Magazine Le Mensuel

Nº 2878 du vendredi 4 janvier 2013

3 questions à...

Trois questions à Khaldoun Chérif. Président du comité de dialogue libano-palestinien

 

On parle beaucoup ces derniers temps des réfugiés palestiniens qui viennent de Syrie. Il s’agirait d’un grand nombre?
Il ne faut pas croire tout ce qui se dit. A ce jour, le nombre de réfugiés palestiniens venant de Syrie est d’environ 2780. Certains sont retournés chez eux. Ce qui est certain c’est qu’il n’y a plus de déplacés vers le Liban à l’heure actuelle.

 

Qui est responsable de ces réfugiés? L’Etat libanais a-t-il des devoirs envers eux? Leur entrée est-elle contrôlée?
D’abord, c’est l’Unrwa qui en est la seule responsable. Tous ces réfugiés sont enregistrés et reçoivent des aides. Leur entrée est totalement  sous contrôle. Ils ne peuvent pas quitter la Syrie sans donner leurs noms, et ne peuvent pas entrer au Liban sans qu’on le sache. Ils préviennent quand ils quittent la Syrie et s’inscrivent à la frontière entre les deux pays. Donc leurs déplacements sont contrôlés.

 

Mais on dit qu’ils rejoignent les camps palestiniens et n’enregistrent pas leurs noms auprès de l’Unrwa comme le font aussi certains Palestiniens vivant au Liban…
Ce n’est pas vrai. Comme je l’ai dit leurs noms sont inscrits auprès de l’Unrwa aussitôt qu’ils franchissent les frontières, et il n’y a pas lieu de s’inquiéter de cette affaire qui ne dépasse pas son cadre humain. Arlette Kassas

Related

Trois questions à Chakib Cortbaoui. Ministre de la Justice

Trois questions à cheikh Omar Bakri, prédicateur salafiste

Trois questions à Farid Haykal el-Khazen, ancien député et ministre

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.