Magazine Le Mensuel

Talent

Talent

 

Lara Khoury, lauréate de la Maison de création

 

«Voir mes robes défiler sous les lumières parisiennes me fait rêver»

 

Lara Khoury, créatrice libanaise, fait partie de la seconde promotion de la Maison de la création à Marseille. Cette structure permet à des jeunes créateurs de mode du bassin méditerranéen, de participer à un programme d’accompagnement professionnel pendant six mois. Elle nous raconte son expérience.

Depuis avril dernier, vous vous rendez chaque semaine à Marseille pour rencontrer des professionnels du monde du luxe et de l’industrie. Quel regard portez-vous sur cette expérience?

 

Pour résumer, je dirais qu’elle a été riche. En rencontres, puisque j’ai eu la chance de côtoyer des professionnels de la mode venant de tout le bassin méditerranéen, aussi bien que des noms importants de l’industrie à Paris et à Marseille. En échanges, puisque tout le monde partage généreusement aussi bien sa culture que son expérience et ses conseils. Et enfin, en découvertes; je n’avais jamais visité Marseille et j’ai découvert une ville qui m’a rappelé les côtes de mon pays natal. Sur le plan professionnel, ce que j’ai appris m’a déjà permis d’effectuer des changements radicaux au sein de mon entreprise.

 

A l’Institut français de la mode, l’un des conférenciers a parlé des atouts de la Méditerranée dans la mode. Quels sont ceux du Liban à votre avis?

 

L’un des divers atouts du Liban est la diversité des cultures et des idéologies de son peuple. Notre petit pays est un melting pot de religions et, historiquement, il a toujours été un point de rencontre entre l’Orient et l’Occident. Cette diversité n’a pas toujours été facile à vivre pour les Libanais qui ont connu des guerres confessionnelles tout au long de leur histoire. Mais malgré toutes ces difficultés, notre pays reste un exemple de coexistence et notre peuple se bat jusqu’aujourd’hui pour l’acceptation d’autrui.

 

 

Avez-vous rencontré des difficultés en lançant votre marque l’année dernière?

 

En tant que jeune créatrice libanaise, et au début de ma carrière, j’ai eu la chance de recevoir le support de Rabih Keyrouz et de Tala Hajjar à travers la fondation Starch. Mon expérience au sein de cette fondation m’a permis de développer mes atouts professionnels et de mettre à jour deux collections, tout en apprenant à connaître les marché libanais et arabe. Cette expérience m’a aussi aidée à me bâtir une clientèle et à me familiariseravec la presse libanaise. Six mois après la fin de cette expérience, j’ai lancé ma propre marque, en mars 2010,dans une petite boutique à Gemmayzé,rue Gouraud.

 

 

 

Cette étape de ma vie professionnelle a été une aventure qui m’a permis de grandir et de rêver, mais qui m’a aussi ouvert les yeux sur la réalité de la situation économique au Liban et dans la région. J’ai vraiment perçu l’effet de l’impasse politique et économique sept mois après l’ouverture de ma boutique. Néanmoins, j’ai appris à faire face aux obstacles et cela n’a fait que me rendre plus forte dans ma quête de la réussite.

 

Chaque année, les créateurs libanais sont nombreux sur les podiums de la haute couture parisienne. Aurez-vous prochainement votre place?

 

Nombre de grands créateurs libanais ont montré leurs collections sur les podiums de la haute couture parisienne. Je ne vais pas cacher que l’idée de voir mes robes défiler sous les lumières parisiennes me fait rêver. Cependant, j’estime que j’ai encore beaucoup à apprendre avant d’être prête pour cette aventure. Après tout, cela ne fait qu’un an et demi que j’ai lancé ma propre marque à Beyrouth. Mais dès que je déciderai à me lancer à l’assaut des podiums lutéciens, je le ferai savoir. Propos recueillis par Pauline Mouhanna

 

 

 

 

Bio en bref

Lara Khoury a lancé, à Beyrouth, en 2010, sa marque éponyme, Lara Khoury. Diplômée de l’Ecole supérieure de la mode de Paris (Esmod), elle rejoint, en 2006, l’équipe d’Elie Saab à Beyrouth où elle apprend le métier autant qu’elle observe le créateur. Entre 2008 et 2009, elle crée sa propre marque, Ilk, et grâce au soutien de Rabih Keyrouz, ses premières collections sont vendues dans la célèbre boutique Starch du centre de Beyrouth. Forte de ces deux expériences, Khoury lance en 2010 sa première collection.

 

 

Related

Le RDCL célèbre les Libanais dans le monde. Succès et facteur de réussite

admin@mews

Sami Fouad Trad. «Une vie» tout en poésies

admin@mews

Diana Halabi. La briseuse de tabous

admin@mews

Laisser un commentaire