Magazine Le Mensuel

Nº 2994 du vendredi 27 mars 2015

  • Accueil
  • general
  • Appel au Conseil de sécurité. «Sauvez les chrétiens d’Orient»
general

Appel au Conseil de sécurité. «Sauvez les chrétiens d’Orient»

Des anciens ministres et députés ont lancé un appel au Conseil de sécurité demandant qu’une action soit menée pour empêcher la persécution des chrétiens d’Orient et leur exode. Cette initiative a pour but de faire «bouger les consciences» et d’éviter que les déplacements de population ne changent l’identité de toute la région.

D’anciens ministres et députés libanais ont lancé un appel au Conseil de sécurité, qui doit bientôt se réunir pour discuter de la situation des chrétiens d’Orient et étudier la manière de les protéger et de les garder dans leurs pays d’origine. Un document lu par l’ancien ministre Joseph Hachem a rappelé que l’extrémisme takfiriste se développe dans la région et représente également un danger pour le monde, comme cela a été le cas par le passé, mais de façon plus irrégulière. «Ces mouvances se sont transformées actuellement en groupes bien installés, bien développés et dotés de moyens importants, qui attirent de nouvelles recrues. Ces forces takfiristes ont réussi parfois à abolir les frontières entre certains pays arabes et ont étendu leurs violences même en dehors du monde arabe… Il n’est pas nécessaire de perpétrer, à nouveau, les crimes et les atrocités commis contre les chrétiens d’Orient, d’autant plus que le nombre d’entre eux qui y vivent toujours a atteint son niveau le plus bas, notamment en Palestine, en Syrie et en Irak. Le Liban est le seul poumon de ces populations.  Il doit jouer le rôle qui lui revient».
Ce document insiste sur le fait que la présence chrétienne dans cette partie du monde est susceptible d’absorber les conséquences du conflit historique entre Orient et Occident. «La formule libanaise, qui repose sur le vivre en commun, peut constituer un frein exemplaire au conflit communautaire qui fait rage et assurer une reconstruction des sociétés arabes sur des bases civilisées après les guerres qui y ont fait rage. Le Liban, pays message, comme l’a qualifié le pape Jean-Paul II, est l’exemple à suivre et le meilleur moyen de contrer la formule israélienne qui repose sur le sectarisme».
Les participants ont déploré que les chrétiens d’Orient soient persécutés et que leurs traditions, leurs us et coutumes et leur culture soient détruits sous l’œil indifférent du monde. Ils ont fait part de leurs craintes de voir la communauté internationale faire preuve non seulement de laxisme à ce niveau, mais encourager ces déplacements de populations en ouvrant les portes de l’émigration. Cette initiative, dit l’ancien député Abdallah Farhat  à Magazine, est nécessaire. «Les chrétiens du Liban ont toujours contribué à l’élaboration de l’Histoire, non seulement de leur pays mais de toute la région. On ne peut garder le silence sur ce génocide doublé d’un déplacement de populations. Si l’on continue à fermer les yeux sans dénoncer haut et fort ce qui se passe, nous serons alors complices de ces actes immondes. Il faut donc tout mettre en place pour être entendu par la communauté internationale, qui doit mettre fin à ces exactions inhumaines. Nos frères en Orient doivent savoir qu’ils ne sont pas seuls, que les chrétiens du Liban, qui ont une large marge de manœuvre, sont là pour les soutenir». Toujours selon l’ancien député, les chrétiens sont un élément de stabilité et sont bien reçus partout. Ils constituent, d’autre part, une main-d’œuvre qualifiée et non exigeante sur le plan matériel. «Notre initiative est certes indispensable, conclut-il. Mais nous avons également besoin pour que l’appel porte, d’un soutien officiel des responsables et du ministre des Affaires étrangères. De notre côté, nous n’allons pas en rester là. Nous rencontrerons le patriarche maronite, Béchara Raï, le nonce apostolique, les ambassadeurs des pays membres permanents du Conseil de sécurité. Il est urgent de sauver les chrétiens d’Orient».

Danièle Gergès

Parmi les initiateurs
Etaient notamment présents à cette rencontre: les anciens ministres Nagy Boustani, Joseph Hachem, Elias Hanna, Jacques Joe Khadarian, Sleiman Traboulsi et les ex-députés Pierre Daccache et Abdallah Farhat.

Related

EDL. Les journaliers plient bagages après un compromis

admin@mews

Le président arménien au Liban Une coopération à accroître

admin@mews

May Arida. Témoin d’une époque

admin@mews

Laisser un commentaire