Magazine Le Mensuel

Nº 3053 du vendredi 13 mai 2016

general

Tout le plaisir est pour nous. Comique et caustique

La compagnie Free-Vol nous entraîne dans une comédie de mœurs de Ray Cooney, roi du vaudeville anglais, où trois couples illégitimes se retrouvent dans l’appartement d’un éditeur parisien. Fous rires et crampes aux zygomatiques sont garantis avec des comédiens à 100 à l’heure! Jusqu’au 28 mai, sur les planches du théâtre Montaigne à l’Institut français.  

Jean-Loup Lebreton vit en parfaite harmonie avec sa délicieuse épouse dans un magnifique appartement. Cette belle tranquillité est vivement ébranlée à la suite de coïncidences malencontreuses. Editeur parisien au goût très classique, Lebreton est absolument exaspéré par le faible de sa femme Marie-Catherine pour un décorateur farfelu. Lui veut un intérieur discret et le décorateur impose des couleurs criardes et des coussins en peau de vache de laquelle il est adepte. Sa femme lui fait les doux yeux et il en est furieux. Leur antagonisme aboutira à un hilarant imbroglio et entraînera une cascade de malentendus les uns plus drôles que les autres. Trois couples illégitimes décident de vivre dans cet appartement, sans concertation, leurs premières nuits de passion… Bien entendu, aucun d’eux n’a prévu la présence des autres et l’escapade câline vire au cauchemar. L’arrivée inopinée d’une vieille fille très puritaine cherchant éditeur et folle d’animaux n’arrange pas les choses…
Un spectacle de  qualité tant par le jeu des acteurs que par la mise en scène et le décor. Valérie Debahy est absolument convaincante dans son rôle de Madame Lebreton. On sent bien que le théâtre lui colle à la peau. Pour ses premiers pas sur les planches, Sabine Depolla est juste exquise en femme de ménage étrangère qui roule les r mais pas que… Jean-Elie Jed vit à fond son rôle de décorateur. Acteur confirmé, il fait du théâtre depuis dix ans. Passionnée de théâtre et de danse, Céline Sursock campe son rôle avec brio. La passion du théâtre coule dans les veines d’Elie Nabaa depuis vingt-cinq ans et son rôle de Jean-Loup Lebreton lui va comme un gant. Anthony Nemer, quant à lui, a le rôle d’Arnaud Courtois qu’il interprète avec habileté. Patricia Badour est parfaite dans son rôle de Melle Bouillon. Elle ne se départit pas de son sourire et vit son rôle passionnément. Pour sa première fois, sous les projecteurs (qu’il dirige), Antoine Char interprète fort bien son rôle de coincé. Enfin, Karen Malek est hilarante dans son rôle de Lydie Boulet. A voir et c’est pour la bonne cause!

Christiane Tager Deslandes
 

La compagnie Free-Vol
De différents milieux professionnels, les acteurs de la compagnie théâtrale Free-Vol présentent, chaque année, une pièce dont les recettes sont intégralement reversées à des associations caritatives. C’est une compagnie fondée il y a quatre ans constituée d’un noyau, toujours le même, mais autour duquel peuvent s’ajouter d’autres acteurs. La metteuse en scène, Valérie Debahy, a acquis une solide expérience théâtrale en Belgique. Le nom de la compagnie, Free-Vol, fait allusion au fait qu’elle ne dépend de personne. C’est une compagnie à but non lucratif. Les treize soirées données sont au profit de treize associations différentes qui décident du prix de l’entrée et organisent leur billetterie comme elles le désirent.

Related

Plus du tiers des Libanais vivent dans la pauvreté

admin@mews

Le monde de l’audiovisuel. Polyvalence, curiosité et créativité

admin@mews

Suki, président de l’American Druze Society. «Savoir où aller sans oublier d’où on vient»

admin@mews

Laisser un commentaire