Magazine Le Mensuel

Nº 2937 du vendredi 21 février 2014

general

Portraits de ministres. Les nouveaux et les revenants

Qui sont les nouveaux ministres appelés à nous gouverner? Quels sont leurs premiers commentaires sur le cabinet? Magazine en dresse les portraits et sonde leurs opinions.

Achraf Rifi
Justice (Courant du futur)

Né en 1954 à Tripoli, il est marié et père de quatre enfants. Il détient un magistère en criminalité et un diplôme en sciences sociales. Ancien directeur général des Forces de sécurité intérieur (FSI), il a occupé diverses fonctions dans le secteur de la sécurité et a assumé des responsabilités dans la lutte contre les stupéfiants. Il a également suivi un solide entraînement dans la protection des personnalités. Il est détenteur de plusieurs médailles en reconnaissance du travail effectué dans ses fonctions. «Je veillerai, dit Achraf Rifi, à ne pas favoriser un citoyen au détriment d’un autre. Je serai juste comme je l’ai été dans tous les postes que j’ai occupés. J’appartiens à un groupe politique qui croit en un Etat souverain et libre de toute tutelle. Je travaillerai dans cette optique».

Rachid Derbas
Affaires sociales (Courant du futur)

Né en 1941 à Tripoli, avocat de formation, il avait été élu président de l’Ordre des avocats de Tripoli. Ayant la plume facile, il écrit des recueils de poèmes qui ont eu un grand succès dont Hamzat wasssel. Membre du forum de la poésie à Tripoli. Rachid Derbas considère «que la volonté politique dont toutes les parties ont fait preuve et qui a conduit à la formation du nouveau cabinet sera capable de parvenir à une déclaration ministérielle qui dépassera les points de discorde et conduira le pays vers plus de stabilité».

Ramzi Joreige
Information (allié des Kataëb)

Né en 1940, avocat à la Cour, il est membre du barreau de Beyrouth depuis 1965. Cet ancien bâtonnier de l’Ordre des avocats de Beyrouth est détenteur de deux licences, en droit français et en droit libanais de l’Université Saint-Joseph et un diplôme d’études supérieures de droit public de l’USJ. Il est membre du Comité national de la Cour permanente d’arbitrage à La Haye et de la Commission de modernisation et d’unification des lois au ministère de la Justice. Auteur de plusieurs ouvrages et textes de référence sur son métier. Il a tenu des conférences dans le monde sur le sujet.


Alice Chabtini
Déplacés (proche du président Sleiman)

Née en 1946, elle est mariée et mère de quatre enfants. Elle détient un diplôme en droit et en sciences politiques. Elle occupe la fonction de juge depuis une quarantaine d’années. Elle est professeur de droit du travail. Elle a été présidente de la Cour de cassation, puis présidente de la Cour de cassation militaire C’est la seule femme ministre dans le nouveau cabinet. La gent féminine est fière de sa nomination et lui apporte un fort soutien à travers les réseaux sociaux.

 

Abdel Mottaleb Hannaoui
Jeunesse et Sports (proche du président Sleiman)

Né en 1952, marié et père de deux enfants. Il a occupé plusieurs postes dans l’institution militaire et a été le conseiller militaire du président Michel Sleiman. Détenteur de plusieurs décorations pour son travail, dont celle de la guerre, des blessés, de la lutte contre le terrorisme, de l’unité nationale… Il a suivi plusieurs cycles de formation aux Etats-Unis.

 

 

 


Sejaan Azzi
Travail (Kataëb)

Né en 1952, il est titulaire d’un diplôme en philosophie de l’Université Saint-Esprit de Kaslik et d’un autre en sciences politiques et administratives de l’Université Saint-Joseph. Dès son jeune âge, il rejoint le parti Kataëb et en devient membre du bureau politique, puis conseiller du président Amine Gemayel. En 2010, il est élu vice-président du parti. Il est également journaliste et a collaboré avec plusieurs médias dont Magazine, al-Amal l’officieux du parti… dirigé les journaux, diffusé à la Voix du Liban avant de fonder la Voix du Liban libre. Il a écrit plusieurs ouvrages sur l’Histoire du Liban et du Moyen-Orient et a publié plusieurs études sur le sujet. Marié, il est père de deux enfants.

 

Elias Bou Saab
Education (CPL)

Directeur exécutif et cofondateur de l’Université américaine à Dubaï (AUD), ancien président de la municipalité de Dhour el- Choueir, fondateur et propriétaire de la station de radio Sawt el- mada, il détient un magistère dans les relations internationales de l’Université de Boston et en marketing de l’Américan College de Londres. Président de la LGB, the Lebanese Graduates of Britain, il est également l’un des fondateurs de la «Emirati Lebanese Friendship Association». Il collabore avec l’Institut Clinton fondé par l’ancien président des Etats-Unis, Bill Clinton. Marié à la chanteuse Julia Boutros, connue pour ses chants patriotiques, il en a deux enfants.

Mohammad Machnouk
Environnement (proche du Premier ministre)

Né en 1941, il est marié et père de quatre enfants. Il détient un diplôme en sciences politiques et en administration publique de l’Université américaine, ainsi qu’un diplôme en études des médias de l’Université de Strasbourg. Il a présidé l’association des anciens de l’Université américaine et dirigé l’Agence nationale d’information (ANI) et l’Union des agences d’information arabes. Il a représenté le Liban dans le comité permanent d’information auprès de la Ligue arabe.


Nouhad Machnouk
Intérieur (Courant du futur)

Né à Beyrouth en 1955, il est marié et père de quatre enfants. Il a fait des études en sciences politiques. Il est député de Beyrouth sur la liste du Courant du futur, depuis 2009. Il a été membre de la sous-Commission parlementaire des Droits de l’homme et membre de la Commission parlementaire des Affaires étrangères. Longtemps journaliste, il a écrit de nombreux articles publiés dans Ousbou-al Arabi, Assayad, al-Anwar, al-Dustour, al-Hawadeth. Il écrit actuellement dans le département régional et international du quotidien An-Nahar. Conseiller politique et de l’information de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, de 1992 à 1998. Exilé en 1998, il a résidé à Paris, puis au Caire pendant cinq ans. Depuis son retour au Liban, il est responsable des relations internationales du Courant du futur.

Alain Hakim
Economie et Commerce (Kataëb)

Né en 1961, diplômé en Administration des affaires et en marketing de l’Université Saint-Joseph, il occupe le poste de directeur général adjoint du Crédit libanais. Marié, il est père de deux enfants. «Nous déploierons tous les efforts nécessaires, dit-il, pour assurer une atmosphère favorable aux investissements au Liban. Nous essaierons de faire en sorte que l’opinion publique locale, arabe et internationale ait de nouveau confiance dans le pays».

 


Akram Chéhayeb
Agriculture (PSP)

Né en 1947, il est marié et père de quatre enfants. Membre du Parti socialiste progressiste de Walid Joumblatt, il a été ministre de l’Environnement dans le gouvernement de Rafic Hariri et ministre des Déplacés dans celui de Saad Hariri. Diplômé en histoire moderne et contemporaine de l’Université du Caire, il est député du caza de Aley. Il considère que la mission de ce nouveau cabinet est «d’assurer un essor socioéconomique et une stabilité sécuritaire». «La formation de ce cabinet, poursuit-il, a soufflé un vent d’espoir qui touche les Libanais et les institutions. La priorité doit être actuellement donnée à l’élaboration d’une nouvelle loi électorale, à la tenue de l’élection présidentielle et des élections législatives».

 

Boutros Harb
Télécommunications (14 mars)

Né en 1944, il est marié et père de trois enfants. Il détient une licence en droit libanais et français de l’Université Saint-Joseph. Il a été élu député de Batroun en 1972. Il détient le portefeuille de l’Education nationale et des Beaux-arts, puis celui des Travaux publics. Il a été réélu député en 2005 et nommé représentant des indépendants à la table du dialogue.
Il a été candidat aux élections présidentielles en 2008 et a retiré sa candidature après le consensus de Doha et l’élection du général Michel Sleiman à la tête de la République. En 2009, il est de nouveau élu député de Batroun. «Ce nouveau gouvernement, insiste-t-il, doit se baser dans sa déclaration ministérielle sur la déclaration de Baabda, et faire en sorte que le slogan Armée-peuple-Résistance n’y figure pas. C’est alors que les choses pourront aller de l’avant et la priorité sera donnée à l’élection d’un nouveau chef de l’Etat dans les délais constitutionnels».

Nabil de Freige
Réforme administrative (14 mars)

Né à Beyrouth en 1955, il est marié et père de deux enfants. Il est diplômé de l’Ecole du commerce et d’administration de Paris. Ancien membre du conseil d’administration de l’autorité des recherches agricoles, il est membre du conseil d’administration de Candia pour les produits laitiers. Elu député pour la première fois sur la liste de la «Dignité» en 2000, il est réélu en 2005 sur la liste de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, puis en 2009 en tant que représentant des minorités.  

 

 

Michel Pharaon
Tourisme (14 mars)

Né à Beyrouth en juin 1959, il fait ses études scolaires au Lycée français, et universitaires à l’USJ. Diplômé des facultés d’économie et de gestion, il est titulaire d’un diplôme de l’Université Paris-Dauphine. Elu la première fois en 1996 au siège grec-catholique de Beyrouth, il occupera ce siège à chaque échéance législative. Il a été nommé deux fois ministre d’Etat pour les Relations avec le Parlement. «Plusieurs échéances déterminantes attendent le nouveau cabinet, dit-il, dont l’échéance présidentielle et l’élaboration d’une nouvelle loi électorale». «Il s’agit aussi de s’entendre sur une déclaration ministérielle qui respecte  la souveraineté de l’Etat et ses institutions constitutionnelles. Les divisions politiques doivent être dépassées à la faveur de l’intérêt national. Je porterai personnellement une attention particulière aux dossiers de développement et de l’infrastructure dans la capitale, ainsi qu’au dossier social».

Ghazi Zeaïter
Travaux publics et Transports (Amal)

Né en 1950 dans le Hermel, il est marié. Diplômé en droit de l’Université arabe de Beyrouth, il a travaillé en tant qu’avocat. Il est élu député de Nabatié depuis 1996. Il a été ministre de la Défense dans le gouvernement de Salim el-Hoss (1998), ministre des Affaires sociales dans le gouvernement de Omar Karamé (2004) et ministre de l’Industrie dans celui de Fouad Siniora (2008). «Ce nouveau gouvernement d’intérêt national est désormais responsable de trouver des solutions aux problèmes épineux qui paralysent le pays et qui concernent les volets politiques, sécuritaires et sociaux. C’est pourquoi, il est essentiel de faire preuve de sagesse, d’éviter les déclarations provocatrices et de discuter des différends dans une atmosphère de fraternité et d’esprit national».

 

Arthur Nazarian
Energie et Eau (Tachnag)

Né en 1951, il est marié et père de trois enfants. Il détient un diplôme en ingénierie des Etats-Unis. Il est le propriétaire de plusieurs sociétés de commerce et d’industrie dans les pays du Golfe. Il a été ministre du Tourisme et ministre de l’Environnement dans le gouvernement de Salim el-Hoss en 1998. En 2000, il perd les élections législatives. Il sera élu député de Beyrouth en 2009.

 

Raymond Araygi
Culture(Marada)

Né en 1965, il est marié et père de deux enfants. Diplômé en droit de l’USJ, il est l’un des membres fondateurs desMaradaet consultant du chef du courant, Sleiman Frangié, dans plusieurs ministères. Il a été coordonnateur des relations étrangères du bureau politique.

Danièle Gerges

Related

The Theory of everything. D’amour et de vie

admin@mews

Soirées arrosées, gueule de bois… Comment se réveiller sans difficulté

admin@mews

La législation d’urgence. Nouveau bras de fer entre Aoun et Berry

admin@mews

Laisser un commentaire