Magazine Le Mensuel

Nº 2869 du vendredi 2 novembre 2012

Festival

Otras Miradas. 3e Festival du cinéma ibéro-américain

Organisée par l’ambassade d’Espagne et l’Institut Cervantès, la 3e édition du Festival du cinéma ibéro-américain, Otras Miradas (Other views), se poursuit jusqu’au 9 novembre au cinéma Métropolis, à l’Empire Sofil.

Une nouvelle fois, l’ambassade d’Espagne et l’Institut Cervantès s’associent pour présenter au public libanais une sélection de créations cinématographiques issues de l’Amérique latine et de la péninsule Ibérique. Tel est l’objectif principal du Festival du cinéma ibéro-américain. La 3e édition Otras Miradas a débuté le 1er du mois et se poursuit jusqu’au 9 novembre. Durant plus d’une semaine, le cinéphile libanais plongera au cœur de cette partie du monde pour en saisir toute la richesse et la diversité de sa réalité culturelle, à travers le prisme du 7e art. Une sélection de productions dont la richesse et la qualité sont de plus en plus connues et internationalement reconnues est programmée. Long-métrage de fiction, documentaire, les vingt et un films proposés donnent à voir des sujets divers, d’amitié, de découverte de soi, de courage, d’histoire, de drames naturels, d’environnement, d’exploitation, de survie… Ils éclairent une réalité géographique qui s’étend de part et d’autre de l’océan Atlantique jusqu’au Pacifique et qui s’articule autour de deux langues et d’une histoire commune.
Fidèle à sa mission de diffusion de la langue et de la culture espagnoles et des pays hispanophones et partant de l’indéniable approche du cinéma comme image de la réalité, l’Institut Cervantès nous convie, à travers la 3e édition du Festival du cinéma ibéro-américain, à un voyage dans l’imaginaire et la réalité de l’Espagne, de la Bolivie, de l’Argentine, du Mexique, du Portugal, du Brésil, du Pérou, du Chili, de l’Equateur, de Cuba, de Costa Rica, du Guatemala, de la République dominicaine et du Paraguay. Le festival se déroule avec l’indispensable collaboration du cinéma Métropolis, de la maison de distribution Nuovi Orizzonti Latini et des ambassades au Liban de certains pays de l’Amérique latine et de la péninsule Ibérique présents et représentés dans ce festival.

N.R.


Programme
Après la projection de Verse d’Alejandro Pereya et Doria Mediba (Bolivie) et de Cerro Bayo de Victoria Galardi (Argentine), voici le reste de la programmation:
Vendredi 2
18h: A Selva (The Jungle) de Leonel Vieira (Portugal).
20h: Capitães da areia (Captains of sand) de Cecilia Amado et Guy Gonçalves (Brésil).
Samedi 3
18h: El Oro o la Vida (The Gold or the life) d’Alvaro Revenga (Guatemala/Honduras/Salvador).
19h: El regalo (The Gift) de Cristán Galaz (Chili).
21h: Las malas intenciones (The bad intentions) de Rosario García Moreno (Pérou).
Dimanche 4
18h: Yasuní: Dos segundos de vida (Yasuní: Two seconds of life) de Leonard Wild (Equateur).
20h: Habanastation d’Ian Padrón (Cuba).
22h: El regalo de la Pachamama (The gift of Pachamama) de Toshifumi Matsushita (Bolivie/Japon).
Lundi 5
18h: Sucumbíos d’Arturo Hortas (Espagne/Equateur) – Del vent al blau (From the wind to the blue) de Pere Herms (Espagne/Equateur).
20h: Amateurs de Gabriel Velázquez (Espagne).
Mardi 6
18h: La palabra Maya (The Maya word) de Melissa Gunasena (Guatemala) – Haití: Mujeres con coraje (Haïti: Women with courage) d’Ana Lucía Faerrón et Mónica Quirós Villalobos (Costa Rica/République dominicaine).
20h: Burros (Donkeys) d’Odín Salazar Flores (Mexique).
Mercredi 7
18h: Felipe Canasto (Philipp Baskett) de Darío Cardona (Paraguay).
20h: Oscar Niemeyer: La vida es un sopolo (Oscar Niemeyer: Life is a blow) de Faviano Maciel (Brésil).
Jeudi 8
18h: El Camino (The road) d’Ishtar Yasmin Gutiérrez (Costa Rica).
20h: Mal día para pescar (Bad day to go fishing) d’Alvaro Brechner et Gary Piquer (Espagne/Uruguay).
Vendredi 9
18h: Made in L.A. d’Almudena Carracedo (Espagne/Etats-Unis).
20h: Días de poder (Days of power) de Román Chalbaud (Venezuela).
Billets: 5000 L.L. – Festival pass: 40000 L.L.
Informations: 01.204080 – www.metropoliscinema.net

 

Related

Marcel Khalifé. Un artiste engagé aux visages multiples

admin@mews

Dee Dee Bridgewater. Une voix qui embrase Beiteddine

admin@mews

Lancement du Festival de Beyrouth. La culture au service d’une cause

admin@mews

Laisser un commentaire