Magazine Le Mensuel

Nº 2932 du vendredi 17 janvier 2014

Cinéma en Salles

Cinema en salles

Mandela: Long walk to freedom
Biopic de Justin Chadwick

Adapté des mémoires de Nelson Mandela par le scénariste anglais William Nicholson, un travail qui lui a pris une quinzaine d’années, par souci d’impartialité comme le voulait le producteur Anant Singh, ce biopic retrace 70 ans de la vie du premier président de la République d’Afrique du Sud. Incarné tour à tour par Siza Pina, Atandwa Kani et Idris Elba, Nelson Mandela naît et est élevé à la campagne, dans la famille royale des Thembus, avant de gagner Johannesburg où il va ouvrir le premier cabinet d’avocats noirs et devenir un des leaders de l’African National Congress (ANC). Arrêté, il est séparé de Winnie (Naomie Harris) l’amour de sa vie qui le soutiendra pendant ses longues années de captivité et deviendra à son tour une des figures actives de l’ANC. A travers la clandestinité, la lutte armée, la prison, sa vie se confond plus que jamais avec son combat pour la liberté, lui conférant peu à peu une dimension mythique, faisant de lui l’homme chef pour sortir son pays de l’impasse où l’ont enfermé quarante ans d’apartheid.
Circuit Empire.

Philomena
Drame de Stephen Frears

Le réalisateur de Dangerous Liaisons, Stephen Frears présente son dernier long métrage, adapté du roman Philomean: The true story of a mother and the son she had to give awayde Martin Sixsmith, basé sur la propre histoire de l’auteur. Irlande, 1952. Philomena Lee, encore adolescente, tombe enceinte. Rejetée par sa famille, elle est envoyée au couvent de Roscrea où elle travaille à la blanchisserie et n’est autorisée à voir son fils Anthony qu’une heure par jour. A l’âge de 3 ans, il lui est arraché pour être adopté par des Américains. Et elle ne cessera d’essayer de le retrouver pendant des années. A 50 ans, elle est convaincue par Martin Sixsmith, un journaliste désabusé qu’elle vient de rencontrer, de l’accompagner aux Etats-Unis à la recherche d’Anthony. A l’affiche: Judi Dench et Steve Coogan.
Circuit Empire – Grand Cinemas.

The book thief
Drame de Brian Percival

Adapté du roman homonyme de l’Australien Markus Zusak, The book thiefsuit l’histoire de Liesel, une jeune fille qui, à l’aube de la Seconde Guerre mondiale, est recueillie par une famille allemande près de Munich. Elevée sévèrement par sa mère adoptive, elle trouve le bonheur en lisant avec son nouveau père, tout comme avec Max, un réfugié juif que le père n’hésite pas à cacher au sous-sol malgré les risques. Devant les disparitions, les blessés et les morts, Liesel garde le moral grâce à ses bouquins. Avec Geoffrey Rush, Emily Watson, Sophie Nélisse, Ben Schnetzer…
Circuit Empire – Grand Cinemas.

Jack Ryan: Shadow recruit
Thriller de Kenneth Branagh

Ancien Marine, Jack Ryan (Chris Pine) est un brillant analyste financier. William Harper (Kevin Costner) le recrute au sein de la CIA pour enquêter sur une organisation financière terroriste. Cachant la nature de sa mission à sa fiancée (Keira Knightley), il part à Moscou pour rencontrer l’homme d’affaires qu’il soupçonne d’être à la tête du complot. Trahi et livré à lui-même, il réalise qu’il ne peut plus faire confiance à personne.
Circuits Empire et Planète – Grand Cinemas.

Report de Beirut Cinema et du Festival du film libanais
Initialement prévu du 18 au 22 janvier, l’événement Beirut Cinema a été ajourné à une date ultérieure à la suite de la situation sécuritaire instable qui prévaut dans le pays. Dans un communiqué de presse, la Fondation Liban Cinéma, Bande-à-part et Né à Beyrouth expliquent les raisons pour lesquelles ils ont été contraints à prendre cette décision: «Dans un tel contexte, nous ne pouvons assurer le bon déroulement du programme initialement prévu et garantir notre responsabilité vis-à-vis de nos invités étrangers (…). Nous continuerons à travailler en étroite collaboration, car nous sommes fermement convaincus que l’union de nos associations engagées pour la promotion du cinéma libanais est une force incontournable pour l’accompagner et le porter sur la scène nationale comme internationale. Nous restons déterminés à mettre en place prochainement Beirut Cinema. Le cinéma est une puissante force économique génératrice d’emplois et de revenus. Il est aussi un média culturel qui, comme toute création artistique, nous aide dans les périodes tourmentées, et particulièrement dans celle que nous vivons, à ne pas sombrer dans la violence, l’intolérance ou le désespoir».

 

Related

Pirates des Caraïbes. De la genèse aux bouleversements

admin@mews

Cinéma en salles

admin@mews

Night Riders. Métropolis s’exporte en plein air

admin@mews

Laisser un commentaire