Magazine Le Mensuel

Nº 2878 du vendredi 4 janvier 2013

Confidences Moyen-Orient

Confidences Moyen-Orient

Fin des privilèges?
Le roi Abdallah II de Jordanie semble avoir hérité des qualités de stratège de son père, le défunt Hussein Ben Talal. En effet, après les troubles qui ont secoué le royaume, le souverain a décidé de supprimer tous les privilèges et de réduire les salaires et les pensions alloués aux anciens députés et aux anciens membres de la Chambre des Aayans (notables et chefs de tribus). Le but apparent est de démontrer que le palais royal veut mettre fin à ces pratiques, rejetées par la majorité de la population, mais en réalité, le roi a frappé au cœur même de ses opposants. En effet, la majorité des leaders de la révolte populaire sont des anciens hauts dignitaires de l’Etat et Abdallah les menace ainsi de leur faire payer cher leur choix politique.

 

La police qatarie recrute… en Tunisie
Le ministère tunisien de la Défense a annoncé la signature d’un accord avec le Qatar pour permettre à un grand nombre de soldats et de policiers tunisiens de s’enrôler dans les forces de sécurité qataries. Pour célébrer cette mesure en grande pompe, les deux pays ont déclaré que des manœuvres seront organisées entre les deux armées d’ici quelques semaines. Le Qatar, dont la police et l’armée sont formées à majorité d’étrangers, fait confiance au nouveau régime islamiste à Tunis et les relations entre le prince du Qatar et les dirigeants d’Ennahda ne sont plus un secret pour personne.

 

Omrane el-Zohby  le ministre syrien de l’Information s’est laissé ridiculiser lors d’une conférence de presse à Damas la semaine dernière. Le porte-parole du gouvernement a affirmé qu’à sa connaissance, l’émissaire international Lakhdar Brahimi n’était pas attendu à Damas. A peine ces propos terminés que le diplomate algérien arrivait à l’hôtel Sheraton, et se pointait face au ministère de l’Information! Pire encore, Omrane el-Zohby, qui a défendu une ligne dure rappelant les heures les plus sombres de la guerre froide, a estimé que le dialogue n’avait plus lieu d’être. Interrogé sur la position de Farouk el-Chareh à ce sujet, il a répliqué que «c’est un citoyen comme 23 millions d’autres et son point de vue n’a aucune importance». Zohby a peut-être oublié que Chareh n’était pas seulement citoyen syrien, mais aussi vice-président de la République!

 

Eshqi Beheshti  la mère du bloggeur tué dans des circonstances non élucidées dans les geôles iraniennes, a été battue par la police à l’occasion des cérémonies de commémoration de la disparition de son fils. La dame, âgée de plus de soixante ans, a été tirée par les cheveux et traînée dans la rue devant les amis de la famille venus rendre hommage au bloggeur. Le frère de Sattar Asghar a été détenu pendant plusieurs heures pour avoir tenté de protéger sa mère. La police du Chah aurait peut-être eu honte d’en faire de même.

 

En pointillé…
Depuis le début de la révolte syrienne, de nouveaux partis d’opposition ont fait leur apparition se présentant comme les successeurs du régime du Baas après la chute du président Bachar el-Assad. Dernier épisode en date, l’annonce faite par l’ancien ambassadeur en Irak, Nawwaf el-Farès, de vouloir former un parti politique. Farès, considéré comme l’un des diplomates les plus proches d’Assad, avait surpris tout le monde en annonçant sa dissidence. Il se trouve, depuis, à Doha mais n’a pu trouver de place ni au Conseil national ni dans la nouvelle Coalition nationale, d’où son désir de voler de ses propres ailes. Il n’est pas sûr que ce nouveau mouvement contribuera à mettre fin aux malheurs du peuple syrien, première victime d’un conflit qui a coûté la vie à plus de 45000 personnes.

 

 

Le sultan part en guerre
Le sultan d’Oman Qabous Ben Saïd a surpris les observateurs en ordonnant à son ministre de la Défense de signer un accord militaire avec la Grande-Bretagne portant sur l’achat d’avions de chasse britanniques pour plus de trois milliards d’euros. Or, Mascate avait reçu, en 2012, une aide financière substantielle de la part des pays du Golfe pour remettre le gouvernement sur la bonne voie et apaiser les tensions sociales. Si l’accord militaire en lui-même n’est pas mis en cause, il reste que le sultanat connaît des tensions politiques puisque les partis d’opposition demandent des réformes démocratiques. Qabous aurait mieux fait de dépenser cet argent sur des projets sociaux, sauf si, comme son ami le président syrien, il compte utiliser un jour ses avions contre son propre peuple.

 

Ayat Ahmad abandonne la politique
Hussein Ayat Ahmad, chef du premier parti d’opposition algérien le Front des forces socialistes, fondé en 1963, a décidé de se retirer définitivement de la vie politique. Homme hors norme, il avait toujours refusé de prendre part aux gouvernements successifs formés par le régime algérien. Il a préféré conserver son indépendance et garder ses distances avec l’armée qui, depuis l’indépendance de l’Algérie, détient les vraies rênes du pouvoir. A 86 ans, le vétéran a demandé aux membres de son parti de choisir un nouveau leader. Il souhaitait passer ses derniers jours en paix. Héros de l’indépendance, exilé pendant de longues années par le régime, il n’a pu rentrer au pays qu’en 1989 et il restera sans aucun doute l’un des politiciens les plus respectés du Maghreb.

 

Contacts secrets
Les médias israéliens ont révélé que le gouvernement de Benyamin Netanyahu entretenait des contacts secrets avec le nouveau régime du président Mohammad Morsi. En effet, les deux pays discutent de l’avenir de la bande de Gaza après la demande faite par Le Caire d’alléger le blocus israélien imposé au territoire depuis 2006. Les observateurs israéliens ont noté que le seul souci de Tel-Aviv était de mettre un terme au trafic d’armes vers Gaza au profit du Hamas, alors que du côté égyptien on veut à tout prix crier victoire après les troubles internes au Pays des Pharaons et les critiques sévères adressées au président Morsi par ses opposants. Quant à Bibi, il espère remettre les relations bilatérales avec son voisin égyptien sur la bonne voie, car depuis la chute de Hosni Moubarak, rien ne va plus entre Le Caire et Tel-Aviv.

 

Pas de printemps au désert
Depuis l’éclatement du Printemps arabe, les pays du Golfe semblent plus ou moins à l’abri de la vague des protestations politiques, mis à part Bahreïn. Ainsi, jusqu’à présent, le Koweït connaît une tranquillité politique malgré la colère des partis d’opposition qui avaient boycotté les dernières élections législatives. Mais de nouveaux joueurs viennent de faire leur apparition: les bidouns. Ces derniers qui comptent un peu plus de cent mille et qui, depuis 1986, ont perdu tous leurs droits, demandent à être traités comme des êtres humains. Mais rien à faire, le gouvernement en place et le nouveau Parlement loyal au prince du pays, considèrent que les bidouns sont manipulés par des pays étrangers, en allusion à l’Iran, et leur conseillent de rester calmes.

 

Les Kurdes inquiets
Jalal el-Talabani joue, depuis près de 40 ans, un rôle prépondérant au sein de la communauté kurde irakienne. Connu pour sa diplomatie et son flair politique sans égal, il se fait soigner depuis quelques semaines dans un hôpital en Allemagne. S’il venait à décéder, les Kurdes se retrouveraient dans une position très difficile. Talabani, contrairement à son compagnon et rival Massoud el-Barzani, maintient des liens privilégiés avec la communauté chiite. Des analystes à Erbil notent que le duo Talabani-Barzani fonctionnait à merveille et que la disparition du président diviserait non seulement la société irakienne et la communauté kurde, mais aussi le parti même du président qui n’a toujours pas de dauphin. Bagdad voit d’un très mauvais œil un tel scénario et, selon certaines sources, le Premier ministre Nouri el-Maliki ne voudrait pas qu’un proche de Barzani accède à la présidence du pays. Il soutiendrait la candidature d’un politicien arabe sunnite. Un scénario catastrophe pour les Kurdes.

 

100 livres syriennes pour un dollar américain au marché noir, alors qu’au début de la crise, le dollar était échangé contre 45 livres. Mais depuis, l’économie du pays est en ruine, les réserves de la Banque centrale en monnaies étrangères sont en chute libre et le régime de Bachar el-Assad répond à la crise en imprimant de nouveaux billets, amplifiant encore plus l’inflation. Les sociétés étrangères et arabes, qui ont fermé leurs portes depuis longtemps, ont décidé de liquider leurs principaux investissements dans le pays, qui n’est pas prêt de retrouver la paix. Selon les analystes, si le régime Assad a, plus ou moins, réussi à maintenir un semblant d’unité au niveau des forces armées, ce n’est cependant pas le cas dans le secteur économique, puisque le gouvernement n’a réussi à payer les fonctionnaires de l’Etat que grâce aux fonds débloqués par l’Iran. La République islamique aurait dépensé, en deux ans, des milliards de dollars pour maintenir au pouvoir son allié de Damas.

 

7 milliards de dollars est le montant de la dette extérieure du Yémen accumulée en 2012, alors que précédemment, ce chiffre ne dépassait pas le milliard. Mais révolution oblige, le pays du Qat a traversé de longs mois difficiles avec une crise politique et sécuritaire qui n’est toujours pas complètement résolue. Les pays du Golfe, qui avaient promis des aides financières, n’ont toujours pas tenu parole, notamment le Qatar qui avait déployé d’immenses pressions pour écarter du pouvoir son ennemi juré, le président Ali Abdallah Saleh. Mais depuis le départ de Saleh, l’émir Hamad Ben Khalifa Al Thani ne s’intéresse plus qu’au dossier syrien, abandonnant ainsi les Yéménites à leur sort. Le nouveau président, quant à lui, ancien militaire peu doué pour l’économie, doit vite reprendre la situation en main et accorder à l’économie l’intérêt qu’il lui doit s’il ne veut pas voir un effondrement total du marché local.

 

 

 

Related

Confidences Moyen-Orient

admin@mews

Confidences Moyen-Orient

admin@mews

Confidences Moyen-Orient

admin@mews

Laisser un commentaire