Magazine Le Mensuel

Nº 2888 du vendredi 15 mars 2013

Moyen-Orient

Moyen-Orient

Qatar
Déficit modéré en 2015

Selon Citigroup, l’important excédent budgétaire du Qatar enregistrerait un recul graduel dans une proportion moyenne de 8,8% du PIB. Cet excédent se transformerait en déficit modéré à partir de 2015, qui s’élèverait à 2,3% du PIB en 2017. L’agence de notation justifie cette tendance baissière par un ralentissement des recettes dont la croissance annuelle, de 22% entre 2005 et 2012, passerait à 4% à partir de 2013, sachant que la croissance à venir serait générée par des revenus de sources non pétrolifères. La baisse des revenus serait sous-tendue par le déclin de la production de pétrole et le début d’une décroissance de la production de gaz liquide depuis que la capacité de production a atteint son apogée en 2011 avec 77 millions de tonnes de gaz liquide en rythme annuel. Les facteurs également pris en compte sont le recul du prix du pétrole dans les prochaines années et, par conséquent, ceux du gaz liquide. Parallèlement, Citigroup a prévu une hausse des dépenses du gouvernement du Qatar à une cadence de 10%/an. Ce qui contribuerait à un solde déficitaire des finances publiques. En revanche, l’agence de notation souligne que «le déficit budgétaire de l’émirat resterait gérable» vu ses avoirs extérieurs importants et son accès facile au financement international. Le rapport de Citigroup fait par ailleurs allusion aux dépenses que le Qatar aurait à débourser en prélude à la Coupe du monde de football en 2020.  

Irak-Jordanie
Un pipeline pour contourner Ormuz

L’Irak et la Jordanie projettent la construction d’un pipeline dédié à l’acheminement du gaz et du pétrole d’un montant de 18 milliards $ afin de contourner le détroit d’Ormuz. Cette décision aurait été dictée par les tensions géopolitiques qui planent sur la région du Proche-Orient et les menaces iraniennes de fermer Ormuz. Ce qui aurait pour conséquence directe une interruption de l’alimentation en énergie de l’Irak et de la Jordanie. L’Irak est dépendant du détroit d’Ormuz dans la mesure où 70% de ses exportations pétrolières sont effectuées via ce point de passage. Le pipeline en question, d’une longueur de 1680 km, s’étendrait du sud de Bassora au port jordanien de Aqaba. 

Related

Moyen-Orient

admin@mews

Monde arabe

admin@mews

Moyen-Orient

admin@mews

Laisser un commentaire