Ai Weiwei signe Human Flow. Le réfugié, cet être devenu inutile
Logo

Nº 3082 du vendredi 6 octobre 2017

Ai Weiwei signe Human Flow. Le réfugié, cet être devenu inutile

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Ai Weiwei signe Human Flow. Le réfugié, cet être devenu inutile
    Présenté en compétition à la Mostra de Venise, et attendu prochainement sur nos grands écrans, Human Flow, le documentaire de l’artiste chinois agit-prop, Ai Weiwei, évoque la crise migratoire. Depuis quelques...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Présenté en compétition à la Mostra de Venise, et attendu prochainement sur nos grands écrans, Human Flow, le documentaire de l’artiste chinois agit-prop, Ai Weiwei, évoque la crise migratoire.

Depuis quelques semaines déjà, la bande annonce de Human Flow d’Ai Weiwei est partagée par centaine, par millier, sur les réseaux sociaux, depuis sa présentation à la Mostra de Venise. Human Flow, le flot humain déborde d'une planète, devenue trop étroite, en raison de tant d’éléments socioéconomiques et environnementaux, positionnant la notion d’espace même au cœur de la polémique.
«Etre réfugié, c’est plus qu’un statut politique, clame une voix dès le lancement de la bande annonce du film. C’est la forme de cruauté la plus perverse qui puisse être exercée à l’encontre d’un être humain. Vous êtes en train de dépouiller, de manière agressive, cet être humain, de tous les aspects qui rendent la vie humaine, non seulement acceptable, mais utile». Nous tous, témoins impuissants ou détenteurs de pouvoir et d’action, nous sommes pointés du doigt.
De par le mouvement de caméra d’Ai Weiwei, emmêlant des séquences vues du ciel, filmées par drones pour saisir davantage ce flot humain tassé, dispersé comme des fourmis et plans rapprochés marqués par sa présence sur le terrain, au cœur des camps de réfugiés en Turquie et en Irak, au Liban en passant par les bidonvilles de Gaza, la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan, le Mexique et les Etats-Unis, Dadaab au Kenya, où se massent un demi-million de Somaliens, d’Ethiopiens, d’Érythréens...

Murs de barbelés
D’ailleurs, l’Afrique sub-saharienne, accueille à elle seule 26% des réfugiés de la planète. Les chiffres défilent à l’écran, entrecoupés de coupures de presse, de poèmes. Ai Weiwei suit les réfugiés dans leur longue marche: il y a ceux qui butent sur des murs de barbelés, ceux qui vivent parqués dans l’ancien aéroport Tempelhof de Berlin; ceux qui errent dans les rues de Paris ou se massent dans la jungle de Calais sans aucun confort matériel… Production germano-américaine, coproduite par Ai Weiwei, avec une équipe de plus de 200 collaborateurs, Human Flow a été tourné, pendant un an, dans 23 pays: de l’île grecque de Lesbos au Kenya, du Bangladesh au Mexique, de l’Italie à la Jordanie et Gaza, en passant par la Macédoine et la Hongrie.

Une nouvelle forme d'humanité
Le documentaire polymorphe d’Ai Weiwei est autant un poème épique qu’un cri d’urgence, certainement pas destiné au divertissement, comme le souligne The Guardian. C’est une véritable crise humaine, humanitaire, globale, qu’il dénonce. La plaie sanglante du XXIe siècle, la figure tragique de notre époque: l’homme inutile, injustice suprême érigée presque en normalité, trappe infernale de laquelle on ne peut sortir. En tête le statut de réfugié, qu’Ai Weiwei a voulu filmer au plus près de l’humanité, dans sa volonté d’aller au-delà des flashs infos et des reportages quotidiens sur ces tragédies. «Notre film est différent, affirme-t-il à l’AFP. Il cherche à remettre les réfugiés dans un contexte plus historique, à leur donner plus d’humanité et à raconter leur vie de tous les jours: comment une femme tient son enfant, comment un enfant se chausse, comment un homme allume sa cigarette».
Le Monde souligne «la nouvelle forme d’humanité… que le film rend ultrasensible. Une humanité déplacée, précaire, privée d’intimité, sevrée d’espérance, désespérée, humiliée, vivant d’expédients et de rebuts aux portes des démocraties, dans des camps de fortune. Une humanité de papiers et de cartons, de toiles ravaudées et de vieux plastiques, une humanité, en un mot, devenue elle-même flux, saignée, sanie. La recrudescence des guerres, l’expansion des iniquités sociales, l’accélération des mutations climatiques ne permettront plus, demain, que ce flux soit encore longtemps endigué».

Nayla Rached

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Les aléas de la géopolitique

Toujours prompts à flairer les bonnes affaires, les Libanais ont été parmi les premiers entrepreneurs à débarquer au Kurdistan irakien, en 2006, au lendemain du vote par le Parlement de cette région autonome, d’une loi sur la libéralisation des investissements. Financiers, promoteurs immobiliers, opérateurs, conseillers, les Libanais étaient présents à tous les échelons et dans tous les domaines, à l’exception de l’industrie, où leur apport était plutôt modeste face au savoir-faire des Turcs et des Chinois. Une quarantaine de sociétés libanaises et autant de joint-ventures avec des partenaires locaux se sont implantées dans cette région, longtemps qualifiée d’«eldorado» par la presse régionale et internationale. Elles étaient présentes et parfois pionnières dans les domaines de l’hôtellerie, de la banque, de l’informatique, de la construction, du tourisme, du transport aérien, de la restauration, de l’éducation, de la distribution... C’est, par exemple, le Libanais Dar al-Handassa, qui avait été choisi pour établir un plan d’aménagement urbain de la ville d’Erbil à l’horizon 2030. Quelque 5 000 Libanais ont trouvé un emploi au Kurdistan au plus fort du boom économique, transférant au Liban plusieurs dizaines de millions de dollars par an.La situation économique a commencé à se détériorer avec la proclamation du califat de Daech, en juin 2014. De nombreuses entreprises libanaises ont réduit le volume de leurs affaires, d’autres, moins nombreuses, ont plié bagages. Mais toutes nourrissaient l’espoir de voir le marché redémarrer après la fin de la crise et de participer à la fondation d’un nouveau Dubaï.Le référendum organisé le 25 septembre porte un coup sérieux à leurs rêves. Le Kurdistan est un territoire totalement enclavé et encerclé par trois Etats qui sont farouchement hostiles à toute velléité d’indépendance: l’Irak, la Turquie et l’Iran. Ces pays peuvent, s’ils le souhaitent, isoler la région autonome du monde extérieur et une éventuelle fermeture totale des frontières aura des effets désastreux non seulement sur l’économie mais aussi sur l’approvisionnement des marchés avec les produits de bases.Une fois de plus, les Libanais sont victimes des aléas de la géopolitique. Même s’ils se consolent, en vantant leur extraordinaire capacité à renaître de leurs cendres, comme le phénix, ou à repousser toujours plus loin les frontières des affaires, comme les Phéniciens, le monde devient de plus en plus dangereux, risqué et compliqué pour eux. Certes, ils imagineront des solutions de rechange, comme celle d’aller investir à Chypre (voir page 32). Mais il s’agit opportunités ponctuelles susceptibles d’apporter des réponses sur le court terme. Seul le Liban peut leur offrir un refuge durable et sûr. Le temps est venu de lancer des réformes profondes pour moderniser l’économie, alléger les poids de la bureaucratie, limiter le gaspillage des deniers publics, améliorer le climat des affaires et lutter contre la corruption endémique.


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

News les chiffres
Aéroport de Beyrouth 100 millions $ pour la modernisation La modernisation et l’installation de nouveaux équipements à l’aéroport international de Beyrouth-Rafic Hariri nécessiterait un financement de plus de 100 millions…

Bannière

Combien ça coûte

Le lancement d’une start-up
A la base de toute création d’entreprise, un montant bien spécifique est nécessairement requis. D’après Antoine Bitar, directeur de Smart ESA, un Business plan «n’est finalement que le plan pour…

Santé

Virus de la grippe. Quels vaccins pour cet hiver?
Maux de tête, frissons, toux, écoulement nasal... La grippe n’épargne pas le système respiratoire. Considérée comme bénigne, elle peut toutefois…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved