Semaine politique
Logo

Nº 3104 du vendredi 2 août 2019

Semaine politique
Semaine politique

Semaine politique (764)

Mariages collectifs
Chez les chrétiens et les musulmans

Face à la situation financière actuelle, des initiatives ont été prises pour permettre à plusieurs couples de s’unir sans s’encombrer dans les dépenses occasionnées par le mariage.
Ainsi, à Bkerké, et à la suite de l’initiative de la Ligue maronite, le patriarche maronite, le cardinal Béchara Boutros Raï, a marié 37 couples dans le cadre d’un mariage collectif. Il a mis l’accent sur l’importance de «l’engagement dans le mariage», soulignant que «les 37 couples mariés fonderont 37 petites églises dans leurs nouvelles familles».
De son côté, la Ligue maronite a publié une brochure mettant l’accent sur «le sacrement du mariage». Elle a souligné l’importance de son initiative qui assure un soutien aux nouveaux mariés en couvrant toutes les dépenses de leurs mariages depuis les robes de mariée, à la décoration de l’église, aux photos. Elle offre, de plus, à chaque couple la somme de 2000 dollars pour entamer sa vie matrimoniale.
Un autre mariage collectif s’est déroulé le même jour au Hermel, un événement, le premier du genre dans la région. Cent cinquante jeunes hommes et femmes ont célébré leurs mariages au bord du fleuve el-Assi. Les couples se sont déplacés dans un convoi de Baalbeck au Hermel. L’événement a eu lieu sous le patronage du secrétaire général du Hezbollah sayyed Hassan Nasrallah. Des cadeaux ont été offerts aux couples.

 

Manifestations
L’enquête sur les violences se poursuit

Depuis quelques jours, l’enquête se poursuit sur les incidents qui ont eu lieu dans les manifestations au centre-ville. Des sources ont souligné que cette enquête est menée par les autorités sécuritaires, à la demande du ministre de l’Intérieur Nouhad Machnouk, et non par les autorités judiciaires, comme de coutume. Depuis 2005, de grandes manifestations ont lieu à des dates variées et pour des raisons multiples, mais c’est la première fois que les autorités sécuritaires s’emploient à préciser les responsabilités et à rendre publics les procès-verbaux dans ce cadre.

Le ministre Machnouk avait précisé que trois groupes sont responsables de l’emploi exagéré de la force, signalé au cours de la manifestation du 22 août: la garde du Parlement, la faction de l’armée chargée d’assurer la protection du Parlement et les éléments des Forces de sécurité intérieure. Ces derniers ont été entendus et tenus responsables de ce qui s’est passé. Mais il n’a pas été possible d’obtenir les dépositions des éléments de la garde du Parlement. Le commandement de l’armée n’a pas enquêté sur ce qui s’est passé, la faction de l’armée chargée d’assurer la protection du Parlement recevant ses ordres de la présidence de la Chambre. Par conséquent, le commandement de l’armée n’est pas concerné par l’enquête.

 

Santé
Fermeture de dispensaires illégaux

Trente-cinq dispensaires illégaux ou ne répondant pas aux qualifications requises  pour la sécurité des malades ont été fermés sur ordre du ministre de la Santé, Waël Abou Faour, qui a qualifié certains d’entre eux de «boutiques commerciales exploitant les malades à des fins personnelles, notamment dans les régions éloignées et pauvres».
En mai dernier, le ministère de la Santé avait publié un décret en vertu duquel les dispensaires disposaient d’un délai expirant le 31 juillet 2015 pour régulariser leur situation. Un grand nombre de ces établissements n’a pas pris au sérieux cette décision. Abou Faour avait adressé des avertissements à 281 dispensaires et laboratoires ne répondant pas aux conditions sanitaires minimums, avant de prendre des mesures radicales à l’encontre de ces dispensaires qui menacent la santé des citoyens. Le ministre a publié une liste des dispensaires non munis de licences, situés dans les régions de Dennié, Jbeil, Koura, Saïda, Abbassiyé, Deir Amess, Sour, Hasbaya, Tripoli, Baalbeck, Aïtarout et Bint Jbeil.

 

Diplomatie
Hugo Shorter, nouvel ambassadeur de Sa Majesté

Le gouvernement britannique a désigné un nouvel ambassadeur au Liban pour remplacer Tom Fletcher, dont le mandat est venu à expiration. Hugo Shorter exercera ses fonctions en tant que chargé d’affaires, en attendant de pouvoir présenter ses lettres de créance au futur chef de l’Etat.
Selon un communiqué de l’ambassade britannique à Beyrouth, c’est le premier poste d’ambassadeur que Shorter occupe. Il était à la tête de la direction européenne des affaires étrangères au sein du ministère britannique des Affaires étrangères. Il avait occupé auparavant la position de conseiller du ministre des Affaires étrangères sur une variété de dossiers, et servi de coordinateur de la politique étrangère britannique au sein du G7/8.
Shorter a grandi au Brésil, où il a effectué sa scolarisation à Rio de Janeiro, avant de retourner à Oxford puis à l’Ecole nationale d’administration pour ses études supérieures.
Le nouvel ambassadeur, marié et père de trois enfants, s’est dit «honoré» d’occuper cette nouvelle position, et de pouvoir célébrer à Beyrouth ses 25 ans de service au sein du ministère britannique des Affaires étrangères.

 

 

 

 

<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Éditorial
La stratégie invisible de Donald Trump

Au-delà du discours populiste, des dérives racistes et des propos inconséquents, le plus inquiétant dans la personnalité de Donald Trump c’est qu’il donne l’impression de faire cavalier seul, dans le sens où certaines des décisions qu’il prend ne semblent pas s’inscrire dans le cadre d’une stratégie mûrement réfléchie, minutieusement élaborée, et convenablement mise en œuvre par les différents départements du processus du «decision-making» aux Etats-Unis. Une stratégie prévoyant les conséquences sur les équilibres mondiaux et prenant en compte les intérêts de ses alliés.Le président américain a ainsi marqué une pause dans sa guerre commerciale contre la Chine après avoir pris des sanctions à l’emporte-pièce, sans en mesurer l’impact sur l’économie américaine. La tentative de mettre à genoux le Chinois Huawei s’est heurtée aux réticences d’un grand nombre d’entreprises américaines, qui ont fait pression sur l’Administration. Sur un plan plus général, Pékin a riposté par des mesures ciblées contre la taxation par Donald Trump de produits chinois d’une valeur de plusieurs centaines de milliards de dollars. Les mesures de rétorsion chinoises ont mis à mal le secteur agricole aux Etats-Unis, pour qui l’Empire du milieu constituait un important marché. Le président Trump s’est donc tiré une balle dans le pied puisque les agriculteurs constituent une pierre angulaire de sa base électorale. C’est principalement pour répondre à leur demande que le locataire de la Maison-Blanche a décrété une trêve avec Pékin.Par ailleurs, les mesures contre Huawei ont poussé le géant chinois à accélérer ses programmes d’autonomisation pour ne plus dépendre exclusivement des logiciels et autres produits fabriqués par les entreprises américaines. Bien que les Etats-Unis aient reculé, Huawei poursuivra sur la voie de l’autonomisation car rien ne garantit que demain, ou un autre jour, Donald Trump ou un autre président, ne décideront pas de revenir à l’option des sanctions.Plus proche du Liban, la confrontation entre les Etats-Unis et l’Iran donne lieu aux mêmes observations. Par vanité ou par ignorance, Donald Trump croyait, à tort, que Téhéran lèverait le drapeau blanc au bout de quelques mois de sanctions, couplées de menaces. Les sanctions sont toujours là mais les menaces, elles, perdent du volume. Au tout début, Trump menaçait la République islamique des pires gémonies si elle osait s’en prendre «aux ressortissants US, aux intérêts américains et aux alliés des Etats-Unis». Puis les «alliés» ont disparu de son discours, suivis des «intérêts», vu qu’il n’a pas riposté à la destruction du drone-espion Triton, qui vaut 220 millions de dollars, par un missile iranien qui a coûté lui quelques dizaines de milliers de dollars.Dans le bras de fer irano-américain, le monde assiste presque en temps réel, aux scènes de ménage entre Donald Trump et certains de ses conseillers, comme John Bolton, un va-t’en-guerre patenté qui cherche à entraîner son patron dans un conflit militaire que ce dernier ne souhaite pas en pleine campagne électorale.Dans ce paysage lamentable et pitoyable, les alliés des Etats-Unis sont les dindons de la farce. Ils constatent, avec effroi, que leur protecteur n’est pas si pressé de les protéger. C’est probablement pour cette raison que les Emirats arabes unis ont commencé les manœuvres pour un atterrissage en douceur en se désengageant de la guerre du Yémen.  


 Paul Khalifeh
   

Combien ça coûte

Un mariage à Chypre
La saison des mariages bat son plein et les voyages vers Chypre se multiplient. Célébrer ainsi son hyménée dans ce pays voisin du Liban se fait de plus en plus…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved