Magazine Le Mensuel

Nº 2931 du vendredi 10 janvier 2014

  • Accueil
  • Santé
  • Une prouesse technique. L’implant d’un cœur artificiel
Santé

Une prouesse technique. L’implant d’un cœur artificiel

Un Français de 75 ans a été le premier patient à recevoir un cœur entièrement artificiel. Selon les premières estimations, le patient se trouve dans un état satisfaisant et l’implantation s’est déroulée dans de bonnes conditions. Explications.
 

Le cœur artificiel, conçu par la société française Carmat, est destiné aux malades en assistance cardiaque terminale. Le patient qui a reçu le cœur artificiel était dans une situation de fin de vie sans aucune autre alternative. D’après les médecins, l’intervention s’est déroulée sans complications. Le patient est capable de parler à sa famille et de s’alimenter normalement. Le cœur à armature de plastique dur comme le métal, reproduit la physiologie de l’organe normal avec ses deux ventricules et ses battements à l’aide de motopompes. L’objectif du projet porté par le chirurgien Alain Carpentier est celui d’une bioprothèse entièrement implantable mimant le cœur naturel, avec son adaptation à l’effort. L’implantation du premier cœur artificiel bioprothétique Carmat a ainsi été réalisée par les professeurs Christian Latrémouille et Daniel Duveau, sous la direction du professeur Alain Carpentier, dans le service du professeur Jean-Noël Fabiani. «Les fonctions biologiques du patient se normalisent progressivement douze jours après l’implantation», notent les médecins dans un communiqué émanant de l’hôpital européen Georges-Pompidou.
 

De l’espoir pour les patients
Le cœur artificiel fonctionne normalement répondant, sur un mode totalement automatique, aux besoins de l’organisme sans qu’aucun ajustement manuel n’ait été nécessaire. Selon les professeurs, la prothèse n’a nécessité aucun traitement immunosuppresseur. Cette première implantation s’est déroulée de façon satisfaisante, la prothèse assurant automatiquement une circulation normale à un débit physiologique. Le cœur artificiel Carmat, qui est autonome, vise à pallier la pénurie de cœurs à greffer, mais aussi à apporter une solution aux contre-indications à la transplantation. Des cœurs artificiels sont implantés dans le monde depuis une dizaine d’années, mais il s’agissait de machines temporaires, posées dans l’attente d’une greffe. Cette première mondiale est attendue depuis des années. Carpentier s’est battu vingt-cinq ans pour concevoir et faire poser ce cœur artificiel. Un certain nombre de malades sont sélectionnés et il est probable que d’autres implantations soient faites dans les prochaines semaines.
Dans l’insuffisance cardiaque, le cœur n’arrive plus à assurer sa fonction de pompe et à irriguer correctement les organes du corps. Le cœur se fatigue et l’éjection du sang vers les organes devient de plus en plus difficile. Les causes de cette pathologie sont multiples, en tête de liste, l’hypertension artérielle et les maladies coronaires. Une fois installée, l’insuffisance cardiaque est irréversible et s’aggrave au fil du temps. L’évolution inévitable de l’insuffisance cardiaque tend vers un stade terminal où seule la greffe cardiaque maintient le patient en vie. Selon les données, près de la moitié des patients décèdent dans l’année qui suit la première hospitalisation. Le nouveau cœur artificiel Carmat, implanté pour la première fois dans le monde, donne une lueur d’espoir aux patients touchés par l’insuffisance cardiaque terminale. Mais pour l’instant, la greffe classique reste l’unique alternative pour un patient atteint par la maladie. Ce cœur artificiel ne constitue pas encore une révolution dans la prise en charge des patients atteints d’insuffisance cardiaque. Le don d’organes est donc le seul moyen de sauver des vies.

Nada Jureidini

Related

Les infections nosocomiales. L’hygiène, pour une meilleure prévention

admin@mews

Bienfaits, risques, nouvelles techniques… La chirurgie de l’obésité l’ultime recours

admin@mews

Le miel

admin@mews

Laisser un commentaire