Santé
Logo

Nº 3088 du vendredi 6 avril 2018

Santé

Dans l’ombre, avec beaucoup de sérieux, d’entrain et d’espoir, des professeurs de l’Antonine International School Ajaltoun essaient d’inculquer aux enfants ce qui manque tant au pays: l’engagement, l’appartenance citoyenne, la démocratie en action, le sens de l’environnement et la fierté de pouvoir changer les choses.

Avec ces objectifs en tête, plutôt que de faire travailler les jeunes sur des projets théoriques sur lesquels ils n’ont pas de prise, l’Antonine International School Ajaltoun a décidé de motiver les élèves de 1ère et de 5ème en les orientant vers un projet concret. Sous l’impulsion dynamique et décidée de la professeure d’histoire-géographie Véronique Karam,  Valérie Aoun du Club Environnement de l’école et Maryse Ghanem du CDI ont voulu donner à leurs élèves l’occasion d’expérimenter quelque chose de nouveau et aussi l’envie de poursuivre leur action, une fois adulte. 
Les quatre élèves de Première qui préparent leurs TPE (travaux personnels encadrés) et huit autres de la classe de 5ème dans le cadre de leur EPI (enseignement pratique interdisciplinaire) ont donc décidé de s’attaquer à ce qui entache leur pays irrémédiablement: la pollution par le plastique. Un projet préparé et élaboré en classe, mais réalisé avec les communautés des localités environnantes: Ajaltoun et Ballouneh.

CHANGER LES MENTALITéS

Au départ de ce projet d’éducation à l’environnement et de sensibilisation aux effets négatifs des sacs en nylon, les élèves ont commencé par effectuer des recherches sur les véritables problèmes posés par le plastique en général. Une campagne d’initiation a ensuite été orchestrée par l’équipe, essentiellement axée sur les sacs en plastique que les supermarchés distribuent sans compter. Quatre supermarchés de la région d’Ajaltoun ont été approchés par les élèves eux-mêmes qui ont tenté de convaincre les propriétaires de ces grandes surfaces de prendre part à leur projet en proposant à leur clientèle des sacs réutilisables. Et là, bonne nouvelle: l’accueil a été plutôt favorable, bien que prudent.  Les supermarchés doivent faire face à des frais  importants de fabrication et d’impression de sacs (entre 40 000 et 60 000 $/an). Par ailleurs, il s’agit aussi et surtout de changer la mentalité d’une clientèle d’habitués qui estime que c’est son droit de prendre des sacs supplémentaires à la caisse. 
L’idée des étudiants étant attrayante, trois des quatre supermarchés se sont engagés à faire un effort.  Pour les convaincre du bien-fondé de leur action, les élèves ont prévu des solutions pour motiver les clients: cartes de fidélité, interviews télévisées, distribution de sacs réutilisables gratuits. Surtout, les jeunes ont élaboré une véritable campagne d’information et de sensibilisation avec affiches,  brochures, photos,  etc.

Concrétiser et durer
Mais pour que l’initiative ne soit pas qu’une opération ponctuelle ou celle de «la semaine du sac réutilisable», les élèves ont été initiés à poursuivre leur engagement.  Ainsi, ils ont poursuivi leurs actions auprès des municipalités, des parents,  des professeurs et des autres élèves. La municipalité d’Ajaltoun, très active par ailleurs, a immédiatement été intéressée par le projet de l’école Antonine et a promis de trouver un partenaire sponsor pour préparer une campagne d’affichage dans le village, organiser une conférence de sensibilisation (donnée par les élèves) destinée aux habitants de la localité, etc. La municipalité de Ballouneh est également en voie d’implication.
Pour donner plus de poids et de sérieux à leur projet, les jeunes, assistés de leurs mentors, ont créé un slogan qui résume bien leur action: «0% plastique, 100 % Liban», ainsi qu’un logo où sont associés celui de leur école et bien sûr le cèdre fédérateur. Leur première opération a été annoncée au journal télévisé et retransmise par une chaîne locale avant de faire l’objet d’une interview en bonne et due forme sur un plateau télé.
En attendant de voir leur initiative s’étendre à d’autres écoles, supermarchés et localités, les jeunes présenteront leur projet scolaire en avril, avant de proposer un projet clé en main et une action auprès des ministères de l’Education et de l’Environnement.


 Quels bénéfices pour les élèves?  
● Le développement de la créativité et de l’autonomie. 
● La recherche des causes d’un problème pour mieux le résoudre. 
● L’implication de la société civile. 
● Le travail sur le terrain et ses difficultés.
● La quête pour fournir les éléments de motivation. 
● L’engagement local.
● Le désir et l’action pour  véritablement rendre le monde meilleur.
● L’application des connaissances et la formation scolaire dans la vie réelle ainsi que la concrétisation d’un projet.
● La sensibilisation à l’environnement et au développement durable.
● La prise de conscience de l’impact de chacun sur la société.

Gisèle Kayata Eid

Entre 3 et 6% de la population libanaise souffrent de troubles bipolaires, alors que la dépression au Liban atteint deux fois plus de femmes que d’hommes.  Magazine dresse un état des lieux de cette maladie.

Churchill, Roosevelt, Modigliani, Baudelaire, Nietzsche, Van Gogh, Schumann, Haendel… Autant de personnages qui ont marqué l’Histoire et qui ont tous un point commun: les troubles bipolaires. Pour en comprendre les symptômes, la tendance actuelle va jusqu’à donner l’explication suivante: il s’agit de troubles de l’énergie et de l’humeur, caractérisés par des fluctuations (ascendantes ou descendantes) de ces deux éléments. Ces fluctuations dépassent la normale, que ce soit par leur intensité ou par leur durée. Lorsqu’elles sont très intenses, on parle de psychose maniaco-dépressive.

Ne pas confondre avec la manie
Dans les cas extrêmes, quand on assiste à une montée accrue de l’humeur et de l’énergie, c’est de manie qu’il s’agit. Le sujet devient alors excessivement euphorique ou à l’inverse, excessivement irritable. Il n’a pas besoin de sommeil, dort moins et conserve toutefois un degré d’énergie élevé. Les idées se bousculent dans sa tête, sa conscience de soi est en nette augmentation, il pense qu’il est capable de tout faire. On peut aussi observer un accroissement de la sociabilité, un excès de dépenses surtout inutiles, une planification pour l’avenir
relativement absurde et beaucoup d’indiscrétion sexuelle. Lorsque tous ou certains de ces symptômes retentissent sur le «fonctionnement» de l’individu, tant sur le plan personnel que professionnel, la manie est confirmée. En revanche, lorsque les conséquences sont très minimes, voire inexistantes, ce «syndrome» est qualifié d’hypomanie. Passer d’un état mineur (l’hypomanie) à un état majeur (manie), peut être provoqué, entre autres, par la prise de stimulants ou d’antidépresseurs, le facteur génétique n’étant pas éliminé. A savoir que les deux états sont précédés ou suivis ou entrecoupés d’épisodes dépressifs. Pour résumer cette explication, être atteint de troubles bipolaires signifie avoir des fluctuations ascendantes légères (hypomanie) ou excessives (manie) et des fluctuations descendantes (dépression).

Quel traitement?
Les personnes bipolaires présentent un tempérament cyclothymique (instabilité persistante de l’humeur, comportant de nombreuses périodes de dépression ou d’exaltation légère). Leur humeur est susceptible de changer, parfois sans raison et elles deviennent très sensibles et irritables. Cela peut parfois mener au suicide, surtout lorsque le malade est en phase dépressive. Pour tenter d’éviter un tel drame et de réduire autant que possible les répercussions de ces troubles sur la vie d’un individu, il faut essentiellement avoir recours aux thymorégulateurs (régulateurs de l’humeur) ou stabilisateurs de l’humeur. Ce sont des comprimés pris à doses spécifiques, permettant d’amoindrir les changements subits de l’humeur. S’abstenir de prendre des drogues, avoir une hygiène saine de sommeil, recourir à des psychologues spécialisés capables de déceler la maladie pourraient rendre la vie du malade plus facile.  

Faux
Un bipolaire diagnostiqué ne peut pas mener une vie normale. Les traitements actuels permettent au patient de mener une vie normale (sur les plans personnel et professionnel).

Vrai
On peut facilement associer bipolarité et génie. Les troubles bipolaires et le tempérament cyclothymique sont fréquemment associés à une augmentation de la créativité.

Natasha Metni Torbey
 

Jeudi, 18 Décembre 2014 03:08

Le vaccin contre la grippe: moins efficace?

Le vaccin contre la grippe pourrait être moins efficace cet hiver. L’efficacité du vaccin contre la grippe varie d’une année à l’autre. L’an dernier, son taux d’efficacité a été de 50 ou 55%, ce que les experts considèrent relativement bon. Le vaccin de cette année devait protéger contre le virus grippal H3N2. Toutefois, l’émergence inattendue d’une toute nouvelle souche du virus pourrait maintenant en réduire l’efficacité. Le vaccin offre une protection efficace contre 48% des échantillons de virus H3N2 analysés jusqu’à présent, ce qui signifie qu’il est moins efficace contre le 52% restant.

 

Les MICI
Touchent aussi les jeunes

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) peuvent se déclarer dès le plus jeune âge. Chez les enfants et les adolescents, le tableau clinique est similaire à celui des adultes. Les premiers signes sont des douleurs abdominales sur des semaines, voire des mois, associées à une perte d’appétit et de poids. Chez les plus jeunes, il y a toutefois une particularité. Ils peuvent présenter un retard de croissance, car ces pathologies peuvent perturber la puberté. Les patients sont fatigués et ont des maux de ventre. Ils ne peuvent plus suivre leurs activités sociales et sportives.

 

 

 

 

 



L’heure de coucher
Liée aux pensées négatives

Les personnes qui dorment moins longtemps et celles qui se couchent tard ont davantage tendance à être submergées par des pensées négatives répétitives. Elles sont enclines à se soucier excessivement de l’avenir, à trop creuser le passé et à souffrir de pensées intrusives désagréables sur lesquelles elles sentent ne pas avoir de contrôle. Ces pensées sont souvent typiques du trouble d’anxiété généralisée, de la dépression majeure, du stress post-traumatique, du trouble obsessionnel compulsif et de l’anxiété sociale. Les personnes atteintes de ces troubles ont tendance à avoir des problèmes de sommeil.

Le régime méditerranéen
Influence l’âge biologique?

Le régime méditerranéen riche en légumes, fruits, noix et huile d’olive et faible en produits laitiers et en viande est lié à des télomères plus longs, ce qui est considéré comme un signe de longévité. Plus l’alimentation des individus se rapproche du régime méditerranéen, plus leurs télomères sont longs. Pour chaque point sur 9 d’adhérence à ce régime, la différence de longueur correspondait en moyenne à 1,5 année de vie. Un changement de 3 points dans l’adhérence correspond à 4,5 ans de vieillissement en moyenne, une différence comparable à celle d’être fumeur et non-fumeur.

Carence en vitamine E
Lien avec la fausse couche

Une carence en vitamine E augmenterait le risque de fausse couche chez les femmes à très faible revenu. Au Bangladesh par exemple, les femmes enceintes qui ont un faible taux de vitamine E sont pratiquement deux fois plus à risque de faire une fausse couche que celles qui ont un taux normal. 10% des femmes avec de faibles taux de vitamine E dans leur sang ont fait une fausse couche, comparativement à seulement 5% chez celles qui démontrent un taux suffisant. Cette vitamine joue donc un grand rôle dans la protection de l’embryon et du fœtus durant la grossesse.

Papillomavirus
Injections de vaccin dès 9 ans

Deux injections de vaccin au lieu de trois dès l’âge de 9 ans pour lutter contre le cancer du col de l’utérus sont les dernières recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). La vaccination est conseillée par l’OMS chez les filles âgées de 9 à 13 ans. Le passage de trois à deux injections ne diminue en rien l’efficacité de la protection, assure l’OMS. C’est simplement une garantie de meilleure accessibilité des vaccins aux populations les plus vulnérables dans les pays pauvres. Le cancer du col de l’utérus provoque près de 1000 décès par an. La vaccination HPV est le meilleur moyen de l’éviter avec le dépistage par frottis.


 

NADA JUREIDINI
 

Un groupe de géologues brésiliens a affirmé avoir retrouvé dans l’océan Atlantique des fragments de granite appartenant au légendaire continent submergé. De quoi relancer le mythe.

Voilà une découverte qui a de quoi émoustiller les scientifiques comme les passionnés de mythes et légendes. Un groupe de géologues brésiliens a révélé qu’il aurait retrouvé une partie de l’Atlantide. Pour ceux et celles qui l’ignoreraient, l’Atlantide est ce mystérieux continent qui aurait été submergé lors de la séparation entre l’Afrique et l’Amérique du Sud pour donner lieu à l’océan Atlantique. Mythique, cette histoire a d’ailleurs fait le lit de nombreux romans et films (voir encadré).
Le fameux granite a été découvert par une équipe de géologues brésiliens à quelque 1500 km au large de Rio de Janeiro, dans les profondeurs de l’océan Atlantique. Selon ces scientifiques, cette roche ne se trouve théoriquement qu’en continent. D’où leurs conclusions.
Roberto Ventura Santos, directeur de géologie de ressources minérales du Service géologique du Brésil, a expliqué au site brésilien G1 Globo, que c’est au moment où les géologues effectuaient une analyse du sol océanique, dans la région Elevation du Rio Grande, qu’ils sont tombés sur le granite. Il y a un mois, ils ont donc exploré ses profondeurs à bord d’un sous-marin. «A partir d’une analyse, on a commencé à voir que la région pouvait être un morceau du continent qui est resté perdu dans la mer pendant des millions d’années», a expliqué Roberto Ventura Santos à l’AFP.
Déjà, il y a deux ans, des échantillons de granite avaient été découverts lors d’une opération de drapage, c’est-à-dire de retrait de sol océanique, dans la région Elevation du Rio Grande, une cordillère maritime qui se trouve simultanément dans les eaux maritimes brésiliennes et internationales.
L’équipe de géologues estime n’avoir jamais été aussi proche de dévoiler le mystère. Mais ils prennent toutefois leurs précautions. «Cela peut être l’Atlantide du Brésil. Nous en sommes presque sûrs mais nous devons renforcer notre hypothèse. Nous aurons la reconnaissance scientifique finale cette année, quand nous aurons fait des forages dans la région pour trouver plus d’échantillons de ces roches», précise ainsi Roberto Ventura Santos. Le Brésil s’est associé avec le Japon pour mener à bien les recherches et analyses.
Si cette découverte s’avère, et qu’il s’agit bien de roches de l’Atlantide, les géologues auraient alors accès à de nouvelles informations sur la séparation des continents, un événement qui s’est produit il y a quelque 100 millions d’années…

Jenny Saleh
 

L’Atlantide, entre légendes et réalité
Le philosophe Platon relate l’histoire puis la disparition de l’Atlantide, dans le Timée puis dans le Critias, dès le Ve siècle avant Jésus-Christ. Selon lui, il s’agirait d’une île mystérieuse, située en Méditerranée orientale, non loin de l’actuelle Crète. L’Atlantide aurait abrité, à l’âge du bronze, la fastueuse civilisation minoenne. La cité aux temples recouverts d’or et d’argent aurait été engloutie, une nuit, par une vague géante, selon Platon. Le philosophe décrit un monde idyllique, dont les habitants seraient nés de l’union du dieu Poséidon et d’une mortelle.
Les mythes associés à l’Atlantide pullulent. Pas moins de 40000 ouvrages en parleraient, entretenant ainsi le mystère.
Parmi les plus célèbres, citons Vingt mille lieues sous les mers, de Jules Verne, où l’Atlantide apparaît au cours de la promenade sous-marine du capitaine Nemo. Pierre Benoît lui consacre un roman également, tout comme Conan Doyle, avec Le monde perdu sous la mer. Plus proche de nous, Clive Cussler fait vivre à son héros dans Atlantide, la découverte du continent perdu.
Côté petit et grand écran, le mythe s’étend aussi sur les pellicules. Avec par exemple les séries, L’Homme de l’Atlantide, diffusée en 1977-78, Stargate Atlantis, depuis 2004, ou pour le 7e art, 10000, de Roland Emmerich, sorti en 2008.
Le mythe de l’Atlantide n’a pas fini de fasciner.

 

<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Éditorial
Déficit de confiance

Les Libanais n’attendaient pas la mise en garde du président Michel Aoun sur le danger de la faillite de l’Etat pour se rendre compte de la gravité de la situation. Un vent de panique, encore contenu, bruisse dans le pays. Des rumeurs mais aussi des informations vraies sur la fragilité des finances publiques foisonnent. On chuchote au sujet de la fuite de capitaux; d’un infléchissement de la politique monétaire de la Banque du Liban, suffisamment important pour provoquer l’effondrement du cours de la monnaie nationale d’ici la fin de l’année; on murmure que la banque centrale cherche, désespérément et difficilement, à acquérir des dollars pour renforcer ses réserves. Les analyses prévoyant un conflit régional d’envergure, dont une attaque israélienne contre le Liban ne serait que l’une des facettes, n’arrangent pas les choses. Les menaces israéliennes d’une «guerre destructrice» contre le Hezbollah, proférées lundi, les confirment. Les craintes sont tellement tenaces que même la «positive attitude» des plus optimistes ne parvient plus à les atténuer… ni les «bonnes nouvelles» attendues de la conférence Cèdre I.      Un déficit de confiance fondamental semble s’être installé dans le pays. Tous les jours, la méfiance grandit et enfouit ses racines plus profondément. Le plus grave, c’est que lesdites «mesures d’austérité» adoptées par le gouvernement dans le cadre du projet de budget 2018 ne sont perçues, par une majorité de Libanais, que comme de la poudre aux yeux. Ce n’est pas en réduisant de 20% les dépenses des ministères que l’on règlera le problème. Un telle démarche est non seulement insuffisante mais aussi contre-productive, car les coupes touchent indistinctement tous les ministères, y compris, par exemple, celui des Affaires sociales, qui apporte une aide modeste mais salutaire à des milliers de familles qui peinent à remplir leur panier de la ménagère.Une fois de plus, le gouvernement ne regarde que la partie visible de l’iceberg. Il ignore le vrai problème, celui de la corruption institutionnalisée, de ces minces mais intarissables filets de gaspillage, qui pompent des milliards tous les jours. Une fois de plus, l’Etat ponctionne le portefeuille déjà vide des classes les plus démunies, et ferme les yeux face aux abus des plus puissants. Qu’en est-il des biens maritimes exploités illégalement? Des évasions fiscales? Des catégories de privilégiés ou de protégés qui inondent le marché de biens manufacturés importés sans payer un sou à la douane? Des milliards dépensés par les officiels en voyages, aux frais du contribuable? Des commissions payées et perçues dans le cadre de contrats de gré à gré? La liste est interminable…Le déficit des finances est, désormais, couplé à un défaut de confiance. Les soins palliatifs ne sont plus utiles. Un traitement lourd est nécessaire. Y a-t-il un médecin dans la salle?    


 Paul Khalifeh
   

Combien ça coûte

Un passeport biométrique?
Le passeport biométrique est disponible au Liban depuis le 1er août 2016. Toutefois, la remise de titres de voyage relevant de l’ancien «régime» a toujours été permise pour les Libanais…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved