Twittoscope
Logo

Nº 3034 du vendredi 1er janvier 2016

Twittoscope

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Twittoscope
    Je suis contre l’ajout d’une taxe sur l’essence pour financer l’exportation des déchets. Ali Hassan Khalil, ministre des Finances - @alihassankhalil - 25800 abonnés. Concernant la privatisation des compagnies de téléphonie mobile...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Je suis contre l’ajout d’une taxe sur l’essence pour financer l’exportation des déchets.
Ali Hassan Khalil, ministre des Finances - @alihassankhalil - 25800 abonnés.



Concernant la privatisation des compagnies de téléphonie mobile (cellulaire), cela me rappelle Sukleen et ceux qui sont derrière Sukleen. Et si tu as quelque chose contre moi, tu es le bienvenu.
Walid Joumblatt, député et chef du Parti socialiste progressiste (PSP) - @walidjoumblatt - 168400 abonnés.

Je rassure tout le monde; il n’y aura pas de scandales en ce qui concerne la téléphonie mobile. Ni de scandales ordinaires, ni de scandales bruyants.
Boutros Harb, ministre des Télécommunications - @Harb_Boutros - 17100 abonnés.

L’opinion publique libanaise souhaite être rassurée sur son avenir dans ce pays et ne s’intéresse pas au partage du gâteau et aux intérêts personnels entre les diverses forces politiques.
Misbah Ahdab, ancien député - @MisbahAhdab - 49400 abonnés.

De nombreux responsables ont twitté sur l’importance que revêt le fait que Noël et la fête de la naissance du Prophète coïncident le même jour cette année. J’aurais souhaité que ces gens s’entendent sur un discours national unificateur au lieu de l’incitation à la violence et aux dissensions.
Marwan Kheireddine, ancien ministre - @mar1_k - 7467 abonnés.

Depuis que Sleiman Frangié a déclaré «le Liban d’abord», il ne lui manque plus que d’adopter le slogan «j’aime la vie» et d’être un membre au secrétariat général du 14 mars.
Tarek Abou Saleh, blogueur - @tarekabousaleh3 - 1617 abonnés.

Comme cela était prévu, l’année 2016 sera celle de la bataille de Damas. L’assassinat de Zahran Allouche va peut-être la précipiter.
Joseph Bahout, analyste politique - @jobahout - 5103 abonnés.

En éliminant Allouche, la Russie joue clairement la politique du pire en Syrie, empêchant toute solution politique.
Romain Caillet, consultant sur les questions islamistes - @RomainCaillet - 27100 abonnés.

Il n’y a finalement que les jihadistes et les islamophobes pour soutenir que l’islam n’est pas compatible avec la démocratie.
Nicolas Henin, reporter - @nhenin75 - 13100 abonnés.

L’assassinat de Zahran Allouche affaiblit la crédibilité des Russes et de leur compromis politique. Leurs avions bombardent rarement Daech et les voilà qui visent de plein fouet celui qui le combat.
Tarek Mitri, ancien ministre - @TarekMitri - 3900 abonnés.


L’Arabie comparée à Daech
L’Arabie saoudite a menacé de porter plainte contre quiconque comparera sa condamnation à mort de poètes aux pratiques de Daech. En réponse, des usagers de Twitter ont lancé un hashtag, #SueMeSaudi(Fais-moi un procès, Arabie saoudite). Cette menace de poursuites lancée par Riyad a donc provoqué un effet Streisand sur Twitter. Et près de 8000 tweets accompagnés de ce hashtag ont été postés en l’espace de deux jours, selon les données de Topsy. Le hashtag #SueMeSaudi regorge de messages qui comparent l’Arabie saoudite à l’Etat islamique.

Les photos provocantes de Marine
Mais qu’est-ce qui a pris Marine Le Pen? Sur son compte Twitter, la patronne du parti frontiste a posté plusieurs photos choquantes représentantdes victimes de Daech... Entre le Front national et les médias, les relations sont particulièrement tendues. Depuis la défaite au second tour des chefs de file FN aux Régionales 2015, le parti de Marine Le Pen vocifère contre les médias. Mais pourquoi ces photos? En réponse à Jean-Jacques Bourdin qui, sur BFM TV / RMC, a fait un parallèle entre Daech et le FN. Ni une ni deux, Le Pen lui a répondu. Trois photos d’une rare violence, dont une représentant une décapitation. Sur Twitter, les internautes, choqués, n’ont pas tardé à réagir à la publication de ces photos violentes. Certains internautes appellent à dénoncer le compte de Marine Le Pen.

Des chiffres qui donnent le tournis
Pour se rendre compte du gigantisme d’Internet, il n’y a pas 42 solutions. Il faut regarder du côté des statistiques. Et une chose est sûre: elles sont impressionnantes. Aujourd’hui, le volume de données générées en temps réel sur le Web est énorme. Et il n’est rien par rapport à ce qu’il sera demain. Il existe désormais un site web dédié pour visualiser le trafic en temps réel: The Internet in Real-Time. Les principaux services web sont représentés. Les réseaux sociaux les plus utilisés sont également présents.

@DanieleGerges

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Pays-labo

Tout au long de son histoire contemporaine, le Liban a souvent eu le rôle, peu glorieux pour les uns, flatteur pour les autres, de laboratoire du monde arabe. Un rôle de circuit d’entraînement où les décideurs testent des projets, des idées. Terre d’intrigues, de complots et de conspirations, il a vu les puissances régionales et internationales régler leurs comptes sur son sol, avec, comme carburant, la chair et le sang de ses fils. Certaines séquences du long processus du dépeçage de l’Empire ottoman ont été jouées au Liban, au XIXe siècle. Un des épisodes de la fondation de l’Etat d’Israël, l’exode des Palestiniens en 1948, s’est acté sur son sol. C’est aussi le Liban qui a payé le plus lourd tribut du désengagement de l’Egypte du conflit israélo-arabe, avec la guerre civile de 1975, dont les liens avec la négociation et la signature des accords de Camp David n’ont pas été assez explorés par les historiens.Le présent est comme le passé. Il devient, aujourd’hui, de plus en plus clair que l’élection présidentielle est organiquement liée à l’évolution de la situation en Syrie. Décrypter ce lien est indispensable pour deviner ce que peut nous réserver l’année 2016. L’attitude du Hezbollah à l’égard de la candidature de Sleiman Frangié à la présidence de la République est particulièrement éclairante. Le moins que l’on puisse dire c’est que le parti de Hassan Nasrallah ne semble pas pressé de mettre fin à la vacance présidentielle, sinon il aurait saisi au vol l’initiative de Saad Hariri de faire élire un de ses plus fidèles alliés. En revanche, le Courant du futur s’impatiente et a montré qu’il est disposé à faire de sérieuses concessions, en proposant le nom de M. Frangié.Le Hezbollah n’est pas mécontent de l’éventuelle élection de Sleiman Frangié. Au contraire, cette option lui paraissait inespérée, il y a seulement quelques mois. Mais il estime que le moment n’est pas encore venu de débloquer la présidentielle libanaise. Et ce moment ne viendra pas tant que l’évolution de la situation en Syrie ne se précisera pas. Les grandes lignes du règlement de la crise syrienne ont été agréées entre les Etats-Unis, la Russie et l’Iran, et ont été consignées dans la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies, votée à l’unanimité le 18 décembre dernier. Ce texte contient un calendrier précis et l’esquisse d’un mécanisme d’application, bien que beaucoup de détails restent à régler. La résolution «appuie un processus politique dirigé par les Syriens et facilité par l’Onu, qui met en place, dans les six mois, une gouvernance crédible, inclusive et non sectaire, et arrête un calendrier et des modalités pour l’élaboration d’une nouvelle Constitution, et se dit favorable à la tenue, dans les 18 mois, d’élections libres et régulières, conformément à la nouvelle Constitution, qui seraient conduites sous la supervision de l’Onu». Par ailleurs, le texte ne fait aucune allusion au sort réservé au président Bachar el-Assad.Avant de débloquer la présidentielle libanaise, le Hezbollah, et avec lui l’Iran, veulent s’assurer que le processus politique en Syrie est bien mis sur les rails et qu’il est irréversible. Il faudra donc attendre les premiers mois de 2016 pour que l’image s’éclaircisse en Syrie, afin qu’elle se décante au Liban.Entre-temps, le pourrissement des institutions continue, la crise économique s’aggrave, la sécurité est fragilisée, la crise des déchets reste sans solution et le nombre de non-Libanais ne cesse d’augmenter. Il y aurait aujourd’hui au Liban 2,5 millions d’étrangers pour 4 millions de Libanais. Quels arguments peut-on encore avancer pour convaincre les jeunes qu’il y a toujours un espoir et qu’ils peuvent imaginer leur avenir dans leur pays? Aucun, sinon que le Liban fait preuve d’une capacité de résilience exceptionnelle, et que pour beaucoup moins que cela, d’autres Etats ont disparu de la carte du monde.


 Paul Khalifeh
   
Bannière

Santé

Le cerveau des hommes vieillit plus vite
Le cerveau des hommes vieillirait plus rapidement que celui des femmes. Les hommes seraient donc plus susceptibles de développer certaines…

© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved