Holy Lebanon. Une app’ dédiée au tourisme religieux au Liban
Logo

Nº 3083 du vendredi 3 novembre 2017

Holy Lebanon. Une app’ dédiée au tourisme religieux au Liban

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Holy Lebanon. Une app’ dédiée au tourisme religieux au Liban
    Nour Farra-Haddad a conçu une application très riche dédiée aux lieux saints, chrétiens comme musulmans, présents sur le territoire. Elle lance un appel aux dons sur une plateforme de crowfunding,...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Nour Farra-Haddad a conçu une application très riche dédiée aux lieux saints, chrétiens comme musulmans, présents sur le territoire. Elle lance un appel aux dons sur une plateforme de crowfunding, Zoomal, pour financer cette application gratuite.
 

Pourquoi faire une application dédiée au tourisme religieux au Liban?
Docteure en anthropologie religieuse et consultante dans le domaine du tourisme depuis plus de 20 ans, je me suis particulièrement intéressée à la richesse du Liban en lieux de culte ainsi que la foi, les traditions et les rituels qui les animent. Au Liban, du nord au sud et d’ouest en est, oratoires, chapelles, monastères, mosquées, maqâms, mazars, grottes sacrées, ermitages témoignent de l’importance d’une géographie sacrée. Ajoutons à cela la cohabitation de 18 communautés religieuses sur notre sol, le fait que le Liban est cité 96 fois dans la Bible en tant que Terre sainte, l’éclosion de vocations menant à la sainteté, autant d’éléments qui en font un pays idéal pour le développement des pèlerinages et du tourisme religieux.

 

Quels sont les obstacles auxquels vous avez été confrontée?
Au cours du mandat de Michel Pharaon, j’étais la consultante officielle au ministère du Tourisme pour le tourisme religieux. J’ai travaillé étroitement avec son équipe pour développer une stratégie. Nous avons collaboré avec l’OMT pour organiser un grand événement au sanctuaire de Notre-Dame-de-l’Attente de Maghdouché (Saydet el-Manatara), en le positionnant sur la cartographie internationale du tourisme religieux, le 29 mai 2016. Dans la continuité, le ministre m’avait personnellement demandé de développer une application pour le tourisme religieux au Liban. Ce projet aurait donc dû être financé par le ministère mais malheureusement, le nouveau ministre, que j’ai rencontré en février dernier, n’a plus donné suite à mes demandes de rendez-vous et de soutien moral et financier. Je me suis tournée vers des mécènes et sponsors mais la question du religieux au Liban est très délicate. Beaucoup craignent des sensibilités même si ma démarche s’inscrit dans une approche pluriconfessionnelle et prêchant le vivre-ensemble et le dialogue interreligieux.

Pourquoi faire appel à une plateforme de crowfunding?
L’application, Holy Lebanon, est pratiquement prête à être mise en ligne mais il me reste à payer ses concepteurs et à organiser son lancement et son marketing. J’ai donc décidé de me tourner vers Zoomal, une plateforme qui encourage différentes initiatives innovantes au Moyen-Orient et permet la levée de fonds pour les mener à bout.

Que trouveront les utilisateurs sur Holy Lebanon? Sera-t-elle gratuite?
Ils trouveront des informations historiques et pratiques sur des centaines de lieux de culte chrétiens, musulmans et même juifs au Liban. Plusieurs rubriques présentent le Liban «Terre Sainte», ses mentions dans la Bible, ou encore une typologie des rituels chrétiens et musulmans. Des suggestions d’excursions et d’itinéraires sont aussi proposées pour les visites. Un calendrier des fêtes et des événements religieux décrit aussi la gastronomie en rapport avec les célébrations. Un volet pratique rassemble les types d’hébergement, de restauration dans le cadre des lieux saints, les attractions et activités, ainsi qu’une liste d’agences locales. Dans un souci réel de développement durable et pour l’amour du Liban, tous mes efforts de financement se concentrent pour permettre de proposer l’application gratuitement aux utilisateurs.

Jenny Saleh
 

Pour soutenir l’application:
http://www.zoomaal.com/p/holy-lebanon

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
La perception compte que la réalité

La première année du sexennat du général Michel Aoun, élu le 31 octobre 2016 après deux ans et demi de vacance à la première magistrature de l’Etat, vient de s’achever. Partisans et détracteurs du mandat avancent des bilans tellement contradictoires qu’on a l’impression qu’ils ne parlent pas du même pays. Les fidèles du chef de l’Etat égrènent une longue liste de «réalisations», qui n’auraient pu être concrétisées sans la présence, au palais de Baabda, d’un «président fort». Les réussites du mandat vont de l’adoption d’une nouvelle loi électorale introduisant le mode de scrutin proportionnel et le vote des émigrés, à la bataille de l’«Aube des jouroud», qui a permis la libération, par l’armée libanaise, du territoire des groupes terroristes, en passant par les nominations administratives, militaires, sécuritaires, diplomatiques et juridiques, bloquées depuis des années. Au crédit du chef de l’Etat, également, le renforcement de la sécurité préventive, qui a épargné au pays de nombreux attentats, la condamnation à mort d’Ahmad el-Assir et d’autres extrémistes, dont les procès avançaient au ralenti à cause de l’absence d’une volonté politique. Sur le plan économique et social, les partisans du mandat soulignent le vote du budget 2017, après 12 ans de dépenses selon la douzième provisoire – qui autorise toutes sortes d’abus –, et l’adoption de l’échelle des salaires dans la fonction publique, qui renforce le pouvoir d’achat de dizaines de milliers de familles. Dans le bilan des contempteurs du mandat, ces «réalisations» ont cédé la place à une interminable liste de fiascos, d’échecs et de défaillances. «L’Etat est en déliquescence», déplore l’ancien Premier ministre Nagib Mikati, qui se livre dans les colonnes de Magazine à un réquisitoire au vitriol contre le pouvoir actuel (voir page 16). Pour les détracteurs du président Aoun, les nominations ne sont qu’un partage du gâteau entre les partenaires de la coalition gouvernementale. Plus qu’une faute, l’échelle des salaires serait un péché, selon eux, car son financement impose des charges et des taxes supplémentaires aux chefs d’entreprises, aux sociétés, à la classe moyenne et les catégories les plus démunies. Le vote du budget n’est en aucun cas une source de fierté, car il s’agit de l’année fiscale écoulée, et déjà le gouvernement a dépassé les délais constitutionnels dans l’examen et l’approbation du budget 2018. De plus, la loi fondamentale votée au Parlement permet de mesurer la gravité du phénomène du gaspillage des deniers publics, avec des centaines de milliards de livres qui partent en fumée entre les administrations publiques, les dépenses inutiles et les fonds secrets (voir page 34). Entre ces deux descriptions antagonistes du Liban, il y a la perception qu’ont les Libanais de leur pays. Rares sont ceux qui ont le sentiment que leur vie s’est améliorée d’une année à l’autre. La tâche qui attend le mandat est tellement titanesque, que les réalisations accomplies, aussi importantes soient-elles, n’ont que très peu pesé dans le jugement que les Libanais se font des conditions et de la qualité de leur vie.


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

News les chiffres
Universités 72 établissements… et ça continue! Comment peut-on combattre le chômage lorsque le nombre d’universités a atteint 72? Ces établissements délivrent des diplômes de fin d’études à des milliers d’étudiants…

Combien ça coûte

L’épilation au laser
Le prix d’une séance d’épilation au laser peut souvent sembler onéreux. Il s’avère qu’à long terme, les tarifs fixés par les professionnels du métier sont d’un excellent rapport résultat-coût. Si…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved