Magazine Le Mensuel

Nº 2913 du vendredi 6 septembre 2013

à la Une

Karen Ghrawi. Nouvelle Miss Liban

«Ce que je n’aime pas voir dans les journaux télévisés, ce sont les larmes des mères pleurant leurs enfants». C’est cette réponse à la question posée aux trois finalistes qui a déterminé le choix du jury qui a élu Karen Ghrawi reine de beauté. Retour sur un spectacle à la hollywoodienne.

En collaboration avec le ministère du Tourisme, l’élection de Miss Liban a eu lieu au Biel à Beyrouth au cours d’une magnifique soirée retransmise en direct sur la chaîne de télévision LBC – Lebanese Broadcasting Corporation, organisatrice de l’événement. La nouvelle élue Karen Ghrawi, âgée de 21 ans, a donc été choisie parmi quinze candidates pour représenter le Liban au concours de Miss Univers qui se déroulera en Indonésie, à Djakarta.
«J’aime le Liban qui, malgré les circonstances difficiles, garde son bel aspect. Un aspect que je vais tenter de présenter à l’étranger. Je souhaite également porter haut et loin la voix du peuple libanais qui essaye contre vents et marées, dans la mesure de ses capacités, de s’entraider et de s’unir pour dépasser cette phase difficile qu’il traverse». C’est en ces termes que la nouvelle élue s’est exprimée devant les caméras de la LBC lorsqu’elle a reçu le trophée la consacrant reine de beauté. Fine, brune, 1m75, 58 kilos, déterminée, Karen étudiante en design d’intérieur à la LAU aime la natation et la danse. C’est ce qui est précisé sur sa page des réseaux sociaux qui a déjà reçu près de 13 000 «likes» en quelques jours. Ce titre est une reconnaissance pour elle et lui ouvrira certainement de nouveaux horizons. Il lui a permis par ailleurs de recevoir des cadeaux d’une valeur dépassant 500 000 dollars dont un appartement de 250 000 dollars à Beit Misk, une voiture Audi Q3 modèle 2014, un collier en diamants signé Paolo Bongia, une montre en diamants de Montblanc, des ustensiles électriques de Samsung et 
50 millions de livres libanaises en cash.
Certes, les mensurations et l’harmonie physique ont joué un rôle important dans le choix de la miss mais, ce qui a également influencé le jury, ce sont les réponses des candidates finalistes à la question suivante: «Dans ces circonstances difficiles par lesquelles passe le Liban, que souhaitez-vous voir dans les journaux télévisés et que zappez-vous?». Elles ont toutes les trois répondu, même si, en termes différents, que leurs souhaits sont de voir le Liban et le monde arabe vivre en paix, qu’il soit mis fin au bain de sang et aux explosions qui rythment la vie des peuples arabes. Karen, elle, a répondu: «Ce que je n’aime pas voir ce sont les larmes des mères pleurant leurs enfants», poursuivant qu’elle aimerait que la paix règne au Liban. Sa première dauphine est Josée Rita Azizi et sa deuxième dauphine Christina Dagher.
Le spectacle, si on peut qualifier ainsi la cérémonie, avait débuté sous les feux des projecteurs sur une musique entraînante. Dans la première partie, dix candidates ont été sélectionnées parmi les quinze en compétition. Cinq ont été choisies pour la deuxième place. Il n’est plus resté sur l’estrade que les trois finalistes: Miss Liban et ses deux dauphines. Le passage des candidates en robes longues très élégantes, signées des plus grands couturiers et en maillots de bain a été entrecoupé par des documentaires filmés sur chacune d’elle, dans son contexte et sa région.
Pour la deuxième année consécutive, le public a pu participer à l’événement via les réseaux sociaux en posant des questions aux candidates sur Facebook et Twitter. Pour animer la soirée, deux stars libanaises: Assi el-Hellani qui a chanté entre autres sa fameuse chanson, Libanais, assurant au passage «que l’amour que les Libanais se portent est plus important de toute forme de criminalité et que le pays se construit avec cet amour. Que les tentatives de diviser le Liban sont vaines». Anthony Touma, une des stars de l’émission française The Voice, a également enchanté tout le monde par sa voix en or.

Danièle Gergès

Le jury
Mona Farès, directrice du département de la promotion touristique au ministère du Tourisme.  
Alain Aoun, député de Baabda.
Nayla Tuéni, députée de Beyrouth.
May Arida, présidente honoraire du Festival de Baalbeck.
Michel Habis, conseiller du ministre du Tourisme.
Joëlle Behlock Nader, ancienne Miss Liban.
Marcel Ghanem, personnalité médiatique.
Zalfa Boueiz, présidente du Festival de Zouk Mickaël.
Zuhair Mrad, styliste.
La soirée était présentée par Dima Sadek, présentatrice du Journal télévisé à la LBC 
et de Nharkom saïd.

Related

Aoun l’emporte d’une courte tête. Relents présidentiels aux municipales de Jounié

Saïd Jalili au Liban. Une visite qui divise

Le vote sanction de l’Europe. Le Hezbollah, terroriste ou partenaire?

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.