Magazine Le Mensuel

Nº 3106 du vendredi 4 octobre 2019

  • Accueil
  • Santé
  • Maladie de Parkinson. Les cellules cérébrales endommagées bientôt rétablies?
Santé

Maladie de Parkinson. Les cellules cérébrales endommagées bientôt rétablies?

La science continue encore et toujours de nous étonner. Une découverte importante pour les personnes souffrant de la maladie de Parkinson vient d’être mise à jour. Rencontre avec le Dr Paul Bejjani, neurologue.
 

Un nouveau dispositif médical a été expérimenté par une équipe de chercheurs britanniques de l’hôpital North Bristol NHS à Bristol, en Grande-Bretagne. Objectif affiché: le rétablissement  des cellules cérébrales atteintes par la maladie de Parkinson. Le dispositif, relié directement au cerveau au moyen de quatre tubes, a été testé sur 41 patients. Il a permet de leur administrer des traitements de manière directe. Plus précisément, des protéines, naturellement produites par le corps, sont envoyées par l’appareil dans le but de rétablir les cellules endommagées. C’est par une petite ouverture pratiquée dans la peau derrière l’oreille que le dispositif trouve sa sortie. Les premiers résultats sont encourageants. Quelques semaines suivant les premiers essais cliniques, une nette amélioration a été constatée chez les malades. Des patients, atteints de Parkinson depuis huit ans, ont vu leur état se «réformer», comme s’ils étaient à leur deuxième année de maladie.

Fragilité de certains neurones
La maladie de Parkinson se concrétise par la disparition progressive de certains neurones, situés dans la substance noire et qui, généralement, produisent la dopamine. Pour expliquer la fragilité de ces neurones, des chercheurs estiment qu’ils pourraient être plus sensibles à la surchauffe, comme l’explique le Dr Paul Bejjani. En 2015, le Pr Louis-Eric Trudeau de l’université de Montréal schématisait la situation de la manière suivante: tout se passerait «comme un moteur qui tournerait trop vite. Les neurones doivent produire beaucoup d’énergie pour fonctionner. Ils s’épuisent donc prématurément». Toutefois, cet éclairage ne permet pas encore d’élucider l’origine de la maladie qui, elle, demeure inconnue.
La maladie de Parkinson se caractérise par trois symptômes cardinaux: un tremblement, une raideur, une lenteur. Il existe trois genres de tremblements:
● Le tremblement «asymétrique»: tremblement d’un membre par rapport à l’autre.
● Le tremblement de repos: les membres tremblent quand le malade ne les utilise pas.
● Le tremblement «essentiel»: quand les membres tremblent lorsqu’ils sont en activité. Dans ce cas-là, nous ne pouvons pas parler de maladie de Parkinson. Il s’agit d’un tout autre mal. Le tremblement parkinsonien se manifeste en l’absence de mouvement volontaire. En revanche, le tremblement essentiel apparaît dans les gestes volontaires, lorsqu’il y a une contraction musculaire qui est faite pour effectuer un geste. Les mécanismes du tremblement essentiel sont encore mal connus mais il est certain que le cervelet y est impliqué.
A l’heure actuelle, aucun traitement n’existe pour venir à bout de cette maladie dégénérative qu’est la Parkinson. Les cures prescrites misent essentiellement sur les symptômes de la maladie. Prise de dopamine, chirurgie, pose de pacemaker ou de stimulateur cardiaque… Autant de solutions qui permettent de retarder le développement de la maladie mais pas de la guérir. «Même si, sur le plan national, nous n’avons pas de données épidémiologiques, nous savons que le nombre de Parkinsoniens augmente au Liban à cause du vieillissement de la population. En gagnant en âge, le risque de développer cette maladie devient accru», souligne le Dr  Bejjani.

Natasha Metni Torbey


 

Related

Cancer du côlon. Un nouveau test de dépistage

admin@mews

Pour combler nos besoins nutritifs. Bien choisir ses aliments

admin@mews

Sida. Un essai prometteur

admin@mews

Laisser un commentaire