Magazine Le Mensuel

Nº 2931 du vendredi 10 janvier 2014

En Privé

En privé

Tiédeur à Tripoli, le jour des funérailles de l’ex-ministre Mohammad Chatah. Des laïcs de la capitale du Liban-Nord expliquent ce manque d’enthousiasme par le fait que ce sont les groupes salafistes qui prennent les décisions concernant la dimension de la mobilisation populaire dans les rues de la ville dans des événements politico-
sécuritaires. Les sources font remarquer que les cheikhs et les leaders n’hésitent toutefois pas à rassembler l’ensemble de leurs ouailles et à bloquer les routes dans le but de réclamer la libération de l’un de leurs «frères» arrêté ou détenu. Elles révèlent par ailleurs que ces groupes veulent se dissocier des forces politiques traditionnelles tripolitaines et afficher leur indépendance, sans se soucier des 
problèmes et querelles des autres 
courants, y compris le Moustaqbal. Les salafistes ne se sont pas mobilisés Place des Martyrs aux funérailles du fils de Tripoli, Mohammad Chatah. C’est un changement d’attitude majeur, disent les observateurs, qui se manifestera sans doute au cours des prochaines campagnes électorales.

Related

En privé

admin@mews

En privé

admin@mews

En privé

admin@mews

Laisser un commentaire