Magazine Le Mensuel

Nº 2885 du vendredi 22 février 2013

Médecine

Pour vous protéger de la grippe, suivez les réseaux sociaux!

En cette période d’épidémie de grippe sévissant dans plusieurs pays, que ne ferions-nous pas pour ne pas l’attraper? Les mesures pour s’en protéger, quoique faciles à appliquer, ne permettent pas une protection efficace étant donné qu’un simple contact avec une personne malade suffit pour être contaminé. Et si les réseaux sociaux sur lesquels nous passons de plus en plus de temps servaient à nous protéger de la maladie?

Plusieurs applications se sont donné comme mission de protéger de la grippe, de détecter les foyers à éviter ou même de vous faire découvrir la personne qui vous en a probablement passé le virus.
Twitter, Google ou grippenet permettent actuellement de suivre l’épidémie de la grippe dans plusieurs pays presque en temps réel.
Le réseau d’alerte mis en place par Google il y a plusieurs années, et utilisé dans plus de quinze pays, permet de détecter les régions les plus touchées avec une précision extrême. En effet, une corrélation a été remarquée entre les requêtes sur le moteur de recherche des termes comme «grippe», «toux», «écoulement nasal» et la fréquence des visites chez les médecins pour des symptômes grippaux. Grâce à ce service, les autorités américaines ont pu, durant la dernière épidémie de grippe qui a envahi le pays il y a quelques semaines, estimer avec précision le niveau de l’activité grippale par semaine dans chaque région des Etats-Unis, presque en temps réel.
Grippenet est une application utilisée en France. Elle se base sur l’inscription et la réponse à quelques-unes des personnes atteintes de grippe ou de symptômes de grippe dans différents départements français. Cela permet d’établir une cartographie de la maladie à travers le pays. Cette cartographie permet, à son tour, de suivre l’évolution de la maladie et de publier des résultats chiffrés organisés par départements.
Un dessin est également conçu avec les différents termes représentant les symptômes de la grippe. La taille de chaque mot est proportionnelle au nombre de personnes ayant, durant la semaine courante, déclaré ce symptôme sur GrippeNet.fr. En bleu, figurent les symptômes respiratoires; en vert, les symptômes généraux; en orange, les symptômes digestifs et en noir, les autres symptômes.
Au niveau européen, plusieurs pays, notamment l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, l’Italie, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse (qui a un système de surveillance de la grippe proche de grippenet), ont coopéré pour mettre en place le réseau influenzanet. Cela permet d’avoir une image de la situation de la grippe à l’échelle européenne.

Twitter s’y met aussi
Outil indispensable pour suivre l’actualité, en temps réel, sur les sujets des moins célèbres aux plus importants, le réseau social Twitter a donné des idées à une équipe de chercheurs de l’université Johns Hopkins, à Baltimore, pour suivre l’évolution de l’épidémie de grippe, et cela, en utilisant la rapidité de réaction du site de micro-blogging. Il s’agit de travailler sur un algorithme capable de cartographier la propagation des épidémies de grippe en fonction des tweets des utilisateurs. Le système peut différencier les tweets d’utilisateurs déclarant être contaminés par la grippe de ceux qui disent craindre de tomber malades.
Aux Etats-Unis, une application moins sérieuse promet, par exemple, d’analyser les messages de votre réseau, à la recherche des mots «cough» (toux), «sneeze» (éternuement), «flu» (grippe) pour identifier la personne qui vous a refilé le virus.

Les smartphones, vecteurs de contamination    
L’écran tactile d’un smartphone, selon les chercheurs, contient dix-huit fois plus de bactéries qu’une chasse d’eau de toilettes! Une information peu ragoûtante qui veut tout simplement dire que l’écran d’un smartphone peut être un vecteur de contamination par toutes sortes de virus et de bactéries, y compris celui de la grippe, surtout si vous n’êtes pas seul à l’utiliser. Les constructeurs de matériel informatique sont déjà sur des pistes de création de lingettes ou de pochettes antibactériennes pour les smartphones et les tablettes. L’imagination des créateurs semble sans limites!

Laila Majhad

Related

Medecine

admin@mews

La recherche clinique à l’AUBMC. Un processus sans fin

admin@mews

Exclusif: PREMIÈRE GREFFE D’UTÉRUS RÉALISÉE EN FRANCE

admin@mews

Laisser un commentaire