Magazine Le Mensuel

Nº 2871 du vendredi 16 novembre 2012

Environnement

Les piles, ce fléau de l’environnement

Au Liban, le réflexe de recycler les piles usagées n’est pas encore vraiment entré dans les mœurs. Pourtant, c’est indispensable, car elles contiennent de nombreux métaux lourds  dans leur composition. Les «batteries» comme on les nomme ici, sont composées de substances dangereuses comme du mercure, du nickel, du lithium. Autant de produits qui se retrouvent dans la nature, voire dans la chaîne alimentaire, faute de les entreposer dans des bacs de recyclage.
Bien sûr, au Liban, de tels bacs de collecte n’ont pas encore trouvé leur place. Alors qu’il serait simple d’en disposer à la sortie des caisses de supermarchés ou dans les écoles par exemple, comme c’est le cas en Europe. En France, une loi oblige même tous les commerces qui vendent des piles à les reprendre, une fois usées.
Au Liban ce n’est pas le cas et la majorité des piles se retrouvent donc, une fois en fin de vie, dans les poubelles communes, où elles ne seront pas recyclées. Seules quelques associations se chargent de les récupérer (voir encadré), avec plus ou moins de succès.  
Si les piles sont encore indispensables à la bonne marche de nombreux produits (jouets, montres, appareils portables, et.), on peut désormais recourir à des piles rechargeables qui éviteront d’acheter des paquets et des paquets de batteries.
Au Liban, on les trouve dans les supermarchés notamment, avec le chargeur adéquat. Pour celles-ci, il est important de connaître les deux types de piles rechargeables existantes.
– Les NiCd (nickel-cadmium): plus toxiques pour l’environnement parce qu’elles contiennent plus de cadmium et ont une moins longue autonomie et durée de vie. A l’usage, elles se rechargent de plus en plus mal.
– Les NiMH (Nickel-Métal-Hydrure) qui ne présentent pas tous ces inconvénients. Autre avantage pour le consommateur, une économie réalisée au niveau financier. Il suffit pour cela d’additionner le coût des piles jetables sur un an, contre celui des piles rechargeables et du chargeur… Sachant que les piles rechargeables peuvent être rechargées un bon millier de fois.

Parmi les associations qui récupèrent les piles usagées, T.E.R.R.E. Liban (05-923060) ou encore l’ONG Beeatoona (01 249 653) qui a lancé le projet ecobatt, dédié aux piles usagées.
 

Jenny Saleh

 

Vous menez des actions pour protéger l’environnement? Faites-en part à la rédaction de L’Hebdo Magazine qui en informera ses lecteurs. ecocitoyenmagazine@gmail.com

Soirée Green sur MTV
Le dîner de gala de Green Minds Awards sera retransmis ce vendredi sur MTV. L’occasion de connaître les lauréats de ces prix qui récompensent les actions en faveur de l’environnement pour le Moyen-Orient, remis le 31 octobre dernier au Biel. Les Libanais figurent en bonne place dans le palmarès. A noter, par exemple, la 3e place de News Green, dont nous avions parlé dans Magazine.
Sur MTV, le 16 novembre.

On coupe le moteur!
Stop aux idées reçues! On entend souvent dire qu’un moteur que l’on arrête pour le redémarrer ensuite consomme davantage de carburant que de le laisser tourner. Or, c’est tout l’inverse! Dès que l’on reste à l’arrêt plus de soixante secondes, il est plus économique de couper le moteur. On estime qu’en moyenne un moteur fonctionnant au ralenti consommera environ 0,8L/heure. Imaginez laisser tourner votre moteur inutilement dix minutes par jour, soit le temps minimum où l’on est coincé dans les embouteillages…. Et en quelques semaines, c’est tout un plein de carburant qui part en fumée!

Les deux commandements de la semaine
Mes chauffages je nettoierai pour qu’ils soient plus efficaces et consomment moins.
Des lampes LED j’utiliserai pour éclairer mon intérieur, car elles sont de basse consommation.

Related

Qu’est ce que le greenwashing?

admin@mews

Raja Noujaim. Les décharges conduisent à l’incinération

admin@mews

Une bonne année pour la couche d’ozone?

admin@mews

Laisser un commentaire