News
Logo

Nº 3107 du vendredi 1er novembre 2019

News
Vendredi, 01 Novembre 2019 10:10

News chiffres

50 pays
Le pouvoir du passeport libanais

Le passeport libanais permet à son détenteur de bénéficier d’une entrée dans 50 pays moyennant un visa gratuit. Parmi les 50 destinations figurent 16 pays accessibles sans visa et 34 autres exigeant un visa gratuit octroyé à leur arrivée aux postes-frontières. Le passeport national permettait d’accéder à 44 pays, contre 38 en 2017. Ainsi le Liban s’est classé à la 182ème position mondiale en termes de l’indice du pouvoir du passeport individuel. A un niveau régional, il se positionne notamment derrière les Emirats arabes unis et le Koweït.

 

Privatisation
la solution pour les télécoms

Le ministre des Télécoms, Mohamed Choucair, s’est dit «persuadé de la nécessité de privatiser le secteur des télécoms, compte tenu des expériences réussies ayant eu lieu dans 138 pays dans le monde». «La vente du secteur ne signifierait nullement un arrêt des profits de l’Etat, a-t-il soutenu. Au contraire, le Trésor pourrait gagner davantage des taxes imposées aux sociétés privées.»

 

286,6 tonnes
Le Liban se classe parmi les 20 premiers pays au monde en termes de détention de lingots d’or. Le pays du Cèdre possède 286,6 tonnes d’or, soit 10 116 572 onces, d’une valeur de 13 milliards $, soit 38% de la dette principale en devises étrangères du gouvernement libanais qui s’était élevée à près de 33,5 milliards $ en 2018.

 

596 millions $
Le secteur des entrepreneurs de travaux publics serait menacé d’effondrement. Les arriérés et les nouveaux montants dus par l’Etat aux agents de ce secteur auraient atteint 596 millions $. Cette somme est répartie comme suit: 256 millions $ représentent les créances arrivées à échéance et approuvées pour encaissement, et 300 millions $ représentant des dus pouvant être échelonnés sur une durée de trois ans ou payés aux entrepreneurs sous forme de bons du Trésor.    

 

 

 

60 milliards $ aux mains de la diaspora
La diaspora libanaise détiendrait près de 60 milliards $ dans les banques étrangères mais elle renonce à faire des transferts vers le Liban. Néanmoins, les Libanais installés à l’étranger avaient effectué des transferts vers les banques libanaises d′un montant de 24 milliards $ durant la crise financière internationale en 2008. Pour rappel, depuis 2016, les transferts sont en constant recul.



 

<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Éditorial
La bête blessée reste dangereuse

Les pontes du système doivent trembler dans leurs fauteuils. Excédés par des décennies d’humiliation, qui a culminé avec une crise économique et financière sans précédent, les Libanais ont poussé un tonitruant cri de colère. Ça suffit!Le peuple libanais mérite mieux que cette classe parasitaire qui s’est enrichie d’une manière éhontée en pillant les biens de l’Etat et les ressources du pays. Une caste d’irresponsables et d’incapables qui ont mené le pays à sa ruine; une clique de corrompus qui éprouvent un tel mépris pour le peuple qu’ils étaient persuadés qu’ils pouvaient impunément continuer leurs pires excès sans que personne ne leur demande jamais de comptes; une bande de mafieux, qui ont détourné des dizaines de milliards de dollars empruntés à des taux improbables pour financer leurs palais, les mariages somptueux de leurs enfants, et autres indécences, au lieu de reconstruire une infrastructure détruite par leur interminable guerre, lorsque certains étaient miliciens et d’autres financiers de milices.En redistribuant une infime partie de ce qu’ils pillaient pour entretenir une clientèle plus ou moins importante, ils ont réussi à se régénérer, d’une campagne électorale à l’autre, en pensant pouvoir se reproduire à l’infini, rassurés que les murs du confessionnalisme qu’ils se gardaient bien d’abattre, empêcheront les Libanais de s’entendre, un jour, sur une cause unique. Mais ce système bien verrouillé a fini par rendre l’âme parce qu’il n’y avait plus rien à piller. Cupides, avares et mesquins, ils n’ont pas eu assez de courage ni d’intelligence pour puiser quelques miettes dans les fortunes colossales qu’ils ont amassées pour continuer à entretenir leur clientèle, si bien qu’une bonne partie de leur base, qui a sombré dans une grande pauvreté ou un désespoir extrême, s’est retournée contre eux.La révolte des Libanais est spontanée et authentique. Mais pour réussir à arracher au pouvoir des concessions durables et sérieuses, ils doivent rester focalisés sur la question sociale et économique qui transcende les communautés. Ceux qui essaient de les entraîner sur le terrain politique espèrent dissiper leur énergie et diviser leurs rangs. Chacun souhaite pour lui-même, pour ses enfants et pour ceux qu’il aime une meilleure justice sociale, davantage d’opportunités d’emploi, un avenir plus sûr. Mais lorsque des questions d’ordre politique sont abordées, il y aura autant d’avis qu’il y a de manifestants dans la rue. C’est là un piège dans lequel la classe politique veut précipiter le mouvement de contestation dans l’espoir de le torpiller.   Même blessée, surtout blessée, la classe politique reste très dangereuse. Comme elle a pillé l’Etat, elle n’hésitera pas à précipiter le pays dans les pires abîmes pour conserver ses privilèges. Il faut rester vigilant.


 Paul Khalifeh
   

Combien ça coûte

Syndic de copropriété
Habiter un appartement au Liban impose d’y consacrer un budget spécifique. En effet, les dépenses ne se limitent pas simplement à l’achat ou aux loyers. Des frais supplémentaires viennent s’y…

Bannière
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved