Magazine Le Mensuel

Nº 3052 du vendredi 6 mai 2016

ACCUEIL

3 questions à Hanna Gharib

Votre élection à la tête du Parti communiste libanais (PCL) a coïncidé avec un événement qu’il célèbre chaque année: la fête du travail. Quels sont les grands titres de la manifestation cette année?
La manifestation donne l’espoir d’un avenir meilleur pour tous les travailleurs. Que les affaires économiques et sociales, ainsi que les revendications des différentes classes sociales sont toujours défendues et doivent faire l’objet de toute discussion à tous les niveaux politiques ou autres. Le peuple entendra au moins quelqu’un évoquer ses souffrances et ses droits. Le mouvement syndical unifie les gens, c’est une sorte d’union nationale.

Est-ce là les grands titres de votre plan de travail à la tête du PCL?
C’est une grande partie du plan pour lequel nous travaillons dans le cadre de notre ultime objectif, l’édification d’un Etat civil, démocratique, résistant contre Israël et le terrorisme, libre de ses décisions tant politiques qu’économiques. Un Etat qui se préoccupe de ses citoyens à tous les niveaux, un Etat pour le peuple libanais, non qui nous conduit de guerre en guerre.

Les mouvements civils de ces derniers mois ont-ils essayé d’ajuster le tir? Et quelles sont vos ambitions futures?
C’est un début. Ces mouvements ont donné une force morale au peuple pour continuer sur cette lancée. Le pouvoir ne s’unit que pour défendre ses propres intérêts. Nous devons unifier nos efforts en tant que mouvements civils. Que nous manque-t-il pour le faire? Il le faut pour progresser et réaliser nos rêves d’un Etat meilleur.

Arlette Kassas

Related

3 questions au cheikh Abbas Zgheib

admin@mews

3 questions à Mazen Abboud

admin@mews

3 questions à Rachad Salamé

admin@mews

Laisser un commentaire