Chèques compensés. Recul de 3,51% en 2015
Logo

Nº 3038 du vendredi 29 janvier 2016

Chèques compensés. Recul de 3,51% en 2015

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Chèques compensés. Recul de 3,51% en 2015
    Le nombre et la valeur des chèques compensés ont reculé respectivement sur un an de 3,51% et 7,31%, à 12,51 millions de chèques pour une valeur totale de 72,03 milliards...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Le nombre et la valeur des chèques compensés ont reculé respectivement sur un an de 3,51% et 7,31%, à 12,51 millions de chèques pour une valeur totale de 72,03 milliards de dollars. Le nombre de chèques libellés en devises étrangères a régressé sur un an de 6,16%, à 8,29 millions de chèques, alors que leur valeur a baissé de 10,98% sur un an, à 53,12 milliards de dollars. Quant aux chèques compensés libellés en monnaie nationale, leur nombre et leur valeur totale sont passés respectivement de 4,02 millions de chèques, d’une valeur totale de 18,3 milliards de dollars en 2014, à 4,12 millions de chèques, d’une valeur totale de 18,91 milliards de dollars en 2015. Selon les chiffres de l’Association des banques, le taux de dollarisation des chèques compensés a reculé de 68,98% en 2014 à 67,09% en 2015. Par ailleurs, la part des chèques retournés a légèrement régressé de 1,98% en 2014 à 1,88% en 2015.

Dette publique
70,4 milliards de dollars

Le total de la dette publique a progressé à 70,4 milliards de dollars à novembre 2015, reflétant une hausse de 5,71% sur un an et de 2% sur une base mensuelle. La dette publique libellée en livres libanaises, représentant une part de 61,5% du total de la dette, a enregistré une progression de 5,98% annuellement, atteignant 43,32 milliards de dollars à novembre 2015. Quant à la part de la dette libellée en devises étrangères, elle s’est accrue de 5,29% sur un an, s’élevant à 27,12 milliards de dollars sur les onze premiers mois de 2015. La dette publique nette, à l’exclusion des dépôts du secteur public auprès des banques commerciales et de la Banque du Liban (BDL), a progressé, de son côté, de 7,3% sur un an et de 6,3% de janvier à novembre 2015, totalisant 60,94 milliards de dollars. Les banques libanaises demeurent les plus gros créanciers de l’Etat, détenant une part de 46,65% de la dette libellée en livres libanaises, suivies par la BDL avec 36,6%. Viennent ensuite les secteurs non bancaires avec 16,8%.

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Tous coupables

Nous, citoyens libanais sans exception, sommes tous coupables et méritons la classe, dite dirigeante, que nous avons élue et réélue. Nous sommes coupables d’avoir attendu si longtemps, que cela soit devenu trop tard, pour leur réclamer des comptes que nous n’avons d’ailleurs pas obtenus. Il est vrai qu’une partie de la population a hurlé sa colère, au nom d’une majorité silencieuse, et lancé contre la caste politicienne des accusations de pollution aussi bien morale que politique. A quoi cela a-t-il servi? A des déchets qui s’amoncellent de plus en plus à tous les coins de rues, accompagnés de promesses mensongères, de solutions reportées de mois en mois et même d’année en année, dans un tourbillon de coûts faramineux qui valsent sans cesse laissant, encore une fois, planer des soupçons de magouilles.A des candidats à la présidence, affichés ou potentiels, l’un chassant l’autre, avec autant de succès annoncés pour les uns ou les autres. Et autant d’échecs garantis laissant la place vide. De «l’initiative» de Saad Hariri, laquelle, dit-on, mettait le général Michel Aoun sur le chemin du palais présidentiel, au même Saad Hariri qui, soudain, prenait sous ses ailes le leader des Marada, petit-fils de l’ancien président Sleiman Frangié, la réaction immédiate, et certainement calculée, de Samir Geagea a fait prendre le chemin de Maarab au général Aoun, accompagné cette fois de toute sa smala politique, pour sabler le champagne de la rencontre interchrétienne et à la gloire du supposé futur chef de l’Etat… Dans cet imbroglio, chacun puise ce qu’il veut. Même si les doutes ont la dent dure, tous les souhaits vont vers une réelle réconciliation des deux pôles maronites politiques que rien ne semblait, il n’y a pas si longtemps, devoir rapprocher. Quelles seront les relations futures de Michel Aoun et des principales composantes du 8 mars? A-t-il le feu, sinon vert, du moins orange, de la coalition à laquelle il est allié pour se lancer dans cette aventure? Comme on ne peut pas croire que Samir Geagea se soit passé d’un assentiment, aussi discret qu’il puisse être, de ses alliés du 14 mars. A ce sujet, les démentis vont bon train, chacun assurant sauvegarder ses affinités politiques, ce qu’on peut difficilement croire et, peut-être surtout, se faire accepter par les alliés de l’un ou l’autre. Tout cela en attendant qu’émerge de la manche d’on ne sait quel courant, un troisième prétendant à un fauteuil qui n’est pas près d’être occupé. Rares sont les optimistes, les plus crédules, qui y croient encore, du moins à court terme.Certains ont jubilé devant le spectacle des larges sourires de la réconciliation de deux leaders que les tendances politiques séparaient depuis une trentaine d’années. Il aura fallu la crise aiguë que vit le pays pour croiser les chemins parallèles de deux adversaires de très longue date. Rien ne nous fera croire, malgré notre ingénuité politique, que l’Esprit saint a éclairé soudain les anciens rivaux et les a fait se retrouver en nouveaux complices sinon en amis.Mais la faiblesse du pouvoir, pour ne pas dire son absence quasi totale, ne peut qu’avoir des répercussions nocives sur tous les secteurs. Le Conseil des ministres censé, selon la Constitution, gouverner en l’absence du chef de l’Etat, est lui-même paralysé par ses contradictions internes.Ne resterait-il à nos «ténors» qu’à se tourner vers l’étranger le plus influent? La Syrie étant hors circuit, il fallait trouver un autre parrain. Est-ce la France de Hollande? N’a-t-elle pas d’autres chats à fouetter? Est-ce l’Iran avec son clair parti pris? Le général Aoun sera-t-il encore un privilégié du camp du 8 mars? Est-il déclassé par Sleiman Frangié? N’y a-t-il pas dans la course à la présidence d’autres candidats au moins aussi valables que les deux chevaux actuellement en piste?Le fait est que, chaque fois qu’un nom est mis en avant, tous les pronostics misent sur un autre gagnant. Et tout est remis en question. Les médias, presse et télévisions, toutes tendances confondues, prévoient et annoncent un report prolongé d’une élection tant disputée. Reste, qui sait, le miracle qui viendrait de la rencontre au Vatican du patriarche maronite et du chef de l’Eglise catholique.Y aurait-il, enfin, de nouvelles coalitions imprévisibles? Les pronostics sont difficiles, mais vont bon train.


 Mouna Béchara
   

Santé

Grippe A (H1N1). Hausse des cas mais pas des décès
Arrêtons de provoquer la panique pour des raisons infondées. Certes, des décès ont lieu chaque année, partout dans le monde,…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved