Magazine Le Mensuel

Nº 2929 du vendredi 27 décembre 2013

  • Accueil
  • general
  • Le monde unipolaire n’est plus. Le grand retour de la Russie
general

Le monde unipolaire n’est plus. Le grand retour de la Russie

L’année 2013 a marqué le grand retour de la Russie sur la scène internationale. Moscou redevient un acteur incontournable, au détriment de Washington, en perte d’influence.

Indubitablement, 2013 aura été l’année de la Russie. Et, plus particulièrement, celle de Vladimir Poutine et de son ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Ces derniers mois, Moscou a accumulé les succès, sur le plan diplomatique, qu’il s’agisse des dossiers syrien, iranien, ou encore, dans l’épineuse affaire Snowden. De quoi faire retrouver à la Russie son lustre d’antan, au rang de grande puissance capable de faire face aux nouveaux enjeux et, surtout, d’affaiblir l’hégémonie américaine.
Depuis son retour à la présidence russe, Vladimir Poutine n’a eu de cesse d’être présent sur tous les fronts. Le dossier syrien en est l’évidente illustration. Depuis le début de la crise syrienne, Moscou est ainsi parvenu à faire capoter toutes les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, contre le régime de Bachar el-Assad. Dans ce dossier, la Russie et son brillant diplomate Sergueï Lavrov n’arrêtent pas d’apparaître en acteurs incontournables de toute ébauche de solution. Vladimir Poutine a réussi son pari en obtenant à l’arraché, malgré les bruits de bottes qui se faisaient de plus en plus pressants, un accord sur les armes chimiques syriennes. Grâce à la promesse obtenue de Bachar el-Assad de détruire, sous contrôle international, toutes les armes chimiques en sa possession, le président US Barack Obama n’a eu d’autre choix que de s’incliner et de renoncer aux frappes punitives plébiscitées par la France et la Grande-Bretagne. Alors que Washington avait menacé la Russie d’isolement, la critiquant ardemment pour son soutien au régime Assad et ses veto successifs à l’Onu.
A l’époque de l’accord sur le chimique syrien, certains observateurs étaient même allés jusqu’à pressentir Vladimir Poutine comme lauréat du prix Nobel de la paix… Depuis cette victoire, la Russie apparaît incontournable au Moyen-Orient et est désormais en mesure de dicter ses positions sur ce dossier, avec l’exemple de la conférence de Genève II, où Moscou souhaite la présence de l’Iran. Sur d’autres fronts, les Russes sont en négociation avec l’Egypte, allié traditionnel des Etats-Unis, l’Irak, mais aussi la Libye, trois pays avec lesquels de gros contrats sont en tractations. La surprise pourrait aussi venir de la Turquie, pourtant membre de l’Otan, mais dont le président Recep Tayyip Erdogan s’est déclaré intéressé par une éventuelle participation à l’Union douanière de l’Organisation de Shanghai, considérée comme le pendant du groupe atlantiste.
Autre dossier où Moscou s’est permis de damer le pion aux Américains, celui de l’affaire Snowden. Alors que les Etats-Unis sont empêtrés dans un scandale d’espionnage à grande échelle, la Russie a choisi, au mois d’août, d’offrir l’asile à l’informaticien américain Edward Snowden, auteur des fuites sur les systèmes de surveillance numérique de la NSA. Et ce, malgré les pressions exercées par Barack Obama et son vice-président Joe Biden. Non contente de s’affirmer de nouveau en superpuissance face à des Etats-Unis en nette perte de vitesse, la Russie se coltine aussi à l’Europe, comme on peut le voir dans le dossier ukrainien. Malgré l’opposition d’une partie de sa population, Kiev a ainsi suspendu les négociations avec l’Union européenne en vue d’un accord d’association, privilégiant, pour l’heure, un renforcement de ses relations avec la Russie.
Et pour montrer que sa force ne vient pas seulement de sa puissance militaire, Moscou a fait miroiter à l’Ukraine les avantages économiques qu’elle obtiendrait en cas de non-signature de l’accord de partenariat avec l’Union européenne. Des accords portant sur une aide de 15 milliards de dollars ont été conclus entre les deux pays, embarrassant l’opposition ukrainienne pro-européenne.
Une carotte brandie au nez de toutes les anciennes Républiques soviétiques qui seraient tentées de lorgner vers Bruxelles.
L’ours russe, son gaz et ses roubles sont tout aussi alléchants, sinon plus, que les promesses d’une Europe enlisée dans son marasme économique.

Jenny Saleh

Janvier
20 Réinvestiture de Barack Obama.
23 Libération de Florence Cassez.

Février
3 Pakistan. Une attaque perpétrée par les talibans contre un poste de l’armée fait 39 morts.
11 Le pape Benoît XVI annonce sa renonciation.
24-25 Italie: les législatives conduisent à la formation d’un gouvernement d’une grande coalition allant du centre-gauche au centre-droit.

Mars
5 Décès d’Hugo Chavez, président emblématique du Venezuela.
14 Xi Jinping est élu président de la République populaire de Chine.
23-24 En Centrafrique, le chef d’Etat François Bozizé fuit les rebelles. Michel Djotodia se proclame président.

Avril
14 A la suite de la mort d’Hugo Chavez, les élections anticipées portent Nicolàs Maduro à la présidence du Venezuela.
24 Bangladesh. Un immeuble de cinq étages où 3 000 ouvriers du textile travaillaient s’effondre. Bilan: plus de 1 100 morts.

Mai
11 Victoire de la Ligue musulmane au Pakistan, Nawaz Sharif devient Premier ministre.
16 Ouverture, en Allemagne, d’un procès au tribunal de Munich. Des terroristes néonazis, les autorités et les Renseignements devront répondre d’une série d’assassinats d’immigrants turcs, au début des années 2000.
juin
23 Neuf alpinistes étrangers tués par des jihadistes dans l’Himalaya pakistanais.
n Des inondations dans le nord de l’Inde font plus de 5 000 morts.

Juillet
6 Au Québec, un train transportant du pétrole déraille dans le centre-ville de Lac-Mégantic, ravageant la ville et faisant 47 morts.
12  France. Un train déraille à Brétigny, faisant 7 morts.
24 Espagne. Un train déraille dans une courbe dangereuse, faisant 78 victimes et 140 blessés.
29 En Suisse romande, une collision frontale entre deux trains fait un mort et 35 blessés.

Août
1er La Croatie entre officiellement dans l’UE. La droite remporte la majorité pour représenter le pays au Parlement européen.
14 Collision entre un cargo et un ferry dans l’archipel des Philippines: 28 morts.
20 Pakistan: le général Pervez Musharraf est inculpé du meurtre de Benazir Bhutto en 2007.

Septembre
3 Le gouvernement japonais a pris la décision de débloquer près de 470 millions de dollars en vue de colmater les fuites d’eau contaminée depuis la centrale accidentée de Fukushima.
16 A Washington, une fusillade dans un immeuble de bureaux de la Marine US fait 13 morts.
21-24 Tuerie au centre commercial Westgate au Kenya. La prise d’otages de membres du groupe somalien al-Shabaab a fait 68 morts et 175 blessés.

Octobre
2 Washington et Séoul signent un accord visant à une dissuasion nucléaire vis-à-vis de Pyongyang.
3 5 18 migrants africains font naufrage aux abords de l’île italienne de Lampedusa.
10 L’Onu prolonge le mandat de la Force internationale d’assistance et de sécurité en Afghanistan.
11 Le prix Nobel de la paix est décerné à l’Agence internationale pour les armes chimiques (OIAC).

Novembre
8 Le typhon Haiyan ravage les Philippines: des milliers de morts.
11 Le gouvernement du Congo et les ex-rebelles du Mouvement du 23 mars signent un accord de paix à Kampala, en Ouganda.
12 La Russie, la Chine, Cuba, l’Arabie saoudite et dix autres pays sont élus au Conseil des droits de l’homme des Nations unies pour un mandat de trois ans.
26 Le gouvernement angolais interdit la pratique de l’islam et détruit des mosquées.

Décembre
5 Feu vert de l’Onu à la force franco-africaine pour intervenir en Centrafrique.
12 Corée du Nord: Jang Song-Thaek est exécuté après avoir été condamné à mort pour trahison.

Elie-Louis Tourny
 

François Hollande
Le président va-t-en-guerre

Opération Serval au Mali, action de maintien de la paix en Centrafrique, les actions militaires françaises ne manquent pas cette année. Et c’est sans compter la Syrie, où la France était prête à bombarder le régime de Bachar el-Assad, jusqu’à ce que les Russes proposent aux 
Américains un plan de 
négociations, évinçant ainsi le 
président français du dossier.

Edward Snowden
Le dissident américain

Après Julian Assange et Bradley Manning, l’ancien consultant de la NSA, avec le soutien du journaliste blogueur Glenn Greenwald, a rejoint la liste des lanceurs d’alerte qui ont ébranlé les Etats-Unis. En cause cette fois-ci, la politique d’écoute des services de renseignement américains. Même le portable d’Angela Merkel n’aurait pas été épargné. Réfugié à Moscou et 
accusé par Washington d’avoir violé la loi de son pays, il a répliqué: «Dire la vérité n’est pas un crime».

Jeff Bezos
Il s’offre le Washington Post

Le fondateur d’Amazon − premier site de commerce en ligne de la planète − s’est offert cette année le Washington Post pour 250 millions de dollars… Soit moins de 1% de sa fortune. Un formidable instrument de pouvoir pour cet ogre de la vente en ligne qui n’a qu’un seul dogme: le capitalisme pur et dur. Et rêve (aussi) de conquête spatiale.

Angela Merkel
Maître en ses terres et au-delà

Après que son parti eut remporté les élections législatives de septembre dernier et la formation d’une coalition avec la gauche, Angela Merkel a été réélue chancelière pour un troisième 
mandat consécutif. Bénéficiant d’une cote de popularité 
impressionnante de régularité depuis qu’elle est aux manettes, confortée par des résultats économiques 
rayonnants, la chancelière dirige d’une main de fer les affaires 
européennes. A peine a-t-elle été inquiétée par l’affaire des écoutes de la NSA sur son téléphone portable.

Related

Elie Marouni, député de Zahlé. Réunions régulières entre les Kataëb et le Hezbollah

admin@mews

Cristina Anliker Mansour. A elle, la scène politique suisse

admin@mews

Journée mondiale du rein. Conservez des reins sains

admin@mews

Laisser un commentaire