Magazine Le Mensuel

Nº 2933 du vendredi 24 janvier 2014

Festival

Des miroirs et des masques. Hommage à Claude Chabrol

Du 26 janvier au 5 février, tous les soirs à 20h, l’association Métropolis et l’Institut français du Liban invitent tous les cinéphiles libanais à rendre hommage à l’un des plus grands réalisateurs de la nouvelle vague, Claude Chabrol.
 

Sous l’intitulé Des miroirs et des masques, cette rétrospective consacrée à Claude Chabrol permettra au public de découvrir ou redécouvrir onze de ses films, de ses débuts jusqu’à la dernière décennie, à commencer par Le boucher qui a permis à Stéphane Audran, une de ses comédiennes fétiches, de remporter le prix de la meilleure actrice au festival de San Sebastian en 1970.
Fasciné par les apparences, le mensonge, le crime et les excès, Chabrol s’est imposé, en cinquante ans de carrière, comme l’observateur acéré de la bourgeoisie, des jeux de pouvoir et des bassesses humaines. Son regard aiguisé et l’élégance froide de sa mise en scène dans des films comme Le beau Serge, La cérémonie, Que la bête meure, L’enfer ou Les biches, ont marqué d’une empreinte profonde le cinéma français. Durant onze soirées donc, du 26 janvier au 5 février, à 20h, invitation ouverte à plonger dans l’univers de Claude Chabrol qui a défendu un cinéma à la fois populaire et exigeant et qui a su construire une œuvre unique, grinçante et généreuse.

 

Au programme
Dimanche 26 janvier
Le boucher (1970): la vie tranquille d’un village du Périgord est brusquement brisée quand des femmes sont égorgées. La directrice d’école suspecte en premier le boucher, qui a fait les guerres d’Indochine et d’Algérie, et pour qui elle ressentait de tendres sentiments.

Lundi 27 janvier
Betty (1992): Marie Trintignant se glisse dans la peau de Betty, une jeune femme alcoolique et paumée, qui semble tout à la fois victime de sa famille bourgeoise et de son égoïsme inconscient…

Mardi 28 janvier
Le beau Serge (1958): François retourne dans son village après des années d’absence. Il y retrouve son ami Serge qui, de son mariage avec Yvonne, a eu un enfant trisomique et a sombré dans l’alcool.

Jeudi 30 janvier
L’enfer (1994): mettant à l’affiche François Cluzet et Emmanuelle Béart, le film nous entraîne dans l’enfer de Paul, un homme comblé par sa femme et son travail, mais qui devient follement jaloux.

Vendredi 31 janvier
Les biches (1968): la mondaine Frédérique (Stéphane Audran) séduit la jeune Why (Jacqueline Sassard), qu’elle invite dans sa villa de Saint-Tropez. Lorsque Frédérique tombe amoureuse de l’architecte Paul (Jean-Louis Trintignant), Why devient jalouse.

Samedi 1er février
La femme infidèle (1969): lorsqu’il apprend que sa femme le trompe, Charles décide de tuer son amant.

Dimanche 2 février
La fille coupée en deux (2007): Gabrielle Deneige, alias Ludivine Sagnier, une jeune femme qui veut réussir dans la vie et dont le rayonnement séduit ceux qui l’entourent, s’éprend d’un jeune écrivain prestigieux et pervers, et épouse un milliardaire déséquilibré.

Lundi 3 février
Que la bête meure (1969): pour venger la mort de son fils, tué par un chauffard, un homme se lance sur la piste du coupable. Il parvient bientôt à retrouver sa trace et devint un intime de sa famille. L’homme se révèle un être abject haï de tous.

Mardi 4 février
La fleur du mal (2003): avec ses acteurs Nathalie Baye, Benoît Magimel, Suzanne Flon… Claude Chabrol, comme le stipule Les Inrockuptibles «livre un portrait ironique de la grande bourgeoisie et de la France: une intrigue sans dénouement, où la culpabilité est diffuse et la frontière entre le bien et le mal incertaine jusqu’au bout».

Mercredi 5 février
La cérémonie (1995): Sophie, timide, introvertie et dévouée, cache, par honte, son analphabétisme à la famille de bourgeois qui vient de l’engager comme bonne. Son amitié avec la postière, curieuse et envieuse, va déclencher une série de drames.

Leila Rihani

Projections à 20h.
Tous les films sont en français, sous-titrés en anglais, à l’exception de trois films (Les biches, La femme infidèle et Que la bête meure).
Billet: 6 000 L.L. – Pass Festival: 42 000 L.L.
Renseignements: (01) 204 080.
www.metropoliscinema.net

Related

Lisa Simone. Une étoile sous le temple de Bacchus

admin@mews

Common Fest, pont entre Beyrouth et Berlin. Une dynamique d’échanges inégalée

admin@mews

Festival international du film de Tripoli. Pour faire taire les armes

admin@mews

Laisser un commentaire