Magazine Le Mensuel

Nº 2995 du vendredi 3 avril 2015

Société

Epsilon. Quinze enfants épileptiques seront sauvés

Il y a un an, est né Epsilon. Association médicosociale gérée par cinq fondateurs, Epsilon a pour but de lutter contre l’épilepsie et d’organiser des campagnes d’éveil sur cette maladie. Le 24 mars 2015, l’association a organisé un dîner de gala au Music Hall dont les bénéfices permettront d’opérer une quinzaine d’enfants épileptiques. En février 2014, cinq personnes ont pris l’initiative de fonder Epsilon. Le Dr Ronald el-Moussa (neurochirurgien), le Dr Carine Abou Khaled (neurologue), le Dr Sami Richa (psychiatre), Me Michel Khadige (avocat) et Rita Moukarzel (présidente du syndicat des graphistes-illustrateurs et chargée de l’image d’Epsilon) ont ainsi voulu institutionnaliser l’action de plusieurs en faveur des personnes qui souffrent d’épilepsie et consacrer une part de leur énergie et de leurs compétences scientifiques, médicales et humanistes pour la cause de celui qui souffre parfois tout seul des effets de cette maladie. En 2014, Epsilon a lancé une clé USB sous forme de carte bancaire. Cette clé USB, détenue par tout adulte malade d’épilepsie, comporte le dossier médical complet de ce dernier. Ainsi, lorsque celui-ci doit entrer à l’hôpital, le médecin peut facilement recourir à la clé pour se renseigner sur le cas du patient. Dans le même ordre d’idées, Epsilon a choisi de lancer cette année, lors du dîner de gala, la montre Epsilon. Cet «outil» est destiné aux enfants épileptiques. Une fois portée, la montre, connectée à une application que les parents de l’enfant devraient télécharger sur leur téléphone portable, est susceptible de «sauver» l’enfant malade lorsque ce dernier convulse. L’application est ainsi déclenchée au moment-même de la crise, situant aussi géographiquement l’enfant et permettant aux parents d’entendre ce qui se passe autour de lui.
Pourquoi Epsilon? Car c’est la 5e lettre de l’alphabet grec, symbolisant ainsi le nombre 5 (des cinq fondateurs de l’association). Epsilon comporte également cinq lettres de celles qui forment le mot «épilepsie».

Natasha Metni

Related

Troubles mentaux dans les prisons libanaises

L’enfance oubliée au Liban. Pour une génération plus épanouie

Initiative. L’Association Abdallah Lahoud encourage les startups

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.