Magazine Le Mensuel

Nº 3088 du vendredi 6 avril 2018

Festival

Bipod 2018. Une ode à la femme

Du 11 au 27 avril, la 14e édition de Bipod accueille au Liban 11 performances internationales, et 8 performances d’artistes arabes, dans le cadre de Moultaka Leymoun. Au centre de cette effervescence, la femme.

La 14e édition de Bipod (Beirut International Platform of Dance) célèbre la femme. «Les femmes chorégraphes, mais aussi toutes les femmes qui se battent chaque jour, dans l’espace public ou dans l’espace privé, et qui continuent à traverser la vie de manière remarquable. A toutes les femmes qui le sont, et à toutes les femmes en devenir, ce festival vous est dédié»,  affirme Mia Habis, directrice artistique du festival. Le ton est donné: une grande partie des performances internationales qui seront présentées au public libanais sont l’œuvre de chorégraphes et de danseuses femmes. «Mais il y a des hommes aussi», ajoute Omar Rajeh, fondateur de Bipod et de Maqamat.
Onze performances internationales sont au programme, d’Italie, avec un focus italien cette année, d’Espagne, d’Allemagne, d’Islande, de Norvège et des Etats-Unis. Pour la première fois, en effet, l’ambassade américaine au Liban s’est joint à la longue liste des fidèles partenaires de Bipod, au moment où cette 14e édition marque l’absence du British Council et de l’Institut Français du Liban.
Dans le cadre de Bipod également, la 7e édition de Moultaka Leymoun, cette plateforme dédié à la promotion des artistes, danseurs et chorégraphes, du monde arabe. Du Liban, de Palestine, de Syrie, d’Iraq, mais aussi d’Iran. Une vingtaine d’artistes auront l’occasion, non seulement de présenter leurs performances, mais aussi de rencontrer des professionnels internationaux afin d’établir des collaborations.
Au sein des performances, projections de films, ateliers de travail, conférences, débats, expositions, notons le débat, prévu le 14 avril, à 15h: We women, the inside story, modéré par Nayla Tamraz, avec Asma Andraos, Hania Mroué, Taghreed Darghout, Georgette Gebara, Nayla de Freige et Nadine Touma. Après l’hommage rendu l’an dernier à Abdel Halim Caracalla, cette année c’est à Georgette Gebara, figure pionnière de la danse au Liban, que sera consacré le Takreem de Bipod, le 15 avril, à 11h. Bipod 2018 sera clôturé par une exposition de clichés de Myriam Boulos qui accompagnera, équipée de son appareil, tout le festival, des coulisses aux représentations jusqu’au mouvement des spectateurs.
La plus grande partie des événements et des performances auront lieu à D Beirut, à la Quarantaine, en attendant l’inauguration de Citerne Beirut, en septembre, dans son emplacement permanent.

Au Programme
11 avril: Sol Picó, We Women (Espagne).
12 avril: Erna Ómarsdóttir, IBM 1401, a User ́s Manual (in memoriam) (Islande).
17 avril: Cristina Morganti, Jessica & Me (Italie).
18 avril: Soirée «double bill»: Annamaria Ajmone, Trigger – Jacopo Jenna, Choregraphing Rappers (Italie) – 19h*.
18 avril: Silvia Gribaudi, ROSA (Italie), 21h*.
19 avril: Scarlett’s Ruth Childs, Pastime/Carnation/Museum Piece by Lucinda Childs (Etats-Unis/Switzerland).
20 avril: Aldes/Roberto Castello, In Girum Imus Nocte Et Consumimur Igni (Italie).
22 avril: Wee/Francesco Scavetta, Lost Accidentally (Norvège).
24 avril: Anna Konjetsky, Wah Wah (Allemagne).
27 avril: Israel Galván, FLA.CO.MEN (Espagne).
*D Beirut, 20h30, sauf mention contraire.

Les performances de Moultaka Leymoun:
13 avril
19h: Charlie Prince et Hoor Malas, Taraneem (Liban/Syrie).
20h30: Hamdi Dridi, Tu meurs de terre (Turquie) – Yara Boustany, ēvolvō (Liban).

14 avril:
19h: Bassam Abou Diab, Of what I remember (Liban)
20h30: Mitra Ziae Kia et Hiva Sedaghat, Through the skin (Iran)
21h30: Sarah Gabr, Rebound (EG) – Musée Sursock (en plein air)*.

15 avril:
20h30: Hamdi Dridi, I listen (you) see (Turquie) – Yazan Iwidat,
Running away (Palestine).
*D Beirut, sauf mention contraire.

Plus d’infos sur: www.maqamat.org
Billets en vente à la Librairie Antoine
et en ligne: www.antoineticketing.com

Nayla Rached

 

Related

Festival Al Bustan. La musique comme nécessité

admin@mews

Le Festival du Film Libanais. En coulisses

admin@mews

Common Fest, pont entre Beyrouth et Berlin. Une dynamique d’échanges inégalée

admin@mews

Laisser un commentaire