion chinoises ont mis à mal le secteur agricole aux Etats-Unis, pour qui l’Empire du milieu constituait un important marché. Le président Trump s’est donc tiré une balle dans le pied puisque les agriculteurs constituent une pierre angulaire de sa base électorale. C’est principalement pour répondre à leur demande que le locataire de la Maison-Blanche a décrété une trêve avec Pékin.Par ailleurs, les mesures contre Huawei ont poussé le géant chinois à accélérer ses programmes d’autonomisation pour ne plus dépendre exclusivement des logiciels et autres produits fabriqués par les entreprises américaines. Bien que les Etats-Unis aient reculé, Huawei poursuivra sur la voie de l’autonomisation car rien ne garantit que demain, ou un autre jour, Donald Trump ou un autre président, ne décideront pas de revenir à l’option des sanctions.Plus proche du Liban, la confrontation entre les Etats-Unis et l’Iran donne lieu aux mêmes observations. Par vanité ou par ignorance, Donald Trump croyait, à tort, que Téhéran lèverait le drapeau blanc au bout de quelques mois de sanctions, couplées de menaces. Les sanctions sont toujours là mais les menaces, elles, perdent du volume. Au tout début, Trump menaçait la République islamique des pires gémonies si elle osait s’en prendre «aux ressortissants US, aux intérêts américains et aux alliés des Etats-Unis». Puis les «alliés» ont disparu de son discours, suivis des «intérêts», vu qu’il n’a pas riposté à la destruction du drone-espion Triton, qui vaut 220 millions de dollars, par un missile iranien qui a coûté lui quelques dizaines de milliers de dollars.Dans le bras de fer irano-américain, le monde assiste presque en temps réel, aux scènes de ménage entre Donald Trump et certains de ses conseillers, comme John Bolton, un va-t’en-guerre patenté qui cherche à entraîner son patron dans un conflit militaire que ce dernier ne souhaite pas en pleine campagne électorale.Dans ce paysage lamentable et pitoyable, les alliés des Etats-Unis sont les dindons de la farce. Ils constatent, avec effroi, que leur protecteur n’est pas si pressé de les protéger. C’est probablement pour cette raison que les Emirats arabes unis ont commencé les manœuvres pour un atterrissage en douceur en se désengageant de la guerre du Yémen.  


 Paul Khalifeh
   
Bannière

Combien ça coûte

Un mariage à Chypre
La saison des mariages bat son plein et les voyages vers Chypre se multiplient. Célébrer ainsi son hyménée dans ce pays voisin du Liban se fait de plus en plus…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved