Magazine Le Mensuel

Nº 2908 du vendredi 2 août 2013

general

Tala el-Roz. A elle l’échange littéraire

Tala el-Roz, Libano-Anglaise, a dernièrement participé à un programme d’échange et de communication regroupant des jeunes de tous horizons, dans l’Etat d’Iowa au Midwest américain. Elle nous parle de son expérience et de ce qu’elle retient de ce programme.

Comment et pourquoi avez-vous participé au programme de l’Université d’Iowa?
L’écriture me permet de crier et me faire entendre d’une manière que seuls les mots écrits peuvent exprimer. J’ai décidé d’y participer parce que je savais que je serais certainement entendue. Et j’ai bien fait parce que ce fut une expérience incroyable. Ce programme de deux semaines m’a aussi donné la chance de tisser des liens avec de jeunes écrivains provenant du monde entier. J’ai pu ainsi non seulement rencontrer des personnes de mon âge, mais aussi suivre un programme international d’écriture. Ici, des étudiants arabes et anglophones ont été regroupés en un seul pays, un seul bâtiment, et une salle de classe. Même si je savais que les liens avec les écrivains de mon âge allaient être enrichissants, je ne pouvais imaginer que j’allais autant apprendre de chacun d’eux.
 
Qu’avez-vous notamment appris de cette expérience?
Expliquer ce que j’ai appris de l’expérience mènerait presque à rabaisser le programme! J’arrive à peine à trouver les mots pour expliquer à quel point son impact est important. J’ai acquis beaucoup de techniques d’écriture. J’ai assisté à des ateliers de traduction. J’ai reçu plusieurs critiques et conseils afin d’améliorer mon écriture. Quant aux professeurs, ils sont  formidables. Ils sont connus pour leur professionnalisme, leur expertise et leur méthode d’enseignement qui sont excellents. Outre cela, j’ai eu la chance de participer à une session en ligne avec l’un des poètes les plus célèbres du Moyen-Orient, Hind Shoufani.
Je suis devenue plus confiante en moi-même, et certainement, plus confiante en mon écriture. Je ne savais pas qu’en passant deux semaines au sein d’une telle institution incroyable, je serais capable d’apprendre plus que je n’aurais appris durant des années.

Que vous a apporté de plus cette formation sur le plan littéraire?
J’ai maintenant appris à mieux formuler mes pensées et à mieux les transmettre de mon esprit à celui des autres. Je me suis rendu compte quand et comment utiliser plus de détails, comment démontrer une histoire plutôt que de la «raconter» directement. J’ai également saisi comment rendre l’information plus personnelle et faire qu’elle comporte un élément de surprise. Mes compétences en écriture ont évolué, et je peux vraiment dire que j’ai mûri autant que je le pouvais durant ce laps de temps limité.

Pauline Mouhanna, Etats-Unis

Bio en bref
Tala el-Roz est née à Londres en 1996 de parents libanais. Résidant actuellement au Koweït, où elle poursuit des études scolaires, elle a participé à ce programme de l’Université d’Iowa après une sélection rigoureuse. Avec onze autres étudiants arabes et douze 
américains, elle a eu la chance d’échanger, d’expliquer et de relater sa perception de 
l’écriture et de la littérature. Roz a eu aussi la possibilité de participer à des activités créatives, de visiter des sites culturels et de se rendre à des festivals littéraires dans l’Etat d’Iowa.

Related

Hezbollah vs Moustaqbal. Pourquoi Hariri a durci le ton

Opération nettoyage aux services fonciers. Ali Hassan Khalil met les mains dans le cambouis

De Caserne en caserne. Une tradition qui se renouvelle

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.