Magazine Le Mensuel

Nº 3025 du vendredi 30 octobre 2015

Événement

Festival de la Gastronomie française. Une escapade gourmande

Pour la 14e année consécutive, l’Hôtel Albergo Relais & Châteaux organise le Festival de la gastronomie française. Rendez-vous incontournable des aficionados de bonnes tables, il se tiendra du 10 au 15 novembre, sous le haut patronage d’Emmanuel Bonne, ambassadeur de France au Liban. L’espace de six dîners, le restaurant Al Dente proposera, grâce à ses six chefs étoilés venus de France, un menu gastronomique des plus raffinés.

Mardi 10
Guillaume Sourrieu  
L’Epuisette – Marseille
Guillaume Sourrieu est un créateur à l’imagination débordante. Ses plats sont simples et colorés. Dans une interview express, il affirme: «J’aime les différents goûts que donne la cuisine libanaise, dit-il, interviewé par Magazine. C’est une cuisine généreuse et de cœur avec les produits des différentes régions. J’aime beaucoup le «toum» (ail, ndlr) que j’associe avec le sumac pour les poissons». Le nouvel ingrédient qu’il a introduit cette année dans sa cuisine? Un plat «pâte de poivron doux» que l’on utilise en condiment. Selon Sourrieu, un chef ne devrait jamais faire «une cuisine autre que la sienne» ou «travailler des produits qui ne sont pas de saison». Guillaume Sourrieu confirme avoir fait manger des célébrités tels Jean-Jacques Goldman, Kad Merad, Gérard Jugnot…

Mercredi 11
Jean-Jacques Noguier
La Ferme de l’Hospital – Bossey
Globe-trotteur culinaire, il aime voyager et découvrir de nouvelles saveurs. Il  réinvente la cuisine, compose les saveurs en élaborant des plats pleins de vie et de couleurs, recherchés et créatifs. Il confie à Magazine: «La cuisine libanaise est pour moi une cuisine de goût de saveurs de soleil, de variété, de convivialité, de partage et de réunion de famille». «Le Liban, dit-il, peut être fier de sa cuisine qui représente pour moi la personnalité des Libanais. Elle fait partie des meilleures du monde. Mon plat préféré au Liban est les aubergines tabbakh rouho, mais j’aime aussi pratiquement tout sauf le foie cru d’agneau». «Mon nouvel ingrédient cette année, poursuit le chef, est le sumac que je mets dans le veau. Cela parfume et donne un peu d’acidité». «Aucun interdit pour un chef en cuisine, selon Noguier. Mais garder surtout le sens du produit et du goût et ne pas cuisiner n’importe quoi pour faire du sensationnel». Jean-Jacques Noguier fait manger, entre autres célébrités, Garou, DSK, Chico…

Jeudi 12
Jean-Christophe Lebascle
Manufacture – Issy-les-Moulineaux
Jean-Christophe Lebascle propose une cuisine de terroir traitée et présentée de façon créative. «La cuisine libanaise est une cuisine que j’adore, dit-il, car elle est très savoureuse, goûteuse avec un mélange subtil d’épices et d’herbes caractéristiques du Liban». «On trouve dans les plats un goût de la matière première que l’on ne trouve pas en Europe ni en France même dans le meilleur restaurant libanais». «La cuisine est excellente au Liban (…). J’adore les mezzés (…)», souligne Lebascle. A Magazine, il confie: «Cette année, j’introduis dans mon menu, pour la première fois au Liban, les grosses gambas de la côte méditerranéenne. (…)». Selon lui, «le respect du produit est primordial, car il ne faut jamais oublier qu’un maraîcher ou un éleveur de volaille ou d’animal à viande a mis tout son cœur et son savoir afin d’obtenir un excellent produit. Nous devons respecter la qualité d’un joli produit et le travail de celui-ci; à nous de le magnifier afin de le servir». Lebascle a notamment servi Gérard Depardieu, François Mitterrand, Emile Lahoud, Felipe VI, Mstislav Rostropovitch, Alain Delon, Catherine Deneuve et Laurent Fabius.

Samedi 14
Eric Delerue
Le Cerisier – Laventie
Il aime s’amuser de sa passion, la cuisine. Delerue propose une cuisine fine et recherchée et ne se prend surtout pas au sérieux. Le goût de la bonne cuisine est né «comme souvent, en regardant les parents et les grands-parents faire des petits plats mijotés. J’ai fait un bac technique hôtelier. Ce monde-là me plaisait, mais je n’étais pas attiré par le métier de cuisinier tel que je le voyais à l’école». La révélation c’est Marc Meurin, qui l’embauche dans son restaurant et lui donne l’art et le goût «de travailler de beaux produits. On faisait tout, j’apprenais beaucoup. J’y suis resté deux ans». Puis, on lui a parlé de cette grande maison attendant un nouveau maître, et l’aventure commence. «On a démarré avec une petite cuisine et, peu à peu, on s’est fait plaisir». La suite, l’étoile Michelin en 2002.

Vendredi 13
Julien Machet
Le Farçon – Courchevel
Julien Machet travaille ses ingrédients à la recherche de nouvelles saveurs pour étonner nos papilles et aller vers plus de simplicité afin de se concentrer sur le goût. Tout d’abord prédestiné à l’agriculture, il rejoint l’école hôtelière et arrête tout pour la cuisine. Ce Savoyard attaché à ses racines est à la tête du Farçon. C’est une crêperie familiale qu’il a reprise jusqu’à obtenir une étoile au guide Michelin. Malgré cette étoile, Julien fait une cuisine simple, basée sur les produits de la montagne.

Dimanche 15
Marc Meurin
Le Château de Beaulieu – Busnes
Marc Meurin signe une cuisine d’excellente facture, fine et inventive. Chaque assiette est une escapade. Il est le véritable ambassadeur de la cuisine du Nord dans le monde. Il a commencé à aimer la cuisine avec sa mère. «En l’absence de cantine à l’école, je la voyais chaque jour mitonner pour notre famille. C’est elle qui m’incite à passer les portes de l’école hôtelière de Lille. Trois ans plus tard, mon CAP en poche, à l’âge de 20 ans, je m’installe à Laventie avec mon épouse Claudine. Pas de formation, dans de grandes maisons donc. Mes gammes se feront au piano, dans ma région de naissance et de cœur».

Chaque soir, un chef proposera un répertoire personnel de créations culinaires qui raviront non seulement les palais les plus exigeants, mais également les yeux. Tous les dîners seront accompagnés de champagne Laurent-Perrier et d’une sélection de grands crus, soigneusement choisis en fonction du menu du chef. A ne pas manquer!
Réservations aux +9611202440 et +9611339797 ou sur l’adresse électronique suivante: restaurant@albergobeirut.com
Prix du dîner 175 dollars par personne, incluant le champagne et les grands crus. Les dîners commencent à 21h précises.

Christiane Tager Deslandes

Related

Violence conjugale. Nisrine Rouhana, nouvelle martyre

admin@mews

Oscars 2015. Le 7e art entre rire et émotion

admin@mews

Des archives sur Youssef Bey Karam. Un legs à conserver

admin@mews

Laisser un commentaire