Magazine Le Mensuel

Nº 2953 du vendredi 13 juin 2014

Médecine

La recherche clinique à l’AUBMC. Un processus sans fin

Le Bureau de la recherche clinique du centre médical de l’Université américaine de Beyrouth (AUBMC ) a organisé le jeudi 22 mai 2014 sa première journée portes ouvertes présentant plus de 150 études de recherche en oncologie, médecine vasculaire, néonatologie, maladies infectieuses, sclérose en plaques, etc.
 

Ouverte à toute personne spécialisée dans le domaine clinique et médical, aux universitaires, aux chercheurs, aux stagiaires, aux représentants gouvernementaux et au grand public (au sens large), la journée «Open House» a été l’occasion pour les chercheurs de présenter leurs derniers projets et d’avoir accès à de nombreuses ressources qui pourraient les aider à améliorer et à développer leurs recherches.
La recherche aide médecins et chercheurs à prendre des décisions en matière de normes, politiques, règlements et programmes ayant trait à la santé. Elle leur permet de:

Prévoir les risques de santé liés aux maladies, aux dangers présents dans l’environnement, aux aliments et d’intervenir face à ces risques et menaces.
Vérifier que les médicaments, les aliments et les matériels médicaux sont sans danger et efficaces.
Renseigner la population de manière à ce que chaque individu puisse prendre des décisions éclairées par rapport à sa santé.
La recherche étant une des facettes de la médecine les moins connues et pourtant d’une importance capitale, toutes les avancées thérapeutiques en dépendent.

 

Recherches médicale et clinique
Il faut d’abord et avant tout différencier la recherche médicale fondamentale de la recherche clinique. Dans la recherche médicale fondamentale, on cherche surtout à mieux connaître le corps humain, mieux comprendre ses mécanismes et étudier les organismes qui peuvent l’affecter. Nous parlons donc dans ce cas des sciences fondamentales, telles la biochimie, la physiologie et l’histologie (branche de la biologie et de la médecine qui étudie les tissus biologiques). A l’heure actuelle, tous les mystères de l’organisme n’ont pas été percés, et ce particulièrement dans le domaine neurologique.
D’autre part, la recherche clinique, elle, vise à inventer de nouveaux traitements, à développer de nouveaux moyens thérapeutiques, etc. Valider de nouvelles thérapies ou techniques par le biais d’études sur des volontaires essentiellement, la recherche clinique est extrêmement encadrée et codifiée tel que l’explique le Dr Samia Khoury, directrice d’Abou Haidar Neuroscience Institut et du Centre de sclérose en plaques à l’AUBMC .

 

Rôle de la recherche clinique
La recherche clinique permet de faire bénéficier aux malades des avancées de la recherche fondamentale. Son maintien et son développement sont essentiels pour garantir l’accès aux soins de haute technologie qui accompagneront les médicaments de demain, et mettre précocement à la disposition des malades des traitements innovants.
Le patient est au cœur de l’essai. Il participe à l’évaluation de son traitement et a le droit de l’interrompre à tout moment. La recherche clinique apporte des connaissances indispensables sur les maladies humaines et les médicaments. Elle constitue un passage obligé pour évaluer la tolérance, l’efficacité et la sécurité des traitements. Elle se déroule en trois phases qui ne peuvent être entreprises que si les résultats de l’expérimentation animale ont été jugés prometteurs et sécurisants.
Les phases de la recherche clinique
Phase I Elle dure entre quelques jours et quelques mois et nécessite un petit nombre de volontaires sains. Ses objectifs:

Sécurité du médicament.
Connaissance de don devenir dans le corps humain.
Résultat: 70% des médicaments expérimentés franchissent le cap des essais de cette phase.
Phase II Durant de quelques mois à deux ans, elle nécessite un petit groupe homogène de patients atteints de la maladie (10 à 100 malades). Son objectif: efficacité du produit.
Résultat: un tiers des substances testées franchissent le cap des essais des phases I et II.
Phase III C’est une phase qui dure entre une et plusieurs années, nécessite plusieurs centaines à plusieurs milliers de malades volontaires et dont l’objectif est d’étudier le
rapport bénéfice/risque du médicament
Résultat: 70% à 90% des médicaments entrant en phase III sont retenus.

Natasha Metni

Vision 2020
Lancée en 2010, la Vision 2020 de l’AUBMC est une initiative ambitieuse et globale qui vise à améliorer la recherche clinique et médicale, à établir des centres d’excellence offrant de nouvelles options médicales pour le traitement des maladies endémiques dans le monde arabe et élargir l’accès à la qualité des soins à la population libanaise.

Related

Exclusif: PREMIÈRE GREFFE D’UTÉRUS RÉALISÉE EN FRANCE

admin@mews

Les progrès thérapeutiques des cellules souches. Rêve ou réalité prochaine?

admin@mews

Hôtel-Dieu de France. Enquête sur les infections nosocomiales

admin@mews

Laisser un commentaire