Magazine Le Mensuel

Nº 3049 du vendredi 15 avril 2016

Événement

Beyrouth Madinati. Pour des municipales citoyennes

Toutes les institutions du pays sont paralysées, les corruptions et les scandales se suivent et se ressemblent. Pourtant, un espoir pointe à l’horizon: l’organisation des municipales en mai prochain.

C’est, par cette brèche, qu’un groupe de citoyens engagés, non partisans confessionnels ou sectaires, espèrent jouer un rôle dans le changement tant souhaité par la majorité des Libanais. Réunis sous le slogan «Beyrouth Madinati», ils sont appuyés par des centaines de partisans qui ont confiance en eux et dans leurs potentiels de renouveau.
 

L’union fait la force
Au cours des dernières municipales qui se sont déroulées au Liban, seuls 20% des habitants de la capitale se sont rendus aux urnes, convaincus que leurs votes ne changeraient pas grand-chose à la liste mise en place et soutenue par les forces politiques locales. Une municipalité qui, en fin de compte, n’a pas réussi à servir les intérêts de la capitale, dont l’histoire a été ponctuée de scandales et de corruptions. Aussitôt que les autorités ont annoncé que les municipales auront lieu en mai prochain, Beyrouth Madinati a vu le jour. C’est un mouvement lancé par des activistes qui considèrent que les élections municipales constituent une voie de changement. Ces personnes engagées pour le bien de leur communauté ont constaté – comme tant d’autres citoyens – que la classe politique traditionnelle a prouvé, en maintes occasions, son incapacité à gérer les affaires de Beyrouth et à assurer un mode de vie décent à ses habitants.
Convaincus que l’union fait la force, que l’engagement commun et la conjugaison des efforts se répercuteront positivement sur les intérêts de tous, ils ont décidé de se présenter aux municipales. Toute une équipe de gens dévoués s’est mise spontanément en place pour soutenir ces personnes, qualifiées et indépendantes, qui ne font pas partie de l’establishment politique et partisan. Des personnes, essentiellement issues du monde intellectuel et académique, dont le slogan principal s’articule autour du citoyen et de son bien-être.
Les projets de ces professionnels sont scientifiques, futuristes et nationalistes. Chaque dossier est traité en profondeur, de façon pratique, facilitant son exécution. D’ailleurs, pour mieux répondre aux attentes des habitants de la capitale et s’enquérir de leurs besoins pour vivre dignement dans leur ville, une approche nouvelle et moderne a été adoptée. «A quoi aimerais-tu que Beyrouth ressemble?». «Que signifie pour toi Beyrouth?». «Quelles devraient être les priorités du travail municipal?»… Autant de questions que le groupe Beyrouth Madinati discute avec les citoyens en organisant des rencontres régulières dans différents lieux de la ville sous le slogan «Le temps du changement est là, viens y prendre part». Certes, la bataille n’est pas gagnée d’avance. Des obstacles de toutes sortes entraveront le parcours de ce groupe vu les intérêts et les enjeux énormes. Mais le ras-le-bol des citoyens, toutes tendances et religions confondues, ainsi que l’approche réaliste et professionnelle de ces personnes contribueront certainement à l’émergence d’une nouvelle vague qui, si les habitants de la ville font preuve d’éveil et de maturité, aura son mot à dire pour faire de Beyrouth la ville phare du pays, mais aussi des capitales arabes.

Danièle Gergès
 

Pour plus d’informations, un site Internet beirutmadinati.com et une page Facebook.

Les critères de la liste
Pour intégrer la liste de Beyrouth Madinati, certains critères sont requis:
Ne pas être partisan d’un parti, tout en prenant soin de s’ouvrir aux entités politiques et de collaborer avec elles pour le bien de la ville, en prenant en considération l’importance de leur rôle dans la société.
Ne pas être sectaire, mais respecter les droits des communautés sur une base nationale en attendant de dépasser cet état de choses et de se diriger vers l’établissement d’un Etat libéré des chaînes communautaires.
Avoir une approche honnête et transparente dans la façon de travailler et de gérer le bien public.  

Related

La Fondation May Chidiac. «Les femmes en première ligne»

admin@mews

Unité et solidarité. Le sursaut républicain

admin@mews

Erbil. Mort mystérieuse d’un couple libanais

admin@mews

Laisser un commentaire