Magazine Le Mensuel

Nº 2885 du vendredi 22 février 2013

ECONOMIE

Commerce équitable. De réelles perspectives au Liban

Le commerce équitable (CE) est «du commerce pas de la charité». L’idée n’est pas née aujourd’hui, elle remonte à près de cinquante ans. Mais elle a pris du temps pour germer et devenir effective à partir du début des années 80.

Le commerce équitable est sous-tendu par un principe de base qui est celui du développement durable. Un développement durable qui réduirait le fossé de l’inégalité des opportunités de travail et de gain entre les pays du Nord et ceux du Sud. Chaque année, des millions de tonnes de café, de thé, de cacao et de riz sont récoltées et vendues dans le monde. Ils sont essentiellement produits par les pays du Sud, transformés et distribués par ceux du Nord. Les prix de vente sont malheureusement imposés par les marchés du Nord qui mettent de la pression sur les agriculteurs pour obtenir le meilleur prix et demeurer compétitifs sur les marchés internationaux. Et comme la transformation des produits bruts, qui constitue une partie importante du coût de production, est effectuée dans les pays du Nord pour répondre aux exigences de qualité et de goût du consommateur occidental, l’agriculteur, lui, ne reçoit au bout du compte que 2% seulement du prix du café. D’où les inégalités et les écarts économiques qui apparaissent entre les pays du Nord et du Sud.

Promouvoir l’exportation
Lors de la 21e édition des petits-déjeuners organisés par l’Esa en partenariat depuis 2010 avec la SGBL, Philippe Adaimé, P.D.-G. de Fair Trade Lebanon (FTL), a expliqué devant un auditoire nombreux que FTL est né de la volonté d’une poignée de Libanais de changer la vie des populations rurales les plus défavorisées du Liban. Faisant le constat qu’il existe dans les régions une infrastructure de production agricole sous-employée, ainsi que des savoir-faire traditionnels, FTL a fait le choix du commerce équitable comme moyen de créer des débouchés à l’exportation pour les petits producteurs et les coopératives de transformation de ces régions. Il s’agit, comme Adaimé l’a expliqué, «d’un partenariat commercial» fondé principalement sur le dialogue, la transparence et le respect dont le but est la garantie des droits et l’amélioration des conditions sociales et commerciales des producteurs marginalisés, tout en œuvrant à la préservation de l’environnement. Parmi les principes de base du commerce équitable figurent notamment le paiement d’un prix juste aux agriculteurs, la formation et le renforcement de leurs capacités, ainsi que la création de conditions de travail saines. D’après les chiffres de la WFTO, la France est le 3e importateur à l’international de produits issus du commerce équitable et ce, après la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. Les bénéficiaires de ce mouvement sont les petites structures familiales d’agriculteurs et les coopératives agricoles. En chiffres sur un plan mondial, il existe 1,2 million de producteurs de commerce équitable répartis sur 63 pays et 905 coopératives ou groupements de CE. Selon l’intervenant, il y a de bonnes perspectives devant le CE dans la mesure où l’on constate un intérêt grandissant des multinationales pour les produits certifiés et une corrélation de plus en plus forte entre produits CE et produits bio. Aujourd’hui, Fair Trade Lebanon s’est affirmé comme le premier acteur du commerce équitable au Liban. Son objectif est de devenir un fédérateur des réseaux de producteurs du pays (coopératives et petites exploitations familiales), désireux de participer à la dynamique du commerce équitable.

Liliane Mokbel


«Terroir du Liban»
Il existe sur le marché local 52 produits commercialisés sous la marque «Terroir du Liban». Le nombre des bénéficiaires directs libanais s’élève à 630 individus (dont 52% de femmes), celui des bénéficiaires indirects 3100 partenaires, ainsi que 14 partenaires entre coopératives de transformation et 350 agriculteurs. FTL a répertorié pour l’instant cinq marchés de vente à savoir la France, l’Allemagne, l’Angleterre, le Japon et le Liban. Et pour ce qui est des importateurs, FTL commercialise les produits en vrac et sous des marques propres.

Related

Syrie. Le Liban doit être prêt pour tirer profit de la reconstruction

admin@mews

Les sociétés qui facilitent vos livraisons de colis

Magazine Le Mensuel

Les solutions d’Apave. Améliorer les performances et maîtriser les risques

admin@mews

Laisser un commentaire