Twittoscope
Logo

Nº 2987 du vendredi 6 février 2015

Erreur
  • JUser::_load: Unable to load user with id: 328

Twittoscope

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Twittoscope
    Ni mon esprit ni mon cœur ne croient au crime barbare dont a été victime le pilote jordanien Moaz Kassasbeh! Ignorance et obscurantisme au nom de la religion. Saad Hariri, ancien...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Ni mon esprit ni mon cœur ne croient au crime barbare dont a été victime le pilote jordanien Moaz Kassasbeh! Ignorance et obscurantisme au nom de la religion.
Saad Hariri, ancien Premier ministre - @HaririSaad - 453000 abonnés.

 

Les monstres de Daech qui nous narguent ne sont qu’à une heure d’ici. Les coupeurs de têtes et les immolateurs sont tout proches et personne ne lève le petit doigt!
Paula Astih, journaliste  - @Paulastih - 3300 abonnés.


Encore une fois, les médias - publics, sociaux et individuels - ne résistent pas à la tentation de montrer et de diffuser ces images barbares qui ne renforcent que leurs auteurs.
Angelina Eichhorst, ambassadeur de l’Union européenne au Liban - @aneichhorst - 7000 abonnés.


L’esthétique de la violence et sa mise en scène chez Daech sont hollywoodiennes. Ils sont plus enfants de Tarantino qu’héritiers de Ben Laden.
Abdallah Tourabi, chercheur marocain - @Atourabi - 10300 abonnés.

Je peux vous le dire pour avoir vécu dans ce pays pendant plusieurs années. Les Jordaniens ne sont pas assoiffés de sang mais, aujourd’hui, ils en demandent.
Randa Habib, journaliste AFP - @RandaHabib - 22000 abonnés.


Le régime jordanien vous invite à exprimer votre soutien en versant vos dons aux organisations sionistes internationales.
Asad Abukhalil, blogueur - @asadabukhalil - 23300 abonnés.

L’islam modéré a parlé. Al-Azhar utilise le langage et les règles de Daech: punir ses membres en coupant leurs mains et leurs jambes. Sans espoir!
Hassan Hassan, journaliste émirati - @hxhassan - 20900 abonnés.

Question: la crucifixion des types de l’EI souhaitée par al-Azhar participe-t-elle d’un nouveau projet de déradicalisation?
Jacques Raillane, blogueur - @AbouDjaffar - 5800 abonnés.


Quatre ans après le début des soulèvements arabes, je suis sûr que la réponse à «y’aura-t-il la démocratie au Moyen-Orient?» est un définitif «inchallah».
Karl Sharro, blogueur - @KarlreMarks - 45000 abonnés.


L’Asie a les Talibans, le Moyen-Orient a l’Etat islamique, l’Afrique a Boko Haram, le monde a les Etats-Unis.
Jean Assy, blogueur - @jeanassy - 7700 abonnés.

Récompenser la corruption, le népotisme et le clientélisme: le personnel remercié du Casino du #Liban obtient 60 mois de salaire et des prestations médicales pour leur «retraite»!
Nasser Saidi, économiste - @Nasser_Saidi - 6000 abonnés.

Maintenant que nos ministres ont vu comment Daech a brûlé vif Moaz Kassasbeh, brûler le drapeau de Daech devient-il permis? Ou est-ce encore un crime…?
Malek Sharif, reporter - @maleksharif - 19400 abonnés.


Contre-propagande jihadiste sur Internet
Une cellule pour combattre le groupe Etat islamique sur le Web, son terrain de prédilection. Si le gouvernement a lancé, il y a peu, la campagne #stop-djihadisme pour dissuader les Français candidats au jihad, d’autres opérations sont plus secrètes, notamment la cellule activée par l’armée il y a un an. Cette cellule de contre-propagande, qui devrait à terme regrouper cinquante militaires, se focalise sur «les jeunes séduits par la communication jihadiste». Le procédé, créer des pseudos sur les réseaux sociaux et nouer des relations avec les recruteurs, mais également les personnes tentées par le jihad.

Twitter bloque le compte de Boko Haram
Les comptes Alurwa Alwuthqa et Jama’atu AhlisSunnah Lidda’awati Waljihad auraient été créés la semaine dernière de la même façon que celle du groupe qui opère au Moyen-Orient sous le nom de l’Etat islamique (EI). Après l’ouverture de son compte, Boko Haram aurait affiché des images d’enfants jihadistes et annoncé la prise de Monguno, ville située dans l’Etat de Borno au nord-est du Nigeria. Les comptes des rebelles d’al-Shabaab de Somalie avaient subi le même sort en 2013.

Publicités en dehors de son réseau
Twitter va permettre aux annonceurs de publier des publicités sur des sites extérieurs à son réseau, un premier pas pour convaincre le marché qu’il peut gagner de l’argent avec un public plus large que son nombre officiel d’utilisateurs. Dans un message sur son blog officiel, le réseau social en ligne américain annonce mardi avoir noué ses premiers partenariats avec l’application Flipboard et le portail Internet Yahoo Japan. Il y publiera désormais des «messages sponsorisés», les publicités qui se mêlaient jusqu’ici uniquement aux contenus que lisaient les abonnés dans leur fil d’actualités.

@Julienabiramia

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Etat de barbarie

En brûlant vif le pilote jordanien Moaz el-Kassasbeh et en mettant en ligne la vidéo de son assassinat, digne des meilleures productions hollywoodiennes, l’organisation de l’Etat islamique a montré qu’elle était capable de pousser toujours plus loin les limites de la barbarie. On pensait avoir atteint le summum de l’horreur en regardant les lapidations, la punition par le fouet, l’amputation d’un membre ou les décapitations collectives d’otages. On commençait même à s’habituer à ces scènes, aussi insoutenables soient-elles. Mais Daech nous a surpris en inventant un châtiment inédit, dans le seul but de casser la routine. Car telle est la fonction première de ce crime filmé par des professionnels disposant d’un matériel dernier cri et monté par des techniciens macabres mais compétents: répandre la terreur pour déstabiliser autant ses ennemis que ses sujets. Il est, en effet, plus commode d’affronter un adversaire paralysé par la peur et de gouverner une population soumise par la terreur, que de se battre contre un ennemi confiant et courageux et d’administrer un peuple rebelle. Les théoriciens des slogans «Daech est un grand mensonge», «une invention du régime syrien» ou «Daech n’est pas notre problème» sont bien obligés, aujourd’hui, de se rendre à l’évidence. Les troupes d’Abou Bakr el-Baghdadi se trouvent à deux heures de route de Beyrouth et elles se renforcent tous les jours davantage. Cette organisation existe et elle est beaucoup plus puissante et dangereuse qu’ils ne le pensaient. Ou peut-être le savaient-ils très bien, mais se croyaient-ils à l’abri et se frottaient-ils déjà les mains en se voyant rafler la mise après que Daech et le Hezbollah se soient mutuellement anéantis? Il ne faut pas sourire, car certains politiciens libanais, voire des dirigeants de pays soi-disant grands, ont cru - et peut-être le croient-ils encore - qu’il est possible d’instrumentaliser cette organisation pour servir leurs propres intérêts. Qu’elles soient infantiles ou diaboliques, ces attitudes ont les mêmes résultats dévastateurs. Certains pensent qu’il sera possible, un jour, lorsque la guerre sera terminée, de coexister avec le califat de Baghdadi. Après tout, un Etat en plus ou en moins ne changera pas grand-chose au destin de cette région tourmentée, pourvu que les affaires redémarrent, que les investissements affluent, que l’argent coule à flots, que les comptes en banque gonflent. Ce type de raisonnement est nuisible, car il a tendance à minimiser la gravité de la situation et à ignorer les réalités. Par conséquent, la mobilisation générale de toutes les capacités de la nation, impérative pour combattre et vaincre Daech, faiblira. Abou Bakr el-Baghdadi en sortira plus puissant et sa défaite sera plus coûteuse, en temps et en ressources… et ce n’est pas bon pour les affaires! Sans une reformulation des priorités dans la tête de certains dirigeants internationaux, la défaite à l’échelle régionale de Daech sera impossible. La même logique s’applique à l’échelle locale. Une partie des Libanais a tardé à considérer Daech comme un danger existentiel. D’autres sont conscients du danger que représente cette organisation, mais estiment que la combattre n’est pas une priorité. Il faut qu’ils accordent leurs violons, surtout que Daech n’est plus une simple organisation terroriste. Il est devenu un Etat totalitaire, qui veut imposer, aux musulmans d’abord et au reste de l’humanité ensuite, sa vision de l’islam.


 Paul Khalifeh
   
Bannière
Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved