Magazine Le Mensuel

Nº 2867 du vendredi 19 octobre 2012

  • Accueil
  • Santé
  • Journée de la santé mentale. La dépression: une crise mondiale
Santé

Journée de la santé mentale. La dépression: une crise mondiale

Selon l’Organisation mondiale de la santé, environ 5% de la population souffrent de dépression au cours d’une année. Bien qu’il existe des traitements efficaces pour soigner la dépression, l’accès au traitement est un problème puisque dans certains pays, moins de 10% de personnes qui en ont besoin, bénéficient d’un tel traitement. Le point sur les thérapies recommandées à l’occasion de la journée de la santé mentale célébrée le 10 octobre dernier.

Les symptômes et les facteurs de la dépression
La dépression est un trouble mental courant qui se caractérise par une tristesse, une perte d’intérêt ou de plaisir, des sentiments de culpabilité ou de dévalorisation de soi, un sommeil ou un appétit perturbé, une certaine fatigue et des problèmes de concentration. La dépression résulte d’une interaction complexe entre des facteurs sociaux, psychologiques et biologiques.

La prise en charge
Pour prendre en charge une dépression modérée ou sévère, il est recommandé selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), d’associer un soutien psychosocial de base à des antidépresseurs ou à une psychothérapie. Les traitements psychosociaux sont performants et devraient être prescrits en première intention pour soigner la dépression légère. Les médicaments et les traitements psychologiques sont efficaces en cas de dépression modérée ou sévère.

Les antidépresseurs
Les antidépresseurs peuvent être appropriés pour traiter une dépression modérée ou sévère, mais ne s’imposent pas comme le traitement de première intention pour les cas de dépression légère. Ils ne devraient pas servir à traiter la dépression chez l’enfant et ne constituent pas le traitement de première intention pour les adolescents, auxquels ils devraient être prescrits avec prudence. Selon une analyse publiée, les antidépresseurs ont peu d’efficacité dans les cas de dépression légère ou modérée.

La thérapie cognitivo-comportementale
Cette thérapie est basée sur l’observation du lien entre les pensées, les émotions et des comportements. La première vague de cette thérapie était surtout centrée sur l’aspect comportemental tel que l’acquisition de nouvelles habiletés, habitudes, compréhensions des facteurs qui influencent le comportement. La deuxième vague était davantage centrée sur l’aspect cognitif. L’accent était mis sur la prise de conscience des liens entre pensées et émotions avec l’objectif de modifier les pensées dysfonctionnelles afin d’améliorer l’état émotif ou l’adaptation. La troisième vague intègre des apports de l’approche de la pleine conscience telle que la thérapie d’acceptation et d’engagement ou celle de réduction du stress.

La thérapie interpersonnelle
Il s’agit d’une approche brève pour le traitement de la dépression. Elle est basée sur la notion que les problèmes interpersonnels contribuent aux problèmes psychologiques dont la dépression. Elle est centrée sur le présent. Les thérapeutes prennent une position active, guidant les séances afin de maintenir l’attention sur des domaines de problèmes interpersonnels. Le deuil non résolu, les transitions de rôle, les conflits de rôle ou les déficits interpersonnels.

La thérapie de résolution de problème
Elle vise à aider la personne à mieux faire face aux expériences stressantes de la vie et à les prévenir. Elle est basée sur l’hypothèse qu’une part importante de ce qui est considéré comme des psychopathologies résulte de l’inefficacité ou de l’inadaptation des comportements adoptés pour faire face au stress et aux difficultés. Comment une personne fait face à de telles situations détermine, en partie la mesure dans laquelle elle risque de connaître des psychopathologies de longue durée et des problèmes comportementaux comme la dépression, l’anxiété généralisée, la colère ou les difficultés relationnelles. NADA JUREIDINI

Les principaux faits
La dépression est un trouble mental courant qui touche mondialement plus de 350 millions de personnes. Elle est la première cause d’incapacité dans le monde et contribue fortement à la charge mondiale de la maladie. Les femmes sont plus atteintes que les hommes. Dans le pire des cas, la dépression peut conduire au suicide. Il existe cependant des traitements efficaces pour la combattre.

Related

Les arrêts cardiaques. Les signes avant-coureurs

admin@mews

Une prouesse technique. L’implant d’un cœur artificiel

admin@mews

Maladies sexuellement transmissibles (MST). Pour une sexualité sans risques

admin@mews

Laisser un commentaire