Magazine Le Mensuel

Nº 2982 du vendredi 2 janvier 2015

  • Accueil
  • general
  • La thromboembolie veineuse. Prévalence élevée au Liban
general

La thromboembolie veineuse. Prévalence élevée au Liban

Les statistiques sur la thrombose veineuse profonde et l’embolie pulmonaire au Liban révèlent que l’âge avancé, une intervention chirurgicale récente et les anomalies de coagulation sont parmi les facteurs de risque les plus fréquents pouvant occasionner la thrombose veineuse. Détails.

Au Moyen-Orient, la thromboembolie veineuse, regroupant la thrombose veineuse profonde et l’embolie pulmonaire, est connue pour être une cause commune de maladie et une des causes évitables les plus fréquentes de décès hospitaliers. La thrombose veineuse profonde et l’embolie pulmonaire sont des cas médicaux sérieux et peuvent être fatales. Les études montrent qu’un tiers des personnes souffrant de thrombose veineuse profonde ou d’embolie pulmonaire meurent dans les trois mois suivants; un quart de ceux qui survivent souffriront d’un autre caillot sanguin dans les cinq ans qui suivent. De plus, l’embolie pulmonaire, conséquence d’une thrombose veineuse profonde, est la cause principale des décès évitables en milieux hospitaliers. Afin de changer cet état de choses et de minimiser le risque pour les patients d’être victimes d’un autre caillot sanguin, un traitement efficace et sûr est impératif, selon les scientifiques réunis lors d’un forum de deux jours sur la thrombose au Moyen-Orient. Le forum a présenté des traitements et des moyens de réduction du risque de récurrence dans les maladies de thrombose veineuse profonde et d’embolie pulmonaire et a mis en exergue la prise en charge actuelle des patients de fibrillation auriculaire au Moyen-Orient, les lacunes et les principales leçons tirées. Il a de même fourni un récapitulatif de la situation en matière de prévention des accidents cérébrovasculaires dans le cadre de la fibrillation auriculaire et de la prévalence de la thrombose veineuse profonde au Moyen-Orient. La thrombose constitue un fardeau majeur dans les pays à revenu faible et intermédiaire et dans les pays à revenu élevé. Les scientifiques essaient toujours de trouver des mesures pour de meilleurs résultats pour le patient. Il existe un besoin de noter les incidents de thrombose et l’évolution des maladies, pouvant aider à trouver des solutions plus efficaces aussi bien au niveau local que mondial. Cette démarche permettra de voir si l’utilisation améliorée des mesures préventives aide à la réduction du fardeau de la maladie ou s’il faut entreprendre d’autres solutions innovantes.
 

Quelques faits
La thromboembolie veineuse, qui comprend la thrombose veineuse profonde et l’embolie pulmonaire, est considérée comme le troisième trouble cardiovasculaire le plus fréquent après la maladie coronarienne et les accidents cérébrovasculaires dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (Mena).
La thrombophilie constitue souvent un facteur à risque et possède une prévalence élevée parmi la population libanaise, de l’ordre de 14,4%.

Nada Jureidini

Avis d’expert
«Il est important de noter que les personnes souffrant de fibrillation auriculaire sont plus exposées que d’autres à une thromboembolie; la thrombose peut être aiguë ou chronique. Après le premier incident aigu, le risque de thromboembolie récurrente est élevé pour le patient. Les personnes souffrant de fibrillation auriculaire sont cinq fois plus exposées à une thromboembolie, comme par exemple un accident cérébrovasculaire», note le Dr Mirna Waked, pneumologue et chef de service de pneumologie et de l’unité de soins intensifs de l’hôpital Saint-Georges de Beyrouth.

Related

Le vegan pénètre le marché

admin@mews

Magida el-Roumi. L’icône de la chanson arabe

admin@mews

Le Hezbollah remet ses barrages aux forces légales. Dahié dans le giron de l’Etat

admin@mews

Laisser un commentaire