Magazine Le Mensuel

Nº 2929 du vendredi 27 décembre 2013

ACCUEIL

3 questions à Salim Salhab

La situation politique actuelle n’est pas 
rassurante: le leader du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah, met en garde contre la 
formation d’un gouvernement neutre, 
le 14 mars critique…
Nous essayons à travers nos contacts et réunions de rapprocher les points de vue. Nous avons rencontré les différentes parties, seules les Forces libanaises ne nous ont pas donné de rendez-vous. Nous allons exposer au cours d’une conférence de presse les résultats de nos contacts.

Avez-vous discuté de la question du 
gouvernement? Quelle est, selon vous, 
la meilleure formule?
Nous avons discuté des grandes lignes concernant les dossiers importants sur la scène politique et la nécessité de former un gouvernement qui devrait regrouper toutes les factions politiques et être représentatif. Nous sommes donc favorables à un gouvernement selon la formule 9-9-6. Nous avons aussi souligné la nécessité de laisser l’échéance présidentielle se dérouler normalement. Nous ne sommes pas entrés dans les détails avec nos interlocuteurs.

Mais les différends surgissent quand il s’agit d’entrer dans les détails…
C’est vrai, mais il faut commencer quelque part. Il faut ouvrir la porte au dialogue, et de là, il sera possible d’aller plus loin et d’entrer dans le vif des sujets. Tant que la tension règnera, rien ne pourra aboutir. Notre initiative peut réussir ou non, mais c’est déjà un pas en avant. La situation actuelle ne peut pas durer, elle a des conséquences néfastes au double plan économique et sécuritaire. 


Propos recueillis par Arlette Kassas 

Related

3 questions à Misbah el-Ahdab

3 questions à Marwan Hamadé

3 questions à Raymond Khattar

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.