News
Logo

Nº 3104 du vendredi 2 août 2019

News
Mercredi, 31 Juillet 2019 09:56

News chiffres

Emploi: 3 contre 1
Des milieux du ministère du Travail affirment que la lutte contre l’emploi illégal des étrangers au Liban se poursuit. Ces mesures visent à assurer des emplois à trois Libanais contre un emploi pour un ressortissant étranger. Ce plan vise à la réorganisation de la main-d’œuvre étrangère et à imposer l’obtention d’un permis de travail lorsque la loi le permet. Une décision prise par le ministre du Travail, Camille Abousleiman, définit sur un an les professions que les Libanais, à l’exclusion de toute autre nationalité, sont autorisés à pratiquer. Cette décision est adoptée sur la base d’un recensement du marché du travail.   

 

7 milliards de $
Les réserves en valeur des lingots d’or que la Banque du Liban (BDL) détient sont l’œuvre de l’ancien président de la République Elias Sarkis lorsqu’il était patron de la Banque centrale. Cet homme d’Etat achetait de l’or à chaque fois que le bilan de la BDL enregistrait un excédent de dollars. En 1973, 2,2 L.L. valaient 1 $ et l’once d’or coûtait 35 $. Ainsi, il a acheté pour le compte de la BDL entre 1968 et 1976 plus de 5 millions d’onces d’or à 35 $/l’once. Autrement dit, Elias Sarkis a acquis la moitié des réserves actuelles en or à 175 millions $, celles-ci valent aujourd’hui 7 milliards $.  

 

 

 

Un budget suicidaire
Georges Corm, ancien ministre des Finances, a estimé que «le budget que propose le gouvernement est suicidaire et n’importe quel étudiant en économie peut en identifier les retombées». Selon lui, le projet de loi de finances «démontre que les responsables vivent dans une tour fermée et n’ont aucune vision de développement». «La politique de compression budgétaire mènerait à une contraction des chiffres d’affaires des agents économiques et au recul des revenus de l’Etat», a estimé M. Corm.   

 
1500 milliarde de livres

La non-conformité des revenus du Trésor en 2018 aux prévisions de la loi de Finances serait due aux multiples recours en invalidation introduits devant la Cour constitutionnelle, entraînant l’annulation de certains de ses articles. Ainsi, la différence entre les revenus réalisés et les prévisions budgétaires s’est élevée à 1 500 milliards de livres.    

Liliane Mokbel

<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Éditorial
La stratégie invisible de Donald Trump

Au-delà du discours populiste, des dérives racistes et des propos inconséquents, le plus inquiétant dans la personnalité de Donald Trump c’est qu’il donne l’impression de faire cavalier seul, dans le sens où certaines des décisions qu’il prend ne semblent pas s’inscrire dans le cadre d’une stratégie mûrement réfléchie, minutieusement élaborée, et convenablement mise en œuvre par les différents départements du processus du «decision-making» aux Etats-Unis. Une stratégie prévoyant les conséquences sur les équilibres mondiaux et prenant en compte les intérêts de ses alliés.Le président américain a ainsi marqué une pause dans sa guerre commerciale contre la Chine après avoir pris des sanctions à l’emporte-pièce, sans en mesurer l’impact sur l’économie américaine. La tentative de mettre à genoux le Chinois Huawei s’est heurtée aux réticences d’un grand nombre d’entreprises américaines, qui ont fait pression sur l’Administration. Sur un plan plus général, Pékin a riposté par des mesures ciblées contre la taxation par Donald Trump de produits chinois d’une valeur de plusieurs centaines de milliards de dollars. Les mesures de rétorsion chinoises ont mis à mal le secteur agricole aux Etats-Unis, pour qui l’Empire du milieu constituait un important marché. Le président Trump s’est donc tiré une balle dans le pied puisque les agriculteurs constituent une pierre angulaire de sa base électorale. C’est principalement pour répondre à leur demande que le locataire de la Maison-Blanche a décrété une trêve avec Pékin.Par ailleurs, les mesures contre Huawei ont poussé le géant chinois à accélérer ses programmes d’autonomisation pour ne plus dépendre exclusivement des logiciels et autres produits fabriqués par les entreprises américaines. Bien que les Etats-Unis aient reculé, Huawei poursuivra sur la voie de l’autonomisation car rien ne garantit que demain, ou un autre jour, Donald Trump ou un autre président, ne décideront pas de revenir à l’option des sanctions.Plus proche du Liban, la confrontation entre les Etats-Unis et l’Iran donne lieu aux mêmes observations. Par vanité ou par ignorance, Donald Trump croyait, à tort, que Téhéran lèverait le drapeau blanc au bout de quelques mois de sanctions, couplées de menaces. Les sanctions sont toujours là mais les menaces, elles, perdent du volume. Au tout début, Trump menaçait la République islamique des pires gémonies si elle osait s’en prendre «aux ressortissants US, aux intérêts américains et aux alliés des Etats-Unis». Puis les «alliés» ont disparu de son discours, suivis des «intérêts», vu qu’il n’a pas riposté à la destruction du drone-espion Triton, qui vaut 220 millions de dollars, par un missile iranien qui a coûté lui quelques dizaines de milliers de dollars.Dans le bras de fer irano-américain, le monde assiste presque en temps réel, aux scènes de ménage entre Donald Trump et certains de ses conseillers, comme John Bolton, un va-t’en-guerre patenté qui cherche à entraîner son patron dans un conflit militaire que ce dernier ne souhaite pas en pleine campagne électorale.Dans ce paysage lamentable et pitoyable, les alliés des Etats-Unis sont les dindons de la farce. Ils constatent, avec effroi, que leur protecteur n’est pas si pressé de les protéger. C’est probablement pour cette raison que les Emirats arabes unis ont commencé les manœuvres pour un atterrissage en douceur en se désengageant de la guerre du Yémen.  


 Paul Khalifeh
   

Combien ça coûte

Un mariage à Chypre
La saison des mariages bat son plein et les voyages vers Chypre se multiplient. Célébrer ainsi son hyménée dans ce pays voisin du Liban se fait de plus en plus…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved