Magazine Le Mensuel

Nº 3007 du vendredi 26 juin 2015

En vrac

En vrac

L’Arabie saoudite préfère Salam
Les autorités saoudiennes appuient Tammam Salam et souhaitent son maintien à la tête du gouvernement. Elles le préfèrent même à Saad Hariri. Premièrement parce que le retour de Hariri à la présidence du Conseil des ministres est une entreprise coûteuse du point de vue politique, jalonnée de dangers sécuritaires et chargée de frais financiers. Alors que la présence de Salam ne coûte rien à l’Arabie, sans oublier la souplesse dont il fait preuve dans la gestion des contradictions.

Les options de Berry
Le président Nabih Berry qualifie sa relation avec le Hezbollah de solide. Il considère qu’elle n’est pas uniquement basée sur une alliance politique, mais aussi sur des affinités personnelles avec sayyed Hassan Nasrallah. Lorsqu’il adopte des positions contraires à celles du Hezb (comme pour la question du gouvernement et des nominations), il est, dit-il, guidé par la conviction que son choix sert l’intérêt commun des deux partis.

Question de vie ou de mort
Au cours de sa dernière visite en Syrie, le commandant de la brigade al-Qods, le général iranien Kassem Suleimani, a déclaré, devant les cadres supérieurs, que la guerre dans ce pays est une guerre existentielle pour l’axe allié à l’Iran. C’est pourquoi, assure-t-il, si la bataille nécessite l’envoi de 100 000 combattants en Syrie, la République islamique d’Iran n’hésitera pas une seconde à le faire.

Related

En vrac

admin@mews

En vrac

admin@mews

En vrac

admin@mews

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.